×

Alain Lefèvre de retour au Québec pour la “vraie” version du Concerto pour piano no 3 d’André Mathieu

Interview réalisé par Alain Brunet
Genres et styles : classique occidental / post-romantique

renseignements supplémentaires

Le plus fervent promoteur à l’échelle internationale de l’œuvre du compositeur québécois post-romantique André Mathieu est de retour  en terre québécoise. Désormais installé en Grèce, le pianiste de concert Alain Lefèvre reprend du service ce samedi à la Maison symphonique en offrant la « vraie » version du Concerto  pour piano no 3 de Mathieu, dit de « Québec », dont l’exécution s’annonce plus longue que la version à laquelle on a été habitué de l’entendre. 

Le soliste québécois revient cette fois avec un orchestre locale constitué spécialement pour l’occasion, une initiative du jeune chef Francis Choinière sous la bannière Orchestre Philharmonique et Chœur des Mélomanes (OPCM).  La Symphonie Du Nouveau Monde d’Antonin Dvořák, écrite durant le séjour américain du fameux compositeur tchèque à la fin du 19e siècle, complétera le programme. 

PAN M 360 : C’est donc un retour au Québec après deux ans de pandémie n’est-ce pas? 

ALAIN LEFÈVRE : Chaque fois que je devais revenir, il y avait des restrictions. Je suis donc resté en Grèce et je ne vais certainement pas me plaindre. J’ai beaucoup travaillé, j’ai fait du sport, c’était la vie comme je l’aime. Je vis à environ 15 minutes au sud d’Athènes. Quand j’ai terminé ma tournée en Californie en février 2020, je devais rester au Canada pour repartir en tournée et je décide de repartir en Grèce pour deux semaines pour être chez moi et faire ma natation… et en quelque jours, tout a explosé, les compagnies aériennes ont annulé les vols, jamais on ne se serait imaginé ça. C’est capoté. Je ne pense pas que ce soit fini, les dommages psychologiques sont terribles et je crois que c’est beaucoup plus qu’on le dit. Aujourd’hui les gens n’y arrivent plus financièrement… ils ont du mal avec cette inflation que les gouvernements n’arrivent pas à gérer. 

PAN M 360 : Pourquoi et comment avez-vous accepté de travailler avec Francis Choinière et cet orchestre?

ALAIN LEFÈVRE : J’ai reçu une communication de ce jeune chef, Francis Choinière.  Il m’a indiqué vouloir faire une grande soirée André Mathieu. Très sincèrement, j’ai demandé autour de moi à qui j’avais affaire, notamment à mon collègue Denis Chabot, qui a longtemps été partenaire à Lanaudière et qui connaît aussi Walter Boudreau et la SMCQ. On m’a dit que Francis Choinière était un gars super doué.  Que son orchestre était très sérieux et que l’orchestre mis sur pied pour ce concert était sélectionné rigoureusement, par Denis Chabot qui est un grand professionnel. J’ai dit oui. J’aime lorsque des projets font la promotion de la musique d’ici et font travailler des musiciens. Je trouve ça toujours émouvant,  surtout dans le contexte de la pandémie qui a eu des conséquences très graves sur la culture. Notre société ne va pas bien culturellement, les médias sociaux sont parfois devenus un rendez-vous dangereux, la montée du populisme inquiète,, il y a des gros soucis à se faire à tous les niveaux. Alors je suis très content de jouer cette musique et de faire du bien aux gens !

J’ai aussi accepté de faire Mathieu avec Francis Choinière parce que c’est un jeune chef prometteur, parce qu’il est aussi entrepreneur avec son frère Nicholas, c’est-à-dire qu’il n’attend pas les embauches pour travailler. Je trouve ça émouvant et j’ai très hâte de voir comment cela va se passer, comment l’orchestre va réagir. Je n’ai jamais vu en personne ce jeune  dont on me dit tant de bien. J’ai hâte de voir comment il dirige !

PAN M 360 : Certains pourraient faire les gorges chaudes, à savoir que vous acceptez de jouer avec un autre orchestre symphonique montréalais que l’OM ou l’OSM, soit un orchestre qui doit faire ses preuves. Qu’en dites-vous?

ALAIN LEFÈVRE : Sincèrement j’ai souvent travaillé avec des orchestres soi-disant de première division et  qui ont fait des jobs de troisième division! Alors que cet orchestre m’inspire confiance. Et Montréal, ça reste ma ville même si je vis à l’étranger, la culture de ma ville reste toujours une préoccupation et une priorité. Y encourager de jeunes musiciens talentueux est aussi une priorité en ce sens.

PAN M 360 : La version du Concerto pour piano no 3 de Mathieu, dont il est  ici question, est la fameuse version longue, version qu’on connaît ici  via un enregistrement Analaketa avec le Buffalo Philharmonic, sorti en 2017.

ALAIN LEFÈVRE : Exact, et j’ai très peu joué cette version devant public. Je l’ai fait effectivement avec l’Orchestre Philharmonique de Buffalo sous la direction de JoAnn Falletta, qui est une vraie fan d’André Mathieu et avec qui j’avais donné un grand concert au Carnegie Hall. C’est la vraie version intégrale, qui se nommait Concerto no 3 « romantique » (plutôt que le Concerto de Québec), dont la partition originale est une découverte de notre cher Georges Nicholson – on sait que le Concerto no 3 que l’on jouait auparavant avait été trafiqué pour diverses raisons. Et donc Jacques Marchand en avait retravaillé la partition retrouvée que nous allons interpréter le samedi 2 avril à la Maison symphonique. Cette version, d’ailleurs,  fait 12 ou 13 minutes de plus que la version à laquelle nous avions été habitués. C’est un concerto qui se tient beaucoup mieux ainsi!

PAN M 360 : Ce sera la deuxième fois que cette version longue sera jouée à Montréal, vous l’aviez interprétée une première fois en juin 2018, avec l’Orchestre de la francophonie. Ça reste rarissime, n’est-ce pas ?

ALAIN LEFÈVRE : À tout le moins, ce sera une nouveauté  pour les gens en très grande majorité. Après ce concert, je pars en tournée au Québec, j’y présente un récital de mes propres compositions. C’était l’entente avec Warner Classics il y a un peu plus de deux ans, soit lorsque j’ai sorti ce nouvel album de compositions (Opus 7 Preludes) ;  je devais partir en tournée et cela n’a jamais eu lieu pour les raisons que l’on sait. Alors j’espère que le public viendra, mais ça reste délicat…  

PROGRAMME

Orchestre Philharmonique et Choeur des Mélomanes (OPCM)

Chef : Francis Choinière

Pianiste : Alain Lefèvre

Œuvres : 

ANDRÉ MATHIEU, Concerto No. 3 « de Québec »
DVORAK, Symphonie No. 9 Du Nouveau Monde

CRÉDIT PHOTO: CAROLINE BERGERON

Inscrivez-vous à l'infolettre