Mundial Montréal – « Qui sommes-nous ? » avec Al-Qasar

Entrevue réalisée par Varun Swarup

renseignements supplémentaires

Lorsque les continents entrent en collision, ils font un bruit de tonnerre. Al-Qasar crée la bande son de cette fission. Arabian fuzz, c’est ainsi qu’ils nomment leur musique, une vision effrontément électrique et profondément connectée à ses racines. Le groupe a été créé dans le quartier de Barbès à Paris par le producteur Thomas Attar Bellier, qui a réuni des musiciens de France, du Liban, des États-Unis, du Maroc, d’Algérie, d’Arménie et d’Égypte .

Al-Qasar joue le 15 novembre au Café Campus à 22h55. 

PAN M 360 : Bonjour Thomas, merci de nous consacrer un peu de votre temps. Vous êtes à l’écoute depuis Montréal ?

Thomas :Oui, nous sommes arrivés il y a quelques heures. Je ne sais pas si vous le savez mais je suis au Biftek Bar. 

PAN M 360 : Bien sûr. Est-ce la première fois que le groupe se produit au Québec ?

Thomas: C’est vrai, et même pour moi, c’est la première fois que je joue au Canada. Même si j’ai vécu longtemps aux Etats-Unis, nous sommes très excités. 

PAN M 360 : Et nous aussi. Al-Qasar est un projet très intéressant. Avez-vous toujours eu l’idée de faire du rock du désert arabe ?

Thomas: Personnellement, je viens de la scène psychédélique. C’est la scène dans laquelle j’ai grandi, c’est la scène dans laquelle j’ai commencé à tourner quand j’étais gamin. J’ai grandi en France, j’ai déménagé en Californie à un très jeune âge, et j’ai tout de suite été exposé au stoner et au psychédélisme. Mais en même temps, j’ai toujours été intéressé par la musique nord-africaine. En grandissant à Paris, j’ai été exposé à beaucoup de joueurs de oud, de percussionnistes, de chanteurs, et ainsi de suite. C’était donc un peu mon éducation musicale bipolaire…

À un moment donné, j’étais à Los Angeles et je collaborais avec un poète jordanien. Il s’appelle Farid Al Madain et il a eu l’idée de me dire : « Pourquoi n’écrirais-je pas des poèmes radicaux dans le style d’Ahmed Fuadnag, le poète révolutionnaire égyptien, et ne composerais-tu pas des morceaux psychédéliques vraiment cool pour les accompagner ? Nous pouvons faire quelque chose de complètement nouveau, un projet de rock psychédélique avec des influences d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et de Turquie, avec des paroles radicales où nous utilisons l’arabe classique comme il l’a rarement été auparavant.

C’était la première version de l’idée, puis l’idée s’est développée pour inclure encore plus d’influences parce que j’étais vraiment dans la scène psychédélique turque à l’époque, qui était déjà en train d’accomplir cette fusion de la vieille poésie turque et de la vieille poésie persane, et de la mélanger avec des influences plus psych rock occidentales, tu vois ?

C’était donc les débuts du groupe et c’était il y a cinq ans maintenant, depuis le projet a beaucoup évolué. Mais oui, les premières sessions étaient très, très organiques. C’était comme si Farid écrivait de la poésie et qu’il la traduisait pour moi, ce qui inspirait les aspects musicaux, et nous allions de l’un à l’autre. Mais Farid n’est qu’un poète, ce n’est pas vraiment un chanteur. Je devais donc être très attentif aux aspects musicaux et mélodiques.

PAN M 360 : Votre album brille vraiment à cet égard. Hobek Thawrat et Sham System, en particulier, sont de véritables bangers.

Thomas : Merci, c’est vraiment cool parce qu’en fait, sur Hobek Thawrat, la chanteuse est Alsarah. Et nous jouons avec elle ici à Montréal. L’idée est de collaborer avec différents artistes autant que possible, d’essayer de faire tourner le personnel, peut-être de faire appel à des invités, etc. Et Alsarah est une personne avec laquelle nous avons beaucoup travaillé ces derniers temps. Nous avons participé à six festivals avec elle l’été dernier en Europe et en Afrique. Et elle est de retour avec nous à Montréal pour deux concerts. C’est très excitant. Elle est soudanaise, mais elle vit à New York. Il était donc logique de l’inviter pour ces concerts.  ;

PAN M 360 : J’ai vu que Lee Ranaldo avait joué sur Who are We ? Comment cela s’est-il passé ?

Oui, la connexion avec Lee s’est faite par l’intermédiaire d’un ami commun, le poète gonzo Ron Whitehead de Louisville, dans le Kentucky. C’est un type avec qui j’ai collaboré au fil des ans. Il est comme le dernier des poètes beat, vous savez, c’est un type de la vieille école qui porte la flamme de Ginsburg et de Kerouac. Il avait l’habitude de fréquenter tous ces types, etc. Quand je lui ai envoyé les démos de ce nouvel album que nous faisions avec Al-Qasar, il m’a dit : « Il faut que Thurston ou Lee participent à cet album ». Et j’ai répondu : « Je suis d’accord avec ça ».

So he made the connection and Lee immediately said, yeah, I’m really digging this sound,

J’en suis. C’était vraiment cool et il a dû m’envoyer plus de 20 pistes de guitare. Il a enregistré tellement de matériel pour le morceau qu’il m’a fallu trois jours pour le trier et le produire. En même temps, ça me brisait le cœur parce que j’ai dû couper beaucoup de choses, donc j’ai toutes ces pistes secrètes de Lee Ranaldo sur mon disque dur.  ;

PAN M 360 : Incroyable. Et c’est aussi étonnant de voir combien de pièces mobiles il y a dans ce projet. Ce doit être un véritable cauchemar logistique. 

Thomas :  ; Bien sûr, c’est ce que disent beaucoup de gens et je suis tout à fait d’accord. Mais en fin de compte, cela en vaut la peine. Vous savez, ce projet est tellement épanouissant, en termes de musicalité que nous échangeons, mais aussi culturellement, car je pense qu’il était vraiment important pour moi de faire quelque chose qui soit un peu plus représentatif de ce que nous sommes aujourd’hui en tant que société, vous savez, comme le fait que nous soyons tous multiculturels. Je ne parle même pas d’un point de vue philosophique, je parle de notre vie quotidienne, vous vivez dans une grande ville aujourd’hui, vous allez interagir avec des gens du monde entier. Et leur culture va imprégner l’ambiance de votre quartier, de votre ville, etc. Et finalement, cela fera aussi partie de votre vie.

Je pense que Paris est un très bon exemple à cet égard. Paris est une ville très arabe depuis environ 100 ans, et c’est vraiment un endroit où dans tous les domaines, vous savez, des arts à la nourriture, à la langue, la culture arabe est vraiment présente, et j’ai l’impression que le courant dominant essaie de la réprimer. Mais en même temps, dans leur vie quotidienne, ils mangent toujours du couscous.  ;

PAN M 360 : A Montréal, nous venons d’avoir le Festival du Monde Arabe et c’était sympa de voir beaucoup de monde. Et après avoir entendu beaucoup de styles arabes traditionnels, c’est très cool de les entendre dans ce contexte rock. Cela fait avancer les choses, vous savez. J’imagine que les gens doivent vraiment aimer ce que vous faites sur scène. Quelle est la logistique nécessaire pour que le groupe puisse jouer sur scène ?

Thomas: Nous avons donc décidé de simplifier un peu le groupe avec Sacha Vikan, un batteur franco-arménien, Guillaume Théodin, un bassiste français, et Sibel Durgut, une chanteuse turque, qui joue également des percussions et du kawala, la flûte traditionnelle, et qui chante, et moi-même au saz et à la guitare.Le groupe a commencé avec plus de musiciens sur scène, mais c’était vraiment difficile à réaliser et ce n’était pas très viable financièrement. Nous avons donc dû simplifier, mais maintenant la simplification ne nous donne pas l’impression de perdre de la qualité ou quoi que ce soit. En fait, c’est le contraire, parce que maintenant c’est vraiment consolidé dans un noyau de personnes sur scène.  ;

PAN M 360 : Et dans votre performance live, est-ce que les choses deviennent naturellement plus jammy et loose par rapport à l’album, qui est relativement serré, vous savez.

Thomas: Oui, tu as tout à fait raison. C’est un peu mon style de production en studio. J’aime que les choses soient super serrées. Chaque transition doit être une claque dans la figure. Mais tu as raison dans le sens où le fait d’avoir ce noyau de musiciens et d’avoir beaucoup joué avec eux ces derniers temps a fait en sorte que c’est devenu une seconde nature d’introduire des jams dans le show ;

PAN M 360 :  ; Et donc, à quoi pouvons-nous nous attendre lors de la représentation à Montréal ? .

Thomas : Alors, ce sera Alsarah au chant, comme je l’ai mentionné plus tôt, donc nous allons certainement faire ce morceau « Hobek Thawrat »  ; du dernier album pour lequel elle a écrit les paroles. Et oui, nous allons faire un set avec elle sur lequel nous avons travaillé tout l’été. Ce sera vraiment bon, il n’y aura que des chansons d’Al-Qasar, sauf une, qui sera un de ses morceaux. Nous adorons jouer avec elle. La dernière fois que nous avons joué avec elle, c’était en septembre, à Tunis, lors d’un festival vraiment cool dans l’ancienne médina. Et avant cela, nous étions en tournée européenne ensemble et c’est, vous savez, comme si revenir sur scène avec elle était comme, vous savez, l’ambiance est à 110%.

PAN M 360 : Remarquez-vous une différence dans la réaction des foules en Afrique du Nord par rapport à l’Europe ou aux États-Unis ?

Thomas : Oh, bien sûr. C’est vraiment intéressant parce que c’est parfois très subtil. Nous avons joué des spectacles intéressants en Égypte et en Tunisie, où les services secrets étaient manifestement présents dans le public. C’est comme si on était surveillé, mais aussi comme si les membres du public savaient qu’ils étaient surveillés aussi. On a donc l’impression que les gens essaient de rester calmes et mesurés, mais que d’autres s’en moquent. Ils veulent juste profiter et s’amuser.

Mais même en Europe, nous avons des comportements très différents selon les pays. Ce qui est bien avec le groupe, c’est que nous avons été invités à des festivals de jazz, mais aussi à des festivals de musique électronique où nous jouons à 3 heures du matin. Et j’aime ça, vous savez, ça vous tient en haleine.

PAN M 360 : Si vous n’avez jamais joué à Montréal, vous allez adorer, parce que nous adorons notre musique ici. Et vous avez deux concerts en fait. Vous devez être fatigués !

Thomas: Je veux dire que les tournées sont très dures et que l’on est très fatigué. Mais ce qui est cool avec ce projet, c’est que nous sommes vraiment comme un groupe d’amis proches. L’ambiance est toujours très positive. Et c’est un privilège, en fait, d’être un artiste en tournée. Chaque fois que j’ai envie de me plaindre, j’ai juste besoin de me rappeler, mec, regarde la vie que tu vis. C’est une vie privilégiée, mec, profite-en au maximum, profite-en à fond.

PAN M 360 : Merci Thomas, nous savons d’ores et déjà que ce sera un très grand spectacle. 

Tout le contenu 360

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

Festival de Lanaudière 2024 | Quatuor Diotima au Québec : dialogues musicaux d’hier et d’aujourd’hui

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Pahua, neuve sous le soleil mexicain

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

Le Festival d’Art Vocal de Montréal s’ouvre au grand public

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique – Luiz Salgado et sa guitare « caipira »

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Bombino : la chaleur humaine au rythme du désert

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Queen Omega étend son royaume à MTL

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

Domaine Forget 2024 | Brises capverdiennes dans Charlevoix avec Lucibela

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

SAT X EAF : Heith, Orchestroll, Audréanne Filion

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

Présente ta chanson ! Queenie nous parle de Feels Good

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique | Def Mama Def, le karma des femmes

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | ALBERTO SALGADO : Embrasser les traditions et la modernité brésilienne

La violence des camions brûle et recommence

La violence des camions brûle et recommence

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

PAN M 360 aux Nuits d’Afrique 2024 | Plus qu’un « fils de »… voici Kirá!

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Découvrez l’afrobeat thaï de la Montréalaise Salin

Découvrez l’afrobeat thaï de la Montréalaise Salin

Dobet Gnahoré : un ange passe et reste

Dobet Gnahoré : un ange passe et reste

Baltra au Piknic Electronik | De la house lo-fi à aujourd’hui

Baltra au Piknic Electronik | De la house lo-fi à aujourd’hui

Jaeden Izik-Dzurko: Retour sur le CMIM et regard vers l’avant

Jaeden Izik-Dzurko: Retour sur le CMIM et regard vers l’avant

Une soirée Meurtre et mystère à l’opéra avec Natalie Choquette

Une soirée Meurtre et mystère à l’opéra avec Natalie Choquette

Love Heart Cheat Code, nouvelle poussée de Hiatus Kaiyote

Love Heart Cheat Code, nouvelle poussée de Hiatus Kaiyote

Alain Simard rêvait de… plusieurs festivals

Alain Simard rêvait de… plusieurs festivals

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Inscrivez-vous à l'infolettre