×
Pays : Québec Label : ATMA Classique Genres et styles : baroque Année : 2023

Arion Orchestre Baroque, Mathieu Lussier – Les soupers du roy

· par Alexandre Villemaire

Les musiciens d’Arion Orchestre Baroque revêtent redingote, jabot et pourpoint pour un repas chez la royauté! Dans une collaboration avec le Centre de musique baroque de Versailles, ce nouvel album d’Arion — qui reprend le programme de leur concert éponyme nommé au Prix Opus 2021-2022 —, nous transporte dans les cours de Louis XIV et Louis XV, de Versailles à Fontainebleau dans le faste des festivités royales et de la musique qui accompagnait celles-ci. Sont à l’honneur Michel-Richard Delalande, André Cardinal Destouches François-Colin de Blamont, Jean-Philippe Rameau et François Francœur, de compositeurs ayant occupés diverses fonctions officielles à la cour de France avec un assemblage d’œuvres tirées de recueil de suite de danses, d’opéra-ballet ou de comédie-ballet. 

Typique dans leurs formes, chacun des extraits débute par une « Ouverture » caractérisée par un rythme pointé qui leur confère un caractère noble. Les extraits choisis par la suite alternent entre danses aux caractères lents, modérés et vifs. Ainsi, après l’ouverture solennelle de Delalande,  les extraits de son Recueil d’airs nous entraînent sur des traits musicaux festifs et énergiques qui trouvent écho dans le Carnaval et la Folie de Destouches où cet esprit de fêtes et de gaieté mondaine se poursuit. Les œuvres de Blamont et Rameau contrastent en nous emmenant sur des tempi plus lents et une atmosphère un peu plus apaisée, à l’image d’une fin de soirée tamisée où l’effervescence des banquets s’estompe. Une visite chez Monseigneur le comte d’Artois pour y déguster la Symphonie du festin royal de François Francœur avec ses airs et danses enjoués majestueux vient compléter ce panorama musical. Surintendant de la musique chez Arion, Mathieu Lussier saisit et rend parfaitement l’esprit de l’époque en donnant le relief nécessaire à ce répertoire. Il témoigne ainsi de la place qu’occupait  la musique dans la vie royale et politique du XVIIIe siècle dans ce qui est un régal de fine cuisine musicale, avec des airs qui restent collés à notre palet auditif et que l’on peut consommer sans modération.

Inscrivez-vous à l'infolettre