Diva du fado, Carminho sait de quoi elle chante

Entrevue réalisée par Alain Brunet
Genres et styles : fado

renseignements supplémentaires

La troisième tournée nord-américaine de la grande prêtresse du fado contemporain s’arrête mercredi prochain, 18 octobre, au Théâtre Outremont. Les fans du genre, ceci incluant des mélomanes de notre communauté portugaise, ont déjà acclamé Carminho en 2015 et 2019. Sans conteste, cette artiste portugaise de 39 ans peut prétendre au statut de diva et vient défendre la matière de son récent album, Portuguesa – sous étiquette Warner Music. Jointe cette semaine à l’aéroport de Chicago, notre interviewée s’avère une (très) forte personnalité. Carminho sait de quoi elle cause, on ressent chez elle l’assurance et la posture des géants de la chanson mondiale. Lisez ce qui suit pour le réaliser comme l’a fait l’auteur de ces lignes!

PAN M 360 : Vous nous offrez un chapitre intéressant de votre carrière avec votre sixième album, Portuguesa. Et vous venez avec ce matériel à Montréal ? Allez-vous chanter principalement ce matériel ou autre chose ?

Carminho : Principalement le nouvel album, mais je chante toujours du fado de mes autres albums. Parfois, je pense aussi à l’album consacré à  Tom Jobim, cela dépend de la soirée ou de ce que souhaite le public.

PAN M 360 : Acceptez-vous les demandes spéciales  ?

Carminho : Parfois, oui. Ça peut être agréable !

PAN M 360 : Vous êtes totalement ancrée dans la tradition. Quand on écoute votre musique. J’ai écouté quelques albums, et surtout le dernier. C’est une approche très classique. Comment le voyez-vous vous-même ?

Carminho : Le fado est ma langue, le fado est juste un moyen d’atteindre ce que j’aime faire. Ce n’est pas un exercice de mémoire, donc je ne me considère pas comme un chanteur traditionnel. En fait, je me considère comme une traditionaliste, mais j’utilise la tradition  pour servir mon propre discours, et ce avec une sensibilité qui correspond à mon âge, à ma génération, à mon expérience d’aujourd’hui. D’une certaine manière, je suis contaminée par la musique de ma génération, la musique que j’écoute, les artistes que je vois et qui m’inspirent. Il y a donc beaucoup de choses nouvelles en cours ! Et je vois aussi des possibilités d’expérimentation dans mon propre style de fado. Pour moi, ce n’est pas quelque chose de fini,  la tradition ne s’arrête pas. Le fado est tellement vivant, tellement dynamique, que nous n’avons rien d’autre à faire que  poursuivre ce que nous pensons pouvoir faire. Le fado peut être beaucoup de choses, cela dépend de chaque artiste.

PAN M 360 : Votre relation avec la tradition est donc une sorte de renouvellement sans fin.

Carminho : C’est une relation dynamique et je n’ai pas la prétention de changer le fado. Je ne fais que pratiquer mon art et de petites choses se produisent grâce à ma propre expérience.

PAN M 360 : De quelle manière les temps modernes, votre génération, influencent-ils le fado formellement dans votre musique, votre expression et votre chant ?

Carminho : Il n’est pas facile de donner des exemples parce que c’est un processus organique ; lorsque vous répétez ou enregistrez, vous devez rester ouvert à de nouvelles textures, à de nouveaux instruments. Mon expérience au Brésil par exemple ; en travaillant avec les artistes brésiliens, j’ai été vraiment  inspirée par leur liberté de partager différentes façons d’écrire des chansons ou de jouer. 

Lorsque je creuse dans les plus anciennes traditions du fado, je constate également que les artistes ont construit leur propre répertoire à l’origine, sans se contenter de faire du classique ou du standard. Par exemple, Marceneiro (1891-1982) a composé tous ses fados, c’était donc un artiste progressiste de son temps. J’ai donc été très inspirée par lui pour composer de nouveaux fados traditionnels. Il est d’ailleurs  possible de le faire, il s’agit d’assumer la façon dont vous composez. Il est aussi envisageable d’ajouter de nouvelles paroles à de vieilles chansons, de sorte que nous pouvons dire de nouvelles choses à travers la tradition.

PAN M 360 : Votre instrumentation s’inspire du fado classique. Vous avez donc de la guitare portugaise et de la guitare classique. 

Carminho : Oui, la guitare portugaise et la guitare classique combinées constituent l’instrumentation traditionnelle du fado. De plus, j’ai  des guitares électriques, des lap steel et du Mellotron.

PAN M 360 : Mellotron et lap steel ? C’est en quelque sorte une innovation.

Carminho : C’est un processus, je n’utilise pas le mot innovation parce que je n’ai pas le sentiment d’innover. Je me contente d’être moi-même en train de faire des expériences en studio et d’en être heureu. Je veux aussi faire passer l’émotion à travers cette narration. Parfois, de nouvelles textures et ambiances peuvent aider à raconter l’histoire et, pour moi, le fado me donne cette liberté. Nous ne pouvons donc pas définir ce qu’est exactement la véritable tradition. C’est peut-être quelque chose de différent pour vous. Pour moi, c’est peut-être autre chose…

PAN M 360 : Vous avez raison, la tradition ne s’arrête jamais et s’interprète de multiples façons. Il ne s’agit pas d’être révolutionnaire, mais de suivre le courant. En s’exprimant de cette manière, quelque chose de nouveau peut émerger sans qu’on le veuille. Si vous jouez Bach, vous trouverez de nouvelles façons de l’exprimer, mais en même temps, vous devez jouer la partition correctement.

Carminho : Exactement. Il y a quelque chose qui peut contaminer ce que vous faites en musique, même si vous le faites de manière traditionnelle.

PAN M 360 : Vous avez également été invité à travailler avec des artistes célèbres. Caetano Veloso est l’un d’entre eux. Comment cela s’est-il passé ?

Carminho : Je l’ai rencontré au Brésil. C’est très sympa ! Et oui, c’est un grand artiste. C’est devenu une grande amitié entre nous. C’est un maître, une personnalité, un interprète, un musicien, un compositeur que j’admire le plus. C’est l’un de mes artistes préférés au monde. Et c’est un honneur pour moi de partager la scène avec lui. Nous avons eu des discussions intéressantes sur la langue portugaise lorsque j’ai sorti mon album de Tom Jobim – j’ai été invité par la famille de Tom Jobim à faire cet album avec le groupe original, ce qui a été une expérience incroyable. Caetano a alors entamé une discussion avec moi parce qu’il n’était pas d’accord avec mes choix concernant la langue portugaise et le portugais brésilien, alors que je cherchais ma propre expression et que j’ai peut-être été mal compris. Caetano a donc donné son point de vue sur mon choix. C’était incroyable d’en discuter avec lui. Finalement, il m’a invitée à chanter ! Et ensuite, il m’a invitée à faire une tournée avec lui au Portugal. C’était un moment incroyable pour moi d’être avec lui, avec son incroyable équipe. Un moment très spécial.

PAN M 360 : Montréal est peut-être aussi un moment spécial. Après cette tournée nord-américaine, allez-vous travailler sur de nouveaux projets ?

Carminho : Je travaille toujours sur de nouveaux projets, je suis toujours en train d’obtenir un nouveau répertoire, de nouvelles opportunités pour enregistrer avec mon groupe.

Carminho sera à Vancouver le 15 octobre, à Montréal le 18 octobre au Théâtre Outremont, à Toronto le 21 octobre. Elle interprétera la matière de Portuguesa,son plus récent album, répertoire assorti de chansons enregistrées antérieurement. 

INFOS ICI

PERSONNEL :

Carminho : chant 

André Dias : guitare portugaise

Flávio Cardoso : viola de fado

Tiago Maia : basse

Pedro Geraldes : guitare lap steel

_______________________________________

Tout le contenu 360

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Inscrivez-vous à l'infolettre