Jeremy Dutcher | Sagesse, vision, création wolastoqey

Entrevue réalisée par Alain Brunet

renseignements supplémentaires

Deuxième étape d’un parcours à peu près parfait jusqu’à ce jour, Motewolonuwok, a d’abord été inspiré par un poème de l’écrivain cherokee Qwo-li Driskill. « De la lourde épave de la perte, nous émergeons ensemble ». Jeremy Dutcher y chante en wolastoqey, sa langue maternelle, sans passéisme aucun. 

Sur ce nouvel enregistrement, il chante aussi en anglais parce qu’il voit dans ce choix bilingue  » une puissante invitation à la guérison et à la compréhension collectives, une ligne de communication directe pour transmettre les histoires de guérison, de résilience et d’émergence de sa communauté à tous ceux qui l’écoutent. « 

Ténor classique de formation, Dutcher est parvenu à créer une musique et à une écriture multiréférentielles en explorant l’identité indigène contemporaine, plus précisément celle de la nation Wolastoqiyik Wahsipekuk dont il est issu – Nouveau-Brunswick, Québec et Maine, le long de la rivière Wolastoq – fleuve Saint-Jean selon le nom officiel des colonisateurs européens… et toujours officiel. Sa réinvention de son propre héritage culturel, en le mêlant à la musique classique occidentale, au jazz, à la musique électronique ou à la pop de chambre, est tout simplement brillante. 

Le premier album de Jeremy Dutcher en 2018, Wolastoqiyik Lintuwakonawa, a remporté le prix Polaris et un prix JUNO. Il s’agit sans aucun doute d’un album de référence pour la culture contemporaine canadienne..

Joint à Paris, où il était en tournée en octobre dernier, Jeremy Dutcher a accordé à PAN M 360 une longue interview que nous avons mise en ligne juste avant son nouveau concert.



.

PAN M 360  : Comment allez-vous ?

Jeremy Dutcher :Je vais bien ! Salutations de Paris. Cool. Comment allez-vous ?

PAN M 360  : Très bien. A propos de Paris ?

Jeremy Dutcher  : Oh mon Dieu, c’est fantastique ! Je veux dire, la ville est incroyable. Je viens de faire une interview à la radio. Nous sommes en train de faire de la publicité pour le nouvel album dans toute la ville. Et j’ai un concert dans une salle très intime, L’Accord parfait, dans le 18ème arrondissement. 


PAN M 360 :  Vous savez, ma partenaire et moi avons fait récemment un voyage de trois semaines à travers votre pays d’origine, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Et quand je roulais dans votre région, j’ai pensé à vous et à votre précédent album qui a tout déclenché.


Jeremy Dutcher :Bien ! Surtout le premier album. Cette musique est tellement liée à mes origines. Je suis heureux que vous ayez pu découvrir la beauté de cette région.

PAN M 360  : Plus loin en Nouvelle-Écosse, nous avons eu quelques conversations brèves mais nourrissantes avec Mi’gmaqle peuple du Cap-Breton. En visitant certains musées, nous avons reconnu certains aspects de votre patrimoine et, bien sûr, les préoccupations légitimes des Premières nations des Maritimes. 

Jeremy Dutcher :Ce sont des gens très gentils là-bas. Je suis content que vous puissiez passer du temps avec eux.

PAN M 360  : Oui, on a appris des choses !

Jeremy Dutcher : Ça ouvre les yeux. J’espère qu’à chaque fois que des non indigènes s’engagent avec des indigènes, ils découvrent une nouvelle perspective. Ils voient le lieu et l’espace d’une manière différente.

PAN M 360 : Nous sommes probablement en retard dans ce processus, mais au moins certains d’entre nous ont changé d’avis sur notre histoire. Parce que nous, Québécois français, avons été opprimés par les Anglais pendant quelques siècles, nous avons eu tendance à oublier ou à ignorer que nous avons d’abord été des colonisateurs lorsque nous sommes arrivés sur ce continent.

Jeremy Dutcher : Eh bien, ne vous inquiétez pas, des personnes comme moi sont là pour rappeler aux autres que ce n’est pas grave. C’est comme si on enlevait la culpabilité de cette conversation, parce qu’on est tous ensemble à vivre sur ce continent.

PAN M 360  : Oui. Il faut vivre ensemble maintenant.

Jeremy Dutcher :C’est tout. Personne ne retournera en France ou en Europe, peut-être juste pour visiter, mais personne n’ira nulle part. Au Canada, nous sommes ici ensemble, et nous devons trouver un moyen d’avancer.

PAN M 360  : Exactement. Et nous devons partager la culture de chacun et mélanger, nous devons embrasser votre culture et vice versa.

Jeremy Dutcher : Oui, mais c’est aussi ça le problème. Je pense que les peuples indigènes font ce vice versa depuis très longtemps. De l’autre côté, ce n’était pas exactement le cas. Lorsque les Européens sont arrivés en Amérique du Nord, ils pensaient que nous n’avions rien à leur apprendre. Ils pensaient qu’ils avaient tout à nous apprendre parce qu’ils étaient chrétiens.

PAN M 360 : Oui, ils pensaient que la religion chrétienne était la meilleure. Et leur supériorité avec les armes (à feu) leur donnait l’impression d’être plus civilisés. 

Jeremy Dutcher : Oui, mais je pense que c’était plus que cela, c’était aussi une idéologie. Par exemple, le féodalisme, les rois et les reines, la hiérarchie stricte, les frontières, ce n’est pas vraiment quelque chose que nous avions. Il s’agit d’une idéologie très différente de celle que nous avons dans nos structures sociales. Mais oui, ce sont certainement les armes et le christianisme.

PAN M 360 : Bien sûr, les structures sociales des Premières Nations étaient déjà un concept pré-démocratique.

Jeremy Dutcher : Yeah! We may have even invented the thing !

PAN M 360  : Lorsque j’étais adolescent dans les années 70, je me souviens avoir lu  » L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État  ; », un essai de Friedrich Engels publié en 1884, basé sur les notes de Karl Marx sur les études anthropologiques de Lewis Henry Morgan sur les sociétés traditionnelles.La structure de la société iroquoise et ses qualités progressistes en matière de participation démocratique et de matriarcat y occupent une place importante.

Jeremy Dutcher  : Attendez, quoi ? Engels a écrit sur la société indigène ?

PAN M 360  : Bien sûr, oui.

Jeremy Dutcher  : Oh, mon Dieu. Vous m’épatez en ce moment. Merci!  ; Je vais aller voir ça tout de suite. 

PAN M 360  : De rien ! Parlons maintenant de notre sujet principal  : votre 2ème album.

Jeremy Dutcher : C’est en fait venu de mon expérience avec le premier album, le premier album tout en Wolastokey. J’ai créé ce premier album pour mon peuple et il n’y avait pas de traduction. Mais j’ai aussi compris qu’avec la notoriété et l’attention suscitées par le premier album, beaucoup de personnes non autochtones l’écoutaient aussi, et pour moi, il s’agissait de leur parler de manière directe et de raconter nos histoires d’une manière qui ait du sens pour eux. Et j’espère que cela changera leur cœur et influencera leur façon de penser sur les peuples autochtones ;

PAN M 360  : Oui, vos valeurs doivent être comprises par tout le monde, au-delà de votre personnel.

Jeremy Dutcher  : Nous en avons besoin. Ce qui nous manque en ce moment, c’est le contexte, c’est-à-dire comment nous en sommes arrivés là dans notre société. Au Canada, nous parlons toujours des deux solitudes, mais ce n’est pas vrai, il y a bien plus que cela. Car si nous comprenons que les différences au sein des communautés indigènes sont fondamentales en raison de nos modes de pensée et de connaissance et que la guérison de nos propres modes de vie va aussi, espérons-le, inviter d’autres personnes non indigènes à s’engager dans cette voie, il faut que nous comprenions que les différences entre les communautés indigènes sont fondamentales en raison de nos modes de pensée et de connaissance.

PAN M 360  : Vous avez tout à fait raison. Nous devons maintenant partager des valeurs et trouver ensemble un chemin différent.

Jeremy Dutcher  : C’est toujours un espoir, nos aînés disent que cela a toujours été une chanson de bienvenue. Et par là, elle veut dire que nous avons toujours accueilli les gens. Et cela n’a jamais changé. Peut-être parfois à l’excès, peut-être trop, mais nous avons toujours été accueillants et nous ne pouvons pas changer cela maintenant. Nous disons cela pour nous, mais aussi pour tout le monde, c’est-à-dire que nous ne construisons pas de murs .

Et nous avons créé cette société canadienne pluraliste, les Africains, les Européens, les Asiatiques, les indigènes, le monde entier est rassemblé à Montréal, à Toronto, dans ces villes où nous pouvons réellement accomplir beaucoup de travail ensemble parce que nous sommes là les uns pour les autres. Je pense donc que l’on sait que, même si le Canada me frustre parfois, le potentiel est très élevé parce que la façon dont le monde est rassemblé dans ces lieux est très unique. Ce n’est pas le cas partout dans le monde.

PAN M 360  : Évidemment, c’est le courant de votre propre chemin en tant que chanteur, auteur-compositeur et musicien.  ; Alors, qu’avez-vous fait différemment cette fois-ci ? J’observe davantage la musique chorale, par exemple. Il y a beaucoup d’overdubs de voix, je vois aussi différents types de musique, même des accords de jazz parfois.

Jeremy Dutcher :
Oui, nous allons dans beaucoup de directions différentes avec celui-ci.

PAN M 360  : Pouvez-vous le décrire brièvement ?

Jeremy Dutcher :Oui, bien sûr. Pour le premier album, c’était très restreint. Il n’y avait que moi, quelques cordes et quelques chanteurs. C’était une sorte de petit ensemble de chambre. Pour le deuxième album, je voulais le faire exploser et l’étendre, aller jusqu’au bout. Ce quatuor à cordes va donc devenir un orchestre complet et ces deux chanteurs deviendront le chœur.

PAN M 360  : Évidemment, c’est le courant de votre propre chemin en tant que chanteur, auteur-compositeur et musicien. Alors, qu’avez-vous fait différemment cette fois-ci ? J’observe davantage la musique chorale, par exemple. Il y a beaucoup d’overdubs de voix, je vois aussi différents types de musique, même des accords de jazz parfois.

Jeremy Dutcher : Oui, nous allons dans beaucoup de directions différentes avec celui-ci.

PAN M 360  : Pouvez-vous le décrire brièvement ?


Jeremy Dutcher : Oui, bien sûr. Pour le premier album, c’était très restreint. Il n’y avait que moi, quelques cordes et quelques chanteurs. C’était une sorte de petit ensemble de chambre. Pour le deuxième album, je voulais le faire exploser et l’étendre, aller jusqu’au bout. Ce quatuor à cordes va donc devenir un orchestre complet et ces deux chanteurs deviendront le chœur.

Pour moi, le deuxième album ressemble à une expansion sonore du premier, mais dans les deux sens, ce qui signifie qu’il est à la fois grand et petit. Et pour moi, il y a des moments sur cet album qui jouent avec la nuance, le petit espace et la délicatesse de nos histoires, et puis il y a d’autres chansons qui vont beaucoup plus loin et qui sont vraiment dramatiques. La vérité se trouve donc probablement quelque part au milieu. J’espère que les gens pourront écouter et se retrouver dans une partie de cette musique, si ce n’est dans la totalité.

PAN M 360 : Oui, et si on peut être plus précis, on peut peut-être mettre le doigt sur quelques titres et voir comment ils ont été créés.

Jeremy Dutcher : Dans le premier album, toutes les chansons sont basées sur le même matériel source. Elles s’inspirent toutes des chansons d’Ancestor. Maintenant, avec celui-ci, avec le nouvel album, c’est un peu comme si on tirait et tissait ensemble toutes ces différentes inspirations et sortes d’influences. Donc ça sonne différemment et ça s’est fait de différentes manières.  ;

Par exemple, la première chanson du disque s’intitule  » Skicinuwihkuk  « . Il s’agit en fait d’une phrase que j’ai trouvée en faisant des recherches dans les archives du premier disque. J’ai trouvé cette citation, et la citation de l’ancêtre est devenue les paroles de la chanson. En ce sens, je n’ai pas fait grand-chose. J’ai écrit la musique, bien sûr, mais je n’ai pas nécessairement proposé le contenu des paroles.

PAN M 360  : Pouvez-vous expliquer le contenu des paroles de cette chanson ?

Jeremy Dutcher  : Donc, cela signifie que tant qu’il y aura un enfant parmi mon peuple, nous protégerons la terre pour toujours et à jamais.  Lorsque je me présente dans ma langue, je pourrais dire que je suis une personne indigène. Oui. Sothis est l’endroit où se trouve la terre du peuple indigène. Pour moi, c’est comme une déclaration de souveraineté. Toutes ces années, c’est une citation de 1763, et ils disaient toujours la même chose : nous sommes ici et nous protégeons la terre .

Tout au long de l’histoire, notre peuple s’est levé et a dit : « Non, en fait, nous allons protéger cet endroit et nous n’allons pas vous laisser faire ça. Je pense à Oka, je pense à Wet’suwet’en et à tous ces sites où notre peuple s’est levé et a dit non, vous n’allez pas construire un putain de terrain de golf ici ou vous n’allez pas couper tous ces vieux arbres, il y a quelque chose de plus important que le développement et la consommation. Il y a quelque chose de plus important que le développement et la consommation. Je pense donc que oui, nous devons continuer à le répéter, parce que c’est clairement comme, je pense qu’en tant que pays, nous avons cette façon de mettre des œillères ou de nous détourner des choses que nous savons être mauvaises.  

PAN M 360  : Cet album est donc une véritable invitation à ouvrir nos esprits.

Jeremy Dutcher :Oui, mais comme je l’ai dit, ça a toujours été une chanson de bienvenue, donc il ne s’agit pas de faire honte à quelqu’un qui n’est pas avec nous. C’est une invitation à dire que nous faisons quelque chose d’autre ici, alors vous pouvez venir et traîner avec nous. Nous avons des histoires, des chansons et toutes ces belles choses que nous voulons vous faire connaître. Alors, venez et traînez avec nous.

Si vous comparez cela à une chanson de la seconde moitié de l’album intitulée,  The Land That Held Them, ce sont mes mots à moi, qui parlent de la dure réalité qui nous suit souvent en tant que peuple indigène à l’heure actuelle, mais c’est fait et capturé d’une manière magnifique. Pour ce morceau, nous avons un quintette de cuivres, le tout orchestré par Owen Pallett. Il a réalisé tous ces arrangements orchestraux luxuriants et malades. 

Je suis chanteur et pianiste, mais je ne travaille pas vraiment avec un orchestre. Je compte donc sur mes amis et les membres de la communauté qui m’entourent pour me dire : « Hé, qu’est-ce que tu sais faire ? Tu pourrais peut-être venir ici et le faire. Il s’agit donc de réunir toutes ces différentes influences.

PAN M 360 :  Et si nous continuons, prenons un ou deux échantillons d’autres chansons que vous avez créées, parce que c’est très diversifié, multi genre. Ce n’est pas seulement un genre de pop indie prévisible, c’est très diversifié.

Jeremy Dutcher  : Nous, les musiciens, pouvons parfois nous mettre dans une boîte pour créer quelque chose qui soit acceptable ou intéressant pour tout le monde. Et c’est comme si, eh bien, vous n’y arriverez jamais. Alors créez ce que vous voulez créer et j’espère que cela vous touchera. Pour moi, c’est comme tisser ensemble toutes ces différentes esthétiques musicales que l’on m’a enseignées. C’est vrai. C’est donc l’élément traditionnel, l’élément classique, l’élément chorale, qu’il faut intégrer. Pour une chanson comme  » Sakom  « , qui commence la seconde moitié de l’album, il n’y a que des voix a cappella, qui chantent. 

Il s’agit du pouvoir de la voix et du pouvoir de la collectivité, et de la façon dont cela contribue à notre guérison lorsque nous chantons ensemble. Je pense qu’il s’agit d’un thème unique parce que je savais que je voulais une chorale sur cet album. Mais s’agit-il d’un arrière-plan, d’un chœur grec qui commente l’œuvre ? Ou sont-ils une vraie voix dans la pièce sur le disque ? Pour moi, je voulais qu’ils soient presque la pièce centrale de cet album.

PAN M 360: Comment avez vous envisagé la production ?

Jeremy Dutcher : C’était une sorte de coproduction entre moi et quelques personnes. Owen Pallett a produit les sessions de cordes et les sessions du groupe, puis nous avons fait de la post-production ensemble. Mon producteur du premier album, un producteur de Montréal nommé Buffalo, a également participé à la post-production et à l’assemblage de l’ensemble. Je pense aussi à des gens comme Basia Bulat. C’est une personne très gentille. Elle m’a aidée à écrire une chanson particulière intitulée Take My Hand , qui est le fruit d’une expérience de coécriture entre mon ami, un aîné de mon pays et moi-même. Nous l’avons écrite ensemble. Il y a donc différents collaborateurs sur cet album qui l’ont fait fructifier.

PAN M 360  : Vous produisez-vous souvent dans votre pays d’origine ?


Jeremy Dutcher  : Je ne m’y retrouve pas trop ces jours-ci, tout simplement parce que je suis souvent sur la route. Je n’ai pas de maison là-bas. C’est ici que se trouvent mes parents et mes frères. Avant 2026. Je veux avoir une petite maison dans les bois au Nouveau-Brunswick. Mais en fait, en ce moment, je passe mon temps à Montréal.

PAN M 360  : Oh, vous vivez ici en permanence maintenant.

Jeremy Dutcher  :
Oui. Je pense que c’est un bon choix. Je dois travailler mon français.

PAN M 360  : Ça va venir naturellement si on fait l’effort de le faire. Mais nous, Québécois francos et autres, devrions aussi faire l’effort d’apprendre les langues indigènes.

Jeremy Dutcher  : Voilà. C’est ça ! Parce qu’il s’agit de s’étendre les uns aux autres. Vous commencez à apprendre une langue indigène, puis vous comprenez qu’elle est liée à toutes les autres. C’est génial de voir ces liens. Pour l’instant, je vais vous apprendre un seul mot dans notre langue, et c’est juste notre mot pour dire merci, et c’est wooliwon.

PAN M 360  : Cool ! Wooliwon à vous aussi!

JEREMY DUTCHER SE PRODUIT CE JEUDI 9 NOVEMBRE, 20H, THÉÂTRE BEANFIELD. INFOS ET BILLETS ICI

Tout le contenu 360

Présence autochtone 2024 : on vous jase de la programmation

Présence autochtone 2024 : on vous jase de la programmation

Festival de Lanaudière 2024 | Marc-André Hamelin, l’OM et Yannick Nézet Séguin, « tradition lanaudoise »

Festival de Lanaudière 2024 | Marc-André Hamelin, l’OM et Yannick Nézet Séguin, « tradition lanaudoise »

Festival de Lanaudière 2024 | Hommage à Mémoire et Racines sur fond de retrouvailles trad/classique

Festival de Lanaudière 2024 | Hommage à Mémoire et Racines sur fond de retrouvailles trad/classique

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Le rôle de pianiste-accompagnateur raconté par Francis Perron

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Le rôle de pianiste-accompagnateur raconté par Francis Perron

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Rutshelle Guillaume: la reine du konpa à la conquête de MTL !

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Rutshelle Guillaume: la reine du konpa à la conquête de MTL !

Club Sagacité aux Nuits d’Afrique Sound System: San Farafina explique

Club Sagacité aux Nuits d’Afrique Sound System: San Farafina explique

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Modeline Raymond « choisie par la musique »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Modeline Raymond « choisie par la musique »

Piknic Elektronic | Jordan Gardner, de TO à MTL « pour l’esprit de l’art « 

Piknic Elektronic | Jordan Gardner, de TO à MTL « pour l’esprit de l’art « 

Domaine Forget 2024 | Paysage américain au domaine, Nicholas Walker nous en cause

Domaine Forget 2024 | Paysage américain au domaine, Nicholas Walker nous en cause

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

Étienne Dupuis et l’ICAV : toujours apprendre, et montrer comment

Étienne Dupuis et l’ICAV : toujours apprendre, et montrer comment

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Kizaba, le Congo, Montréal, la suite des choses

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Kizaba, le Congo, Montréal, la suite des choses

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Inscrivez-vous à l'infolettre