Pays : Islande Label : Harmonia Mundi Genres et styles : chant choral / classique occidental / musique contemporaine Année : 2022

Ice Land : The Eternal Music – Saevarsson, Leifs, Thorvaldsdottir

· par Frédéric Cardin

L’Islande fascine, l’Islande attire, l’Islande séduit. Il y a quelque chose d’indéfinissable dans la beauté aride, dénudée, de ce pays agrippé au sommet d’un volcan actif. Sa musique, savante et populaire, s’est développée récemment, si on la compare aux autres musiques européennes. Essentiellement, le 20e siècle, avec Jon Leifs comme principal catalyseur, puis les éruptions rock que sont Björk et Sigur Ros, pour n’en nommer que les plus célèbres.

Ice Land : The Eternal Music fait un pont entre ces deux univers, et ce de manière très unifiée, presque monochromatique, à l’image d’un décor minéral en noir et blanc de l’intérieur du pays. L’énergie ambiante est résolument contemplative et rarement remuée par des remous dynamiques plus intenses qu’un éther placide.

Le programme oscille entre arrangements de folklores nationaux, œuvres de compositeurs contemporains (Anna Thorvaldsdottir, Hjalmar Ragnarsson, Sigurdur Saevarsson) et quelques pièces de pionniers de la musique savante nationale (Leifs, nommé précédemment, mais également Thorkell Sigurbjörnsson). Le Requiem a capella de Saevarsson est particulièrement thérapeutique, aussi paisible qu’un corps en apesanteur.

En ce qui me concerne, Ad genua, pour chœur et orchestre d’Anna Thorvaldsdottir  (la plupart des autres œuvres au programme sont pour chœur seul) est le plus beau cadeau de l’album. Commandé à l’origine par un chœur américain souhaitant rendre hommage à une série de cantates du compositeur baroque Dietrich Buxtehude (1637-1707) qui illustre différentes parties du corps de Jésus sur la croix, il s’agit d’un indéniable chef-d’œuvre. Le titre l’indique (Ad genua : « Aux genoux »), Thorvaldsdottir transpose avec une rare émotion, mais aussi une féroce intelligence de l’orchestration, des couleurs et des harmonies, le concept de la fragilité de cette partie corporelle du crucifié, à mesure que le temps passe. Glissandos, coups d’archets saltando (sautillant), mélodie hymnique des cordes soutenant l’hypnotique voix solo de Carolyn Sampson (magistrale), accompagnement de choeurs parfois plaintifs, parfois angéliques, voici uns symphonie chorale de beauté nimbée de révérence, de mystère, d’émotions et de grande spiritualité. C’est aussi la pièce la plus agitée, je dirais vivante, du disque.

J’ai déjà parlé de cette créatrice extraordinaire ailleurs sur le site. Allez voir et entendre son quatuor à cordes Enigma, c’est renversant. Elle est l’une des voix les plus brillantes de la musique d’aujourd’hui.

Lisez la critique et écoutez la musique d’Enigma d’Anna Thorvaldsdottir

L’album se termine sur un arrangement pour cordes de Fljotavik des géniaux post-rockeurs Sigur Ros, un autre trésor national islandais. La chanson, neuvième plage de leur opus Með suð í eyrum við spilum endalaust (« Avec un bourdonnement dans les oreilles, nous jouons inlassablement »), publié en 2008, est bien rendue et son atmosphère se marie parfaitement avec l’ensemble de l’album (comme la plupart des chansons du groupe, me direz-vous).

Superbe album, fortement recommandé, même si un brin monochrome n’eût été de l’exceptionnel Ad genua d’Anna Thorvaldsdottir.

Tout le contenu 360

Planante et (trop) discrète musique de Missy Mazzoli

Planante et (trop) discrète musique de Missy Mazzoli

Burna Boy remplit presque deux Centres Bell : le Nigeria à nos portes !

Burna Boy remplit presque deux Centres Bell : le Nigeria à nos portes !

« In the Half-Light » – Barbara Hannigan avec l’Orchestre symphonique de Montréal

« In the Half-Light » – Barbara Hannigan avec l’Orchestre symphonique de Montréal

Nuits d’Afrique: un 8 mars avec Sona Jobarteh

Nuits d’Afrique: un 8 mars avec Sona Jobarteh

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Will Régnier – Traces

Will Régnier – Traces

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Monica Freire – Ilhada

Monica Freire – Ilhada

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Inscrivez-vous à l'infolettre