Derrière le moi avec Everly Lux

Entrevue réalisée par Varun Swarup
Genres et styles : americana / indie folk

renseignements supplémentaires

Selfhood est le premier EP de l’artiste DIY montréalaise Everly Lux. Enregistré et produit par une équipe composée exclusivement de femmes, ce parcours de 7 chansons est une ode au devenir et à l’appartenance de soi. En usant de paroles poétiques, chaque chanson est une histoire qui vise à creuser profondément les dichotomies de l’amour, du chagrin, de la violence et de la réalité.

PAN M 360: Pour votre premier mini-album, on constate que avez déjà une personnalité artistique très forte. Peut-être pourriez-vous nous raconter comment tout cela est né ?

Every Lux : Et bien tout cela a été très intéressant pour moi parce que je n’avais pas nécessairement l’intention de sortir de la musique folk acoustique. Je n’écoutais même pas beaucoup de folk. J’ai toujours fait partie de beaucoup d’autres projets, plus pop. J’ai joué dans un groupe indie-rock pendant un certain temps, mais aucun de ces projets n’a vraiment fonctionné, et ensuite, pendant que j’étudiais la musique pendant environ six ans, j’étais un peu trop occupée pour vraiment penser à une identité artistique et tout ça. Finalement, j’ai atteint une sorte de carrefour et je me suis dit, ok, je vais essayer d’obtenir des subventions et de me concentrer sur ma musique pendant un an, et c’est à ce moment-là qu’Everly Lux a été créé.

 

PAN M 360 : Ce style folklorique était-il une nouvelle direction ou quelque chose que vous avez exploré pendant un certain temps ?

 

Everly Lux : C’est assez récent. Je pense que c’est au début de l’année 2021 que j’ai écrit Is it True, qui est la seule chanson que j’ai écrite qui était différente de tout ce que j’avais fait auparavant. C’était comme un nouveau projet, un nouveau son, une nouvelle identité. Peu de temps après, j’ai fait un énorme voyage en voiture jusqu’à Los Angeles pendant trois mois, et c’est à ce moment-là que l’identité a commencé à prendre forme. Ce mot m’est resté en tête, et c’est en revenant avec tout ce bagage que j’ai écrit toutes les autres chansons.

PAN M 360 : Il est intéressant que vous appeliez votre album Selfhood alors que vous avez adopté une toute nouvelle identité, celle d’Everly Lux. Comment conciliez-vous ces deux identités ? Considérez-vous Everly comme votre alter ego ou plutôt comme votre véritable moi ?

Everly Lux : Bonne question ! Je veux dire que l’un des thèmes de cet album est la vérité, il y a beaucoup de mentions sur ce sujet et je pense que mon point de vue est qu’il y a beaucoup de vérités et je sens qu’Everly est l’un de mes vrais moi. L’égoïsme ne consiste pas seulement à être son moi statique, mais c’est un comportement, c’est une action, c’est un acte de devenir soi-même. Cela implique donc un changement, un processus et quelque chose qui devra toujours être fait.

PAN M 360 : Bien sûr, une grande partie de l’identité des Everly semble être cette sorte d’esthétique bizarre et merveilleuse. D’où vient votre attirance pour le surréel ?

Every Lux: Je pense que je me suis toujours sentie comme une extraterrestre et je pense que cela se ressent également au niveau musical. Je voulais faire quelque chose de différent et de plus expérimental que la plupart des musiques pop que j’entendais. J’ai aussi un premier niveau universitaire en composition de musique contemporaine, donc j’ai été exposée à des choses super dissonantes et super bizarres, mais ces choses n’étaient pas très accessibles parce que les gens ne s’y reconnaissaient pas. J’ai donc voulu prendre ce genre de dissonance et de tranchant et en faire quelque chose de plus digeste et de plus beau. L’une des choses les plus importantes pour moi est l’originalité, donc je tiens beaucoup à faire quelque chose de différent. 

PAN M 360 : Comment vous y prenez-vous pour écrire vos chansons ? Avez-vous un processus ou pas vraiment ?

Everly Lux : Oui, j’ai différentes approches, mais je travaille beaucoup avec des titres. Je fais un remue-méninges jusqu’à ce que j’arrive à une sorte de mot ou de concept. Et puis, musicalement, il y a toujours des choses que je veux explorer, comme cette tonalité ou ce style. Parfois, je suis obsédée par un morceau d’un autre artiste et je me dis que je veux faire quelque chose comme ça. J’ai l’impression que les mélodies me viennent naturellement et que les accords sont la partie la plus facile, alors je passe beaucoup de temps sur la poésie du texte. C’est très important pour moi, j’espère que les gens les liront. C’est pourquoi je fais ces livrets.

PAN M 360 : Avez-vous eu des scrupules à écrire en anglais plutôt qu’en français ou quelque chose comme ça ?

 

Every Lux: Mon premier projet solo était plus bilingue, c’est certain. J’ai toujours été attirée par les langues. J’ai vécu en Allemagne, je parle allemand et j’ai même fait de la musique allemande. Je pense que lorsque j’ai créé Everly Lux, j’avais l’idée d’essayer de le rendre financièrement viable, et vous savez comment est le marché. Mais je pense aussi aux artistes que j’écoute et aux langues dans lesquelles ils chantent, il n’y en a pas beaucoup qui chantent en français. Au Québec aussi, l’industrie se résume à un certain nombre de gens branchés sur trois labels. Je voulais m’éloigner de cela et donc une grande partie de ma vision est de travailler avec des artistes féminins et non-binaires.

PAN M 360 : Nous savons tous à quel point l’industrie de la musique est un désastre de nos jours. En tant qu’artiste nouvellement indépendante, qui voyez-vous comme un exemple de ce que le musicien indépendant peut faire en 2023 ?

 

Every Lux: Je pense que chaque artiste a ses préférences. Certains artistes aiment vraiment l’enregistrement en studio et travailler sur des albums et d’autres préfèrent jouer en live autant que possible. Une artiste que j’aime beaucoup est Aldous Harding et elle joue tellement, je veux dire qu’elle tourne comme une folle. Et c’est un peu ce que j’aimerais faire, jouer tout le temps. Beaucoup d’artistes que j’aime sont basés au Royaume-Uni, comme Anna B Savage. Elle vient de sortir un album et il est vraiment génial. Lisa O’Neil aussi, elle est en Irlande. Et ici, il y a bien sûr Helena Deland. J’admire ce qu’elle a accompli et elle fait aussi beaucoup de tournées, elle part en tournée en ce moment même.  ;

PAN M 360 : Comment avez-vous vécu la distribution de votre musique?  ; Avez-vous eu des réserves avec les plateformes d’écoute en continu ?

Everly Lux : Je ne soutiens pas Spotify, mais tout le monde l’utilise, alors j’y mets ma musique. Je pense qu’à ce stade, j’ai besoin d’être visible, donc l’exposition vaut plus que tout. C’est un peu comme ça que ça se passe. Il faut faire des concerts.

PAN M 360 : Et vous avez un spectacle à venir bientôt ? .

Every Lux: Oui, j’ai un concert lundi à Ursa avec William Duval. Sa musique est très touchante et déchirante. Et Holly McLachlan. Ça va être très beau, on a appelé le spectacle « Folk-Arc en trois actes ».

 

PAN M 360 : Allez-vous jouer principalement des morceaux de Selfhood ?

Every Lux: Oui, mais en fait je vais jouer une nouvelle chanson que j’ai écrite cette semaine. C’est vraiment excitant pour moi en ce moment parce que je retourne à la phase de création pour écrire plus de musique et je suis reconnaissante de ne pas mépriser la musique après avoir sorti mon album. Je suis juste excitée et enthousiaste malgré tout, malgré l’industrie, je suis contente.  ;

PAN M 360 : Nous en sommes ravis. Merci, Everly. 

Tout le contenu 360

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Le rôle de pianiste-accompagnateur raconté par Francis Perron

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Le rôle de pianiste-accompagnateur raconté par Francis Perron

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Rutshelle Guillaume: la reine du konpa à la conquête de MTL !

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Rutshelle Guillaume: la reine du konpa à la conquête de MTL !

Club Sagacité aux Nuits d’Afrique Sound System: San Farafina explique

Club Sagacité aux Nuits d’Afrique Sound System: San Farafina explique

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Modeline Raymond « choisie par la musique »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Modeline Raymond « choisie par la musique »

Piknic Elektronic | Jordan Gardner, de TO à MTL « pour l’esprit de l’art « 

Piknic Elektronic | Jordan Gardner, de TO à MTL « pour l’esprit de l’art « 

Domaine Forget 2024 | Paysage américain au domaine, Nicholas Walker nous en cause

Domaine Forget 2024 | Paysage américain au domaine, Nicholas Walker nous en cause

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

Dômesicle SAT | Kizi Garden + Isotone, 10 ans fêtés le 19 juillet

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Fredy Massamba, un Congolais (de Montréal) sur 3 continents

Étienne Dupuis et l’ICAV : toujours apprendre, et montrer comment

Étienne Dupuis et l’ICAV : toujours apprendre, et montrer comment

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Festival de Lanaudière 2024 | Yoav Levanon, prodige en récital ou avec orchestre, ses débuts au Canada !

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

Nuits d’Afrique 2024 – Une discussion avec Eno Williams, la chanteuse d’Ibibio Sound Machine

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Valérie Ekoumè et le Québec : amour réciproque sur rythmes jubilatoires

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival d’art vocal de Montréal 2024 | Apprendre à chanter sans stress avec Claude Webster

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

Inscrivez-vous à l'infolettre