Osheaga, jour 1: Altın Gün, BBNO$, Rina Sawayama, The Flaming Lips, Soccer Mommy, JPEGMAFIA , Joey Bada$$

par Rédaction PAN M 360

Il y a plus de 92 spectacles différents à Osheaga cette année, mais nos rédacteurs ont sauté d’un spectacle à l’autre pour donner un compte-rendu concis et créatif de notre expérience. Sans plus tarder, voici ce que nous avons vu et entendu le premier jour d’Osheaga…

Altın Gün

Photo : Benoit Rousseau

L’un des premiers concerts de la journée a été donné par le groupe psychédélique turc Altın Gün, qui a joué une grande partie de son nouvel album, intitulé Aşk et qui s’est avéré être beaucoup plus synthétique que ce à quoi le public s’attendait. Néanmoins, il y avait suffisamment de wah-wah, de déphsage et de tambours tablas pour vous faire tourner la tête, et les voix de Merve Daşdemi et Erdinç Ecevit Yıldız étaient drôles et agréables.

Le bağlama, ou guitare turque à cordes pincées, a résonné à travers les vents et a fait se balancer et bouger la foule en rythme. Bien que nous nous trouvions dans un grand parc de Montréal, Altın Gün nous a donné l’impression de pénétrer dans un bazar turc pendant une bonne partie de son spectacle. Je pense qu’Altın Gün aurait mieux fait de faire la première partie d’un groupe comme The Flaming Lips, mais leur concert était tout de même très agréable.

– Stephan Boissonneault

BBNO$

Photo: Frederique Menard Aubin

Dès l’instant où BBNO$ est monté sur scène à Osheaga, son charisme, son caractère unique, son culot et son talent n’auraient pu être plus évidents. (Initialement) vêtu d’un ensemble blanc transparent qui lui permettait d’offrir ses textes excentriques de la côte ouest en caleçon et avec une tuque, BBNO$ était à la fois un spectacle d’humour et un concert de rap jeune et léger. À un moment donné, il a sorti un livre de cuisine et a annoncé qu’il le donnerait à celui ou celle qui irait le plus loin dans la foule – non sans avoir lu une recette de salade de courgettes au parmesan – avant de plonger dans un tube, après un autre tube, après un autre tube. 

Après un interlude audiovisuel montrant Justin Trudeau en train de dévoiler un titre inédit, BBNO$ est revenu triomphalement sur scène pour le livrer, maintenant vêtu d’un bonnet blanc à froufrous et d’une couche-culotte, le tout agrémenté d’une épingle à nourrice surdimensionnée. Malgré (ou peut-être à cause de) cet accoutrement, il s’est pavané sur scène avec l’assurance et l’aisance qui sont devenues sa marque de commerce. Un autre moment fort a été celui où il a fait remonter un jeune spectateur nommé Zachary, qui était en train d’épier quelque chose et avait déjà perdu sa voix. Malgré tout, il s’est engagé à interpréter non pas une, mais deux chansons aux côtés de BBNO$, s’épuisant complètement dans le processus. À la fin, BBNO$ a donné le livre de cuisine à son premier agent immobilier – je suppose que cela vaut la peine de connaître les gens.

– Lyle Hendriks

Soccer Mommy

Photo : Tim Snow

Soccer Mommy, groupe indie rock basé à Nashville, n’est rien d’autre que consistant. La voix déchirante et l’interprétation de Sophia Allison constituent la part la plus captivante de ce groupe. Et elle n’a pas déçu en concert. Qu’il s’agisse de l’hymne déchirant Shotgun, tiré du nouvel album Sometimes, Forever, de vieux classiques comme Your Dog, ou même de leur dernier album, une reprise de l’emblématique chanson estivale de Sheryl Crow Soak Up The Sun, Soccer Mommy exhale un pathos unique qui vous donne des frissons lorsque vous le regardez se dérouler devant vous.

Bien qu’Allison n’ait pas toujours grand-chose à dire entre les chansons, on ne se sent jamais perdu dans son esprit lorsque le morceau suivant commence. Même si des mélodies grinçantes s’entrechoquent parfois, chaque moment semble raffiné et répété à la perfection, ce qui est rare dans le style grinçant et DIY dans lequel Soccer Mommy est si fermement ancré. Avec une guitare rythmique qui chevauche parfaitement la ligne entre le grunge et le glamour, des lignes filmiques et shoegaze en accentuent la thématique de chaque piste. Vulnérable et authentique dans chacune de ses chanson, Soccer Mommy nous a donné tout ce que nous pouvions désirer et plus encore.

– Lyle Hendriks

Rina Sawayama

Photo : Tim Snow

Je n’avais aucune idée de qui était Rina Sawayama, mais je peux dire que je suis maintenant fan après avoir assisté à son concert sur la scène principale – Mountain. C’était de la pop alternative mélangée à du R&B contemporain, ressemblant parfois aux Destiny’s Child ou même à Lady Gaga. Rina est une chanteuse très puissante, mais le véritable point fort du spectacle a été la chorégraphie et la mise en place générale du spectacle. Rina a changé trois fois de costume (dont un corset rouge et un fouet pendant la chanson This Hell) et s’est montrée impitoyable avec le public en disant constamment qu’elle ne reviendrait pas pour un rappel parce que l’énergie du public n’était pas au rendez-vous. Elle l’a bien sûr fait et a ramené les danseurs après s’être encore moquée du public.

Ses danseuses de soutien (seulement deux) transpiraient abondamment à force d’être poussées, jetées, enchaînées à un mur et caressées par Rina. L’histoire de la danse ressemblait à une relation abusive entre trois personnes et était tout aussi captivante que la musique. Son guitariste est également un virtuose, qui n’a pris le devant de la scène qu’à quelques reprises avec un solo à faire fondre le visage. Assurément un spectacle digne de la grande scène.

– Stephan Boissonneault

The Flaming Lips

Photo : Tim Snow

Les Flaming Lips ont plus de 15 albums à leur actif, mais la nostalgie était au rendez-vous lorsqu’ils ont joué l’intégralité de leur album à succès de 2002, Yoshimi Battles the Pink Robots, lors de leur concert à Osheaga. Dès la chanson d’ouverture Fight Test, qui ressemble à une chanson de Cat Steven puisqu’il y figure, quatre robots roses géants et gonflables ont pris le centre de la scène pendant que le groupe jouait les chansons. Ce fut un set fantastique et bruyant, tandis que le chanteur Wayne Coyne, aux cheveux longs et épuisés, chantait dans sa bulle tel un pilote d’avion grillé sous LSD.

Reste à savoir s’il était ou non sous influence de drogues psychédéliques pendant ce concert, mais il s’est lancé dans de nombreuses tangentes pour raconter l’histoire de Yoshimi… Il pourrait, en fait, s’agir d’une nouvelle rockstar qui doit faire face à sa mortalité et qui n’a plus d’humour en live. C’était bien pendant les cinq premières chansons, mais il a eu tendance à se répéter un peu partout, car le public était avide du tube Do You Realize. Néanmoins, les Flaming Lips ont prouvé une fois de plus qu’ils sont l’un des grands groupes contemporains du psychédélisme.

– Stephan Boissonneault

JPEGMAFIA

Photo : Frédérique Menard Aubin

JPEGMAFIA est l’un des groupes les plus intrigants, les plus excitants et les plus étranges du hip-hop actuel, si ce n’est le plus intrigant de tous. Il n’y avait pas besoin de chercher bien loin pour sentir l’excitation de la foule avant le concert de Peggy. Qu’il s’agisse des gens derrière moi en train de vapopter du DMT à la chaîne ou de la foule de spectateurs encourageant JPEG entre les chansons de Bicep, qui jouait juste à côté, il était clair que ça allait être la folie. Et, très rapidement, ce fut le cas.

Lorsque l’homme est apparu, il était drapé d’ombre et d’un durag, dramatiquement rétroéclairé par son logo rétro inspiré de la PlayStation. Et puis… moshpits, moshpits, moshpits. Ouvrez la fosse ! Puis ouvrez-la ailleurs. Combinez les deux – attendez la chute, et chargez. Se débattre au cœur du chaos, c’est un peu comme être une feuille d’épinard dans une mixette, mais aucun d’entre nous n’a eu peur d’être macéré dans le processus. Au cours de l’heure qui a suivi, Peggy a couvert pratiquement toutes les époques de son catalogue, qu’il s’agisse de son premier titre (une reprise a cappella de Call Me Maybe de Carley Rae Jepsen), de l’incroyablement agressif 1539 N. Calvert de Veteran, ou encore des nouveaux morceaux de son dernier projet, Scaring the Hoes with Danny Brown. Malgré sa prestation violemment agressive, chassant inlassablement les démons à chaque chanson, Peggy s’est montré plutôt gentil et sincère entre les chansons, remerciant tout le monde d’être fan et se laissant aller à de petites blagues qui nous donnent un aperçu de l’une des figures les plus énigmatiques du genre.

– Stephan Boissonneault

Joey Bada$$

Photo: Frédérique Menard Aubin

Il était difficile de suivre l’intensité de JPEGMAFIA, dont le groupe avec lequel je me trouvais se remettait encore des moshpits vicieux, juste au moment où Joey Bada$$ prenait place sur la scène voisine. « Vous avez des fucking fans de Joey Bada$$ ici ce soir ou quoi ? Jo-Vaughn Virginie Scott a hurlé dans le micro avant d’entamer Temptation, extrait de l’album ALL-AMERIKKKAN BADA$$. Nous avons surtout regardé depuis les gradins à droite de la scène, épuisés, et je ne ressentais pas trop l’auto-tune, mais les morceaux de rap directs de Joey Bada$$ étaient électriques comme l’enfer. A en juger par la foule, Joey Bada$$ a joué tout ce qu’ils voulaient et plus encore.

– Stephan Boissonneault

Opening photo by Tim Snow

Tout le contenu 360

Présente ta chanson | Dankoroba par Djely Tapa

Présente ta chanson | Dankoroba par Djely Tapa

Philippe Brach aux Francos : party caniculaire sur la Place des Festivals

Philippe Brach aux Francos : party caniculaire sur la Place des Festivals

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Hommage à l’ami JP aux Francos… Écoute ça !

Hommage à l’ami JP aux Francos… Écoute ça !

Daniel Boucher, sérénité flamboyante

Daniel Boucher, sérénité flamboyante

Aliocha Schneider aux Francos | Paysage de la Grèce, chaleur de Montréal

Aliocha Schneider aux Francos | Paysage de la Grèce, chaleur de Montréal

Hermanos Gutiérrez – Sonido Cosmico

Hermanos Gutiérrez – Sonido Cosmico

Aquaserge – La fin de l’économie

Aquaserge – La fin de l’économie

DoNormaal – Palmspringa

DoNormaal – Palmspringa

Suoni, un 17 juin | Réverbérations, voix et réflexions multiples

Suoni, un 17 juin | Réverbérations, voix et réflexions multiples

Lili St-Cyr et les folles nuits de Montréal

Lili St-Cyr et les folles nuits de Montréal

Des filles qui rockent

Des filles qui rockent

Yamê aux Francos de Montréal: un pari réussi !

Yamê aux Francos de Montréal: un pari réussi !

Aunty Rayzor – Viral Wreckage

Aunty Rayzor – Viral Wreckage

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Festival Classica |Un heureux Meslanges pour une fin d’édition en contraste

Festival Classica |Un heureux Meslanges pour une fin d’édition en contraste

Élégie aux Francos- ouvertures romantiques et tentations punk

Élégie aux Francos- ouvertures romantiques et tentations punk

Convulsing – Perdurance

Convulsing – Perdurance

Darkthrone – It Beckons Us All…….

Darkthrone – It Beckons Us All…….

Ulcerate – Cutting the Throat of God

Ulcerate – Cutting the Throat of God

Botanist – Paleobotany

Botanist – Paleobotany

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Inscrivez-vous à l'infolettre