Ouverture des Suoni per il Popolo: KY, collages étranges et autres trucs de nerds

Entrevue réalisée par Stephan Boissonneault
Genres et styles : bruitiste / expérimental

renseignements supplémentaires

Ky Brooks est un phare éclairant le terrain de jeu de la musique expérimentale à Montréal. Ayant œuvré au sein de groupes tels Shining Wizard, Femmaggots, Lungbutter et Nag, elle est aussi la responsable du son en direct pour Big|Brave et l’ingénieure du son maison de la Sala Rossa, salle indie montréalaise par excellence. Ky a également été l’une des principales initiatrices de La Plante, du loft DIY des plus fertiles durant la décennie 2010, ayant contribué à l’envol d’une part congrue de nouveaux artistes expérimentaux montréalais.

Pendant la pandémie, Ky a eu le temps de réfléchir à son propre parcours en tant qu’artiste et a ensuite réalisé l’album collaboratif Power Is The Pharmacy, qui sort maintenant sur le puissant label Constellation. Pas moins de 11 autres musiciens ont collaboré, dont Mat Ball, le maître du synthé Nick Schofield, le saxophoniste James Goddard (Egyptian Cotton Arkestra), le bassiste Joshua Frank (Gong Gong Gong), le batteur Farley Miller (Shining Wizard) et Andrés Salas (Bosque Rojo). Plusieurs de ces musiciens ont intégré le groupe de KY et font leurs débuts sur scène avec une mini-tournée de trois dates, dont une au festival de musique expérimentale de Montréal, Suoni Per Il Popolo, en soirée d’ouverture.

Nous nous sommes entretenus avec Ky et le saxophoniste James Goddard avant le concert des Suoni.

PAN M 360 : Ky, n’es-tu pas en train de répéter pour les Suoni ?

Ky Brooks : Oui, c’est moi et le groupe qui sommes en ligne : James, Mathieu, Farley et Rob. Nous jouons à Toronto demain. Nous nous préparons donc pour ce concert, puis pour celui d’Ottawa le lendemain.

PAN M 360 : La matière au programme sera-t-elle surtout celle du nouvel album, Power Is The Pharmacy ?

Ky Brooks : Pour ces deux dates, il n’y aura que le nouvel album. Il y a des exclusions, deux chansons plus mélodiques. C’est une interprétation légèrement différente, je suppose. Parce qu’il n’y a qu’un seul synthé sur scène. Et il y a une tonne de synthés sur les enregistrements.

PAN M 360 : Et je me sens bien dans ce genre de musique. Y a-t-il beaucoup d’espace pour l’improvisation en direct ?

Ky Brooks : Oui, bien sûr. Et tu sais, les chansons sont si bizarrement structurées sur les enregistrements que nous avons trouvé des moyens de les structurer et peut-être de donner un sens au jeu en le rendant un peu plus concis. Mais c’est toujours bizarre.

PAN M 360 : Est-ce une sorte de musique en continuum, avec des chansons qui se mélangent les unes aux autres ?

James Goddard : Nous n’avons fait le set qu’une fois en décembre et je pense que nous l’avons conçu pour qu’il soit comme un train de marchandises.

PAN M 360 : Et comment t’y es-tu prise pour réaliser ce projet solo, soit en t’écartant de la musique que tu faisais en groupe précédemment ?

Ky Brooks : C’est assez drôle, parce que l’album actuel regroupe tant de personnes – 11 musiciens différents y jouent. Et les gens ici, à l’exception de Rob, ont joué sur l’album. Je pense que c’est une affaire où ce serait génial de faire jouer tout le monde sur scène, mais c’est juste trop difficile de réunir 11 personnes. J’étais en train de réfléchir à la manière de mettre en place la musique en live de façon à couvrir toutes les bases, en gros. Et c’est ce groupe qui a été choisi. Et je suis sûre qu’il y aura d’autres configurations par la suite. Honnêtement, ce qui s’est passé, c’est que j’ai suivi The Artist’s Way, un livre en 12 étapes sur la manière de retrouver sa créativité. Il est basé sur les AA. J’ai suivi ce cours au plus profond de la pandémie et c’est cet album qui en est ressorti. Je n’avais pas du tout l’intention de me lancer dans un projet solo. Je préfère jouer en groupe et j’aime improviser avec les gens et vous savez, les copains et le bruit, c’est ce que j’aime. Donc, en faisant ce genre de choses de manière autonome, en étant isolée dans la pandémie, j’avais besoin de faire quelque chose.

Crédit photo: Stacly Lee

PAN M 360 : Et pour l’enregistrement, avez-vous apporté ces squelettes de chansons et laissé les musiciens s’exprimer librement ?

Ky Brooks : C’est certainement une partie de ce qui s’est passé. C’est un peu comme un collage

James Goddard : Lors des premières sessions d’enregistrement avec Andrés et Nick, vous vous êtes dit : « J’ai une page de mots. Et je n’ai aucune idée de ce que devrait être la musique autour de ces mots. Et on s’est dit : « OK, faisons de la musique », et certaines de ces choses se sont retrouvées sur l’album. D’autres ont été effacées et remplacées par d’autres choses. On l’envoyait à Farley et il arrivait avec un rythme de batterie. Ensuite, vous enleviez le saxophone ou autre et vous mettiez un synthé, puis vous aimiez la chanson. Il n’y avait pratiquement pas d’échafaudage et c’était vraiment votre processus d’assemblage.

Ky Brooks : C’est intéressant. La semaine dernière, Joni Void et moi nous sommes interviewés mutuellement sur CKUT et nous nous sommes retrouvés sur ce processus très similaire de création musicale. En fait, c’est un collage de sons, n’est-ce pas ? Je n’ai pas écrit de musique. Puis mes amis ont joué dessus. C’était plutôt un assemblage à partir de ce que les gens faisaient. Et ce que les gens m’envoyaient ou faisaient sur le moment, et il y avait beaucoup de choses prises à un endroit et placées ailleurs. Et il y a aussi des enregistrements de terrain et des choses comme ça, ce qui, je pense, est une sorte de retour étrange à ce processus d’assemblage.

PAN M 360 : Et maintenant, traduire ces chansons en direct est une autre forme d’assemblage.

Ky Brooks : Oui, j’ai l’impression que nous sommes un groupe de Nu Metal en live (rires). Pour ce concert, par exemple, Rob joue de la guitare sur ce morceau, alors qu’il n’en jouait pas sur l’album. Et ils jouent un tas de parties qui étaient à l’origine des parties de synthé, en fait. C’est donc une sorte de réinterprétation que nous faisons, pour trouver comment la traduire en live.

PAN M 360 : Je voulais vous poser une question sur les vers des chansons, cette poésie presque fragmentée. Est-ce que vous écrivez quotidiennement vos propres interprétations dans un journal ?

Ky Brooks : Oui, je tiens un journal personnel au quotidien. Or, les textes de Power Is The Pharmacy sont pour la plupart des poèmes assez structurés, qui n’ont pas la forme de ce qui se trouve sur l’album, mais qui sont des poèmes sur lesquels je me suis attardé pendant très longtemps. Elvin Silverware, par exemple, est un poème que je pense avoir joué en concert pendant six ans, dans différentes configurations. Certaines ont été improvisées pendant l’enregistrement, comme Dragons. Comme The Dancer, que j’ai écrit comme une chanson plutôt que comme un poème. Il y a donc beaucoup de sauts à ce stade. Je travaille sur ce truc depuis tellement longtemps que je le connais assez bien. Mais je pense que chaque chanson procure des vibrations et des émotions différentes.

PAN M 360 : Diriez-vous qu’il y a un thème qui tient tout l’album ensemble, ou peut-être quelques uns ?

Ky Brooks : Je peux vous dire la vérité embarrassante à propos de cet album, à savoir que le titre originel était Capitalism Dreams, and the Fear of Loss , que je n’ai bien sûr pas pu conserver. Mais ce sont les trois thèmes de l’album (capitalisme, rêves, peur de la perte), et il y a en fait trois ensembles différents – on pourrait le diviser en trois groupes de chansons différents, qui traitent de ces trois aspects différents. Le thème sous-jacent de l’album, pour moi, est lié au vieillissement, au caractère éphémère de la vie et à quel point il est incroyablement effrayant d’exister. Et puis, il y a une sorte de parallèle entre la ville qui change, ses infrastructures, ses lois de zonage, ses impacts sur la façon dont nous vivons notre vie quotidienne, les endroits où nous nous retrouvons chaque jour.

James Goddard : Il y a aussi la citation qui a inspiré le titre: « Le pouvoir, c’est la pharmacie, grâce à sa capacité à transformer les sources de la mort en force d’ensemencement, ou à convertir les ressources de la mort en capacité de guérison. Et c’est en raison de sa double capacité à être la force de la vie et le principe de la mort que le pouvoir est à la fois vénéré et craint… »

Ky Brooks : J’ai l’impression que c’est ce livre, A Critique Of Black Reason, d’Achille Mbembe. Et peut-être plus spécifiquement, il y a un autre livre du même auteur intitulé Necropolitics, qui traite de la façon dont, dans le capitalisme, la mort devient une source de pouvoir. Qui est autorisé à mourir et qui est forcé de mourir devient un outil pour renforcer ou recréer le capitalisme, en fait. Et je pense que c’est aussi l’un des thèmes profonds de l’album. Et, vous savez, il faut lire tous les textes de cet auteur, et prendre cette citation au pied de la lettre.

James Goddard : Nous aimons les trucs de nerd dans ce groupe !

PAN M 360 : Enfin, à quoi pouvons-nous nous attendre de votre performance aux Suoni ?

Ky Brooks : J’espère que ce sera juste très amusant, bizarre, stupide, des vibrations Sotterranea. Nous jouons avec leurs amis, HRT et Genital Shame, qui viennent des États-Unis. Il s’agit d’un projet de black metal expérimental queer.

PAN M 360 : Du black metal queer expérimental ? Il n’y en a qu’aux Suoni !

KY + GENITAL SHAME + HRT @ LA SOTTERENEA, 1er juin, 21h
BILLETS ICI

Tout le contenu 360

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Modeline Raymond « choisie par la musique »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Modeline Raymond « choisie par la musique »

Piknic Elektronic | Jordan Gardner, de TO à MTL « pour l’esprit de l’art « 

Piknic Elektronic | Jordan Gardner, de TO à MTL « pour l’esprit de l’art « 

Domaine Forget 2024 | Paysage américain au domaine, Nicholas Walker nous en cause

Domaine Forget 2024 | Paysage américain au domaine, Nicholas Walker nous en cause

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

Étienne Dupuis et l’ICAV : toujours apprendre, et montrer comment

Étienne Dupuis et l’ICAV : toujours apprendre, et montrer comment

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

La violence des camions brûle et recommence

La violence des camions brûle et recommence

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Inscrivez-vous à l'infolettre