Thierry Larose porte son album sur scène et plus encore

Entrevue réalisée par Arielle Caron
Genres et styles : chanson / indie pop / indie rock

renseignements supplémentaires

Après un passage fructueux aux Francouvertes et plusieurs spectacles donnés en première partie de Safia Nolin, Thierry Larose sortait Cantalou en mars 2021. Avec ses airs tendres et ses paroles touchantes, ce premier album solo lui valut deux nominations à l’ADISQ, soit pour les catégories Révélation de l’année et Meilleur album rock de l’année.

Le voilà à l’assaut du Club Soda!

Récemment, il a collaboré avec Ariane Roy et Ariane Moffatt sur la chanson Point de Mire de l’album Aquanaute 2022, qui propose une version réinventée du premier album de la chanteuse, interprétée par de jeunes artistes québécois. 

À la veille de sa rentrée montréalaise, PAN M 360 a rencontré Thierry Larose pour discuter avec lui de son processus créatif, de son succès et de ses projets à venir. 

PAN M 360 : De quoi t’inspires-tu pour écrire tes chansons?

THIERRY LAROSE : Toutes sortes de choses! Par exemple, récemment, je me suis inspiré de la baleine égarée du fleuve Saint-Laurent! Je n’ai pas de source fiable, constante.

PAN M 360 : Que préfères-tu, de l’écriture des chansons, de l’enregistrement et des spectacles?

THIERRY LAROSE : Les trois vont tellement ensemble. C’est sûr que l’écriture est à la base; sans elle, il n’y aurait pas les deux autres. J’ai besoin des trois, c’est comme un triangle équilatéral.

PAN M 360 : Comment travailles-tu en studio? Quel est ton processus? 

THIERRY LAROSE : C’est très lousse! J’ai surtout appris après avoir enregistré mon premier album; on ne faisait pas exactement comme tout le monde. On travaille très vite, c’est assez chaotique. Je travaille avec Alex Martel, et j’ai des amis qui m’aident, mais je joue une grande partie des instruments moi-même. L’enregistrement en studio, c’est la partie où je m’internalise le moins, parce que ça se fait très vite, mais l’écriture c’est plus long, et la partie postproduction aussi. 

PAN M 360 : Comment as-tu évolué depuis la sortie de Cantalou?

THIERRY LAROSE : Tout a changé! Mon rapport à la musique n’est plus le même. Je fais plus attention à des détails auxquels je ne m’attardais pas avant. C’est vraiment une chance inouïe de pouvoir faire ça dans la vie, donc je suis vraiment content que la sortie de ce disque ait fonctionné.

PAN M 360 : Comment ton rapport à la musique a-t-il changé, plus exactement?

THIERRY LAROSE : Je ne l’écoute pas de la même manière; je décortique plus les choses. C’est un peu comme faire une recette : quand tu fais une recette pour la première fois, tu penses à ce que tu aurais pu changer pour les prochaines fois. En musique, c’est la même chose. Je fais plus attention aux arrangements des chansons que j’aime, et même celles que je n’aime pas, pour voir où sont les lacunes. Il y a des chansons que je n’aimais pas avant, mais en les réécoutant, il y a certaines choses que je comprends plus.  

PAN M 360 : Comment portes-tu l’album sur scène?

THIERRY LAROSE : Il est entièrement réarrangé sur scène. Comme c’était mon premier album, il n’y avait pas d’arrangements très précis. En spectacle, ils se précisent selon l’énergie du moment. Pour enregistrer Cantalou, on fonctionnait beaucoup en mode constructif, c’est-à-dire qu’on enregistrait la chanson et ensuite on en comblait les vides, on regardait ce qui manquait et les arrangements se faisaient comme ça. En spectacle, on ne peut pas recréer l’album exactement. On a réarrangé les morceaux pour qu’ils soient plus rock. J’aime vraiment jouer les chansons différemment à chaque spectacle, ça garde ça intéressant, et ça met plus d’énergie dans la salle. 

PAN M 360 : Comment as-tu été approché pour Point de Mire?

THIERRY LAROSE : C’est Ariane Moffatt qui a approché Ariane Roy. On avait déjà travaillé ensemble, elle m’a demandé si j’avais envie de collaborer avec elle. On a fait les arrangements, puis on a enregistré la chanson et on l’a envoyée à Ariane Moffatt qui a rappé dessus. C’était une belle surprise!

PAN M 360 :Comment ça a été de travailler avec Ariane Roy et Ariane Moffatt?

THIERRY LAROSE : J’ai vraiment aimé ça! C’est le fun de travailler avec quelqu’un qui ne travaille pas de la même façon que toi. Je me suis rendu compte que tous les musiciens travaillent différemment. 

PAN M 360 : Comment te sens-tu par rapport à ton succès?

THIERRY LAROSE : J’essaie de ne pas trop le tenir pour acquis. Je réalise que les choses qui viennent facilement, ce sont rarement les meilleures. Ces temps-ci, j’aime mieux travailler fort sur ce que je fais, autant sur les textes que les enregistrements.

Il y a eu beaucoup de validations avec le premier disque : les gens connaissent mes chansons, ils chantent les paroles dans les spectacles. C’est facile de s’asseoir là-dessus, si on peut dire. C’est sûr que le succès, ça m’apporte une immense joie. On fait un spectacle ce jeudi, et jamais je n’aurais cru remplir le Club Soda! Avec mon premier album, je ne m’attendais vraiment à rien. Cependant, la confiance, ça fluctue beaucoup. Il y a des journées que tu peux penser que tu es la pire personne au monde, et d’autres la meilleure. 

PAN M 360 : Peux-tu nous parler de tes projets?

THIERRY LAROSE : Je travaille présentement sur mon prochain album, et je pense sincèrement qu’il est meilleur que le premier. Quand je le réécoute, je remarque certaines choses que j’aurais pu faire différemment, et j’en ai l’occasion avec ce deuxième album. 

En ce moment, c’est un peu le bordel, je continue à écrire des chansons, j’enregistre et je fais les arrangements en même temps, je fais des spectacles. J’ai aussi un contrat d’édition pour un livre qui va sortir bientôt.

PAN M 360 : Un livre sur quoi?

THIERRY LAROSE : À la base, c’est sur des événements vraiment anodins dont j’ai été témoin. Ça part d’un dine and dash. C’est drôle, ce n’est pas quelque chose que je prévoyais faire, mais l’occasion s’est présentée. Quand j’ai commencé à l’écrire, j’ai réalisé que c’était très différent que ce à quoi je suis habitué : la chanson, c’est plus restrictif comme écriture, c’est plus flyé si on peut dire, c’est un genre de mélange entre la poésie et le slogan. Pour écrire une chanson, tu dois avoir un peu l’esprit de synthèse, tu dois capter tout ce que tu veux dire en quatre minutes. Avec le livre, je n’ai aucune restriction, ce que j’aime beaucoup; ça fait en sorte que je me surprends moi-même. 

POUR ACHETER VOS PLACES, C’EST ICI

Tout le contenu 360

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Googoosh : la diva iranienne est éternelle

Googoosh : la diva iranienne est éternelle

Au sujet des rêves avec Hank’s Dream

Au sujet des rêves avec Hank’s Dream

Inscrivez-vous à l'infolettre