Pays : États-Unis Label : Genres et styles : grunge / rock alternatif Année : 2022

Greg Puciato – Mirrocell

· par Amanda Richer

Après Child Soldier: Creator of God, premier album solo paru en 2020, Greg Puciato récidive avec Mirrorcell. L’ancien chanteur du groupe de metalcore The Dillinger Escape Plan a toujours su se tenir occupé avec ses activités musicales, du supergroupe « grand public » Killer Be Killed au projet électrique Black Queen, en passant par le coup de main à son ami Jerry Cantrell sur son récent album solo.

Avec son ambiance à la fois grunge et psychédélique, Mirrorcell est comme un séjour fulgurant dans le passé. L’album porte sur la solitude que beaucoup de gens ont ressentie pendant leur isolement. Puciato y est vraiment allé solo, pour Mirrorcell : il l’a publié sur Fellow Prisoner, sa propre étiquette, en a écrit tous les textes et y a joué de tous les instruments, à l’exception de la batterie où Chris Hornbrook, de Poison the Well, a repris du service.

L’album commence par une minute de folie instrumentale, avec une distorsion lourde qui accélérera votre pouls. Certaines des chansons de cet album ont un son qui vous ramènera à la scène grunge des années 1990. Reality Spiral a ce groove grunge texturé qui en fait une sorte de version simplifiée du Superunknown de Soundgarden.

Quand on écoute No More Lives to Go, on se surprend à répéter les paroles comme si une voix d’outre-tombe nous les dictait. La voix démente de Puciato ressemble à celle de feu Layne Staley. Avec ses riffs de guitare tonitruants qui évoquent ceux de son idole et ami Jerry Cantrell, cette chanson a des airs d’Alice in Chains.

La quatrième pièce, Never Wanted That, vous donne ce sentiment de nostalgie, compte tenu de la voix séduisante de Puciato et des riffs liés entre eux. Une autre chanson nettement influencée par Alice In Chains. Ensuite, Reba Meyers de Code Orange prête sa voix à Lowered. Cette chanson s’ouvre sur un rythme enlevant, puis les riffs groovy et le chant de Reba font de cette chanson un mélange ludique rappelant les années 80. La suivante, We, n’est pas une mauvaise chanson, mais hors de propos avec son style post-punk et techno.

Si vous vous attendiez à un son à la Dillinger Escape Plan, vous ne l’entendrez pas sur cet album. De fait, c’est la dernière chanson de l’album qui s’en rapproche le plus, All Waves to Nothing. Elle est empreinte d’émotion, avec de nombreuses variations vocales : Puciato crie, marmonne et chuchote, sur fond de guitare distordue et de batterie féroce. Atteignant presque neuf minutes, cette chanson comporte tant d’éléments et de paroles sinistres, comme « Si tu m’écrivais une lettre – Si tu pleurais toute la nuit – Ça ne me ferait pas aller mieux – Je suis toujours mort pour moi ». Ce texte évoque la solitude de quelqu’un qui a renoncé à lui-même. C’est une façon parfaite de terminer l’album. Mirrorcell est un album mature et bien construit, avec quelques chansons qui se démarquent. Pour tous ceux qui veulent un flash des années 90, je recommande vivement ce solide opus.    

Tout le contenu 360

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

Leslie Ting – What Brings You In

Leslie Ting – What Brings You In

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

The First Eloi – Low Glow

The First Eloi – Low Glow

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Joel Ross – nublues

Joel Ross – nublues

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Apolline Jesupret – Lueurs

Apolline Jesupret – Lueurs

Influences d’Obiora

Influences d’Obiora

Inscrivez-vous à l'infolettre