électro / électronique / hyperpop

Lest We Forgecs: un rave 100 gecs à Igloofest 

par Stephan Boissonneault

Étrange dance électro, un remix de quelques-uns des plus grands morceaux de dance music des 10-15 dernières années retentit sur les énormes haut-parleurs extérieurs, et je suis pris au piège dans une fosse de milliers de corps, se balançant ensemble à l’unisson, comme une sorte d’entité malformée. Sur l’écran derrière les artistes et de chaque côté de la scène est projetée une créature velue qui ressemble au Oogie Boogie Man mélangé aux Thumbs Thumbs du film Spy Kids. Je trouve cela inquiétant, d’autant plus qu’elle ne bouge que toutes les quelques secondes, comme une sorte d’expérience kafkaïenne. 

Je sens une dizaine de chaussures piétiner les miennes et un homme commence à tourner en rond, essayant d’ouvrir la fosse. Il réussit et le moshing commence – c’est amical pour la plupart, à l’exception d’un gars avec des lunettes steampunk à pointes qui essaie délibérément de percuter les gens. Une fille, qui fait partie de mon groupe qui s’est perdu dans la fosse, crie un « I don’t like that » (je n’aime pas ça). C’est son anniversaire.

Le sol est recouvert d’une couche d’eau boueuse due à la pluie de tout à l’heure. Mes ondes cérébrales commencent à se manifester : « Au moins, je ne suis pas claustrophobe », « Je pourrais partir, me frayer un chemin hors de cette folie moite », « Je ne suis pas claustrophobe ». Je pourrais partir, me sortir de cette folie moite à coups d’épaule. Mais après réflexion, je n’en ai pas envie. Je suis dans la fosse des gecs et j’y resterai.

Ce n’est pas un show 100 gecs particulièrement « normal », car les deux gecs sont derrière les platines, et nous n’entendons que deux ou peut-être trois de leurs morceaux originaux. Le spectacle est annoncé comme un 100 gecs (DJ SET), mais je trouve intéressant qu’un spectateur chahuteur demande « quand les gecs seront là », au milieu de leur set.

Il y a des moments musicaux marquants comme l’hommage des gecs à SOPHIE avec un remix de Immaterial Girls ou un remix hyperpop de « Scary Monsters and Nice Sprites » de Skrillex et d’autres hits dubstep sinistres. I Can’t Stop est une réverbération de Flux Pavillion dans l’air hivernal, mais avec un flair plus industriel. Nous avons du hardcore digital joyeux, du disco trap britannique et un peu de musique house, comme un remix de Heads Will Roll des Yeah Yeah Yeahs. La plupart du temps, le set est un peu calme, ce qui a pu décevoir ceux qui voulaient se lâcher et devenir interplanétaires avec le catalogue de gecs. Pourtant, tout le monde s’amuse, sans doute au même titre que le spationaute transpirant du premier rang, roulant comme un pneu sur une longue route sinueuse. Les fans de Gecs aiment s’amuser et aiment leurs drogues.

Un peu avant les 100 gecs, nous avons été soumis à Surf Gang, et j’ai pu, avec quelques autres VIP (ça paye d’être média parfois), serrer la main de quelques membres de l’équipe de Surf Gang. La plaisanterie prend vite de l’ampleur quand six types au hasard disent tous  » On est de Surf Gang « , alors que Surf Gang est effectivement en train de jouer sur la scène principale. Il semble que Surf Gang soit un collectif, une rotation de neuf ou douze DJs. Cependant, la musique n’était pas très convaincante. On avait l’impression d’entendre des rythmes génériques de dance et de trap, avec quelques moments où l’on demandait à un rappeur de soutenir le mix. À la fin de chaque chanson, les membres demandaient à la foule de scander « Surf Gang, Bitch, Surf Gang, Bitch » pendant l’outro. T’sé veux dire ?

Mais je dois reconnaître à Surf Gang qu’ils ont laissé un peu d’espace sonore à 100 gecs aka Laura Les – arborant son emblématique rouge à lèvres noir et un fard à paupières nerveux – et Dylan Brady – arborant une touque Sonic the Hedgehog – pour se fondre dans leur morceau Dumbest Girl Alive. Il n’y a pas eu d’introduction à l’arrivée des gecs, de sorte que la forte vague THX a été le seul indicateur que 100 gecs étaient effectivement en marche.

Je me rends compte que j’ai un travail à faire, comme l’indique l’appareil photo qui pend délicatement autour de mon cou. On m’invite en coulisses pour prendre quelques photos des gecs en action. Je suis l’attaché de presse jusqu’au fond de la scène et j’aperçois quelques membres du Surf Gang qui forment leur propre piste de danse derrière la scène. Il n’y a que cinq personnes environ qui regardent les gecs sur la scène et six grandes lampes chauffantes. C’est à ce moment-là que le tableau complet apparaît : des milliers de personnes vêtues de rose vif, de vert tie-dye et de bleu pervenche, en train de perdre la tête. Laura et Dylan s’amusent sur la scène, avec un DJ plutôt cool, qui alterne entre les différents morceaux. La créature au pouce est toujours à l’écran et je crains qu’elle ne le quitte jamais.

On me dit que je peux m’approcher le plus possible, alors je me dirige vers le côté droit de la scène et je prends quelques photos de la foule. Dylan me repère et me fait un signe de la main pour que je m’approche un peu plus. Le syndrome de l’imposteur n’est plus vraiment quelque chose que je ressens, après avoir fait ce travail pendant près de dix ans, mais ce soir-là, j’ai été durement touché. C’était peut-être à cause du petit aliment que j’avais grignoté quelques heures auparavant ou tout simplement à cause des nerfs, mais cette petite vague m’a fait craquer. Merci donc aux 100 gecs. En m’approchant, je vois que Laura et Dylan se parlent constamment entre les morceaux, se signalant lorsqu’il faut sortir le prochain remix dance mémorable, comme le futur beat rave de « Satisfaction » de Benny Benassi ; vous le connaissez tous.  ;

Je quitte les coulisses et trouve un employé du festival en train de faire sa propre fête dans une fosse de boue. Il cherche du feu pour allumer sa cigarette pré-roulée. Je sors une allumette de mon manteau et l’allume pour lui. « Ces gars-là sont géniaux. Comment ils s’appellent ? » Ce n’est qu’un jeudi soir pour ce type. Une fois le concert terminé, je retrouve lentement le groupe de 20 personnes avec lequel je suis venu et je décide que c’est le bon moment pour une photo. Je les rassemble en un groupe et d’autres personnes se joignent à eux. En m’inspirant de Dylan, je fais signe à de plus en plus de monde jusqu’à ce que le groupe ressemble à une photo de fin d’études d’une cinquantaine de personnes. 

Au début du set de 100 gecs à la Boiler Room, il y a près d’un an, Laura avait déclaré : « Nous ne sommes pas de très bons DJs ». Vous auriez pu me tromper, ainsi que les milliers de personnes présentes qui sont restées 15 ou 20 minutes après le concert pour réclamer un rappel. Mais que l’heure du couvre-feu soit respectée, nous n’en avons pas eu. Malgré tout, 100 gecs ont rassasié tout le monde jusqu’à la prochaine rave.

Tout le contenu 360

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Monica Freire – Ilhada

Monica Freire – Ilhada

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

Leslie Ting – What Brings You In

Leslie Ting – What Brings You In

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

The First Eloi – Low Glow

The First Eloi – Low Glow

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Inscrivez-vous à l'infolettre