Pays : France Label : Green United Music / Universal Genres et styles : néoclassique / pop de chambre / synth-pop / trame sonore Année : 2020

S16

· par Alain Brunet

Woodkid a parfaitement saisi le pouvoir évocateur des fastes arrangements destinés aux musiques de films, particulièrement ceux choisis par les réalisateurs Andreï Tarkovski, Stanley Kubrick ou Jonathan Glazer. Selon ses dires, on peut ajouter les compositeurs John Barry, John Willams et tous les Hans Zimmer de ce monde à la collection des diffractions au menu de S16. On devine pourquoi Yoann Lemoine, aussi un artiste de l’image, qualifie son nouvel album d’« espèce de thriller de science-fiction intime». On l’a déjà observé en 2013 avec son album The Golden Age, Woodkid est vraiment doué pour intégrer à sa façon des concepts archi-connus et ainsi projeter des mirages d’originalité. Bref, il sait donner l’impression de véritable création en recollant des clichés grand public et en leur redonnant un lustre de nouveauté apparente. Cette fois, il y reprend les tensions dramatiques ressenties à l’écoute d’arrangements modernes ou romantiques et harmonisations connues de quiconque ayant assisté à un film de science-fiction ou d’espionnage. Ou encore laisse-t-il flotter les ondes douces-amères émanant d’un chœur d’enfants. L’artiste français (s’exprimant en anglais) se montre ingénieux en greffant des ornements synthétiques aux généreuses orchestrations de cordes et de cuivres (signées John Barrett) et réussit à créer une bande originale pour que chacun puisse se faire son cinéma. Les principaux facteurs de singularité (sinon les seuls) résident dans la voix légèrement ensablée de Woodkid et le propos relativement lourd de ses courts textes de chansons – crises relationnelles, rupture, questionnements existentiels, ambiances dystopiques… En somme, la cohabitation de tous ces facteurs est très réussie, sans que l’on puisse conclure à quoi que ce soit de majeur. Voilà plutôt l’idée que l’on peut se faire de la pop orchestrale en 2020.

Tout le contenu 360

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

Leslie Ting – What Brings You In

Leslie Ting – What Brings You In

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

The First Eloi – Low Glow

The First Eloi – Low Glow

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Joel Ross – nublues

Joel Ross – nublues

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Apolline Jesupret – Lueurs

Apolline Jesupret – Lueurs

Influences d’Obiora

Influences d’Obiora

Inscrivez-vous à l'infolettre