OFF Jazz | Ruiqi Wang

Entrevue réalisée par Frédéric Cardin
Genres et styles : jazz

renseignements supplémentaires

Ruiqi Wang est peut-être une réponse chinoise à la Japonaise Hiromi et la Sud-Coréenne Youn Sun-Nah, si le potentiel manifesté se réalise. Et Montréal y sera un peu pour quelque chose! En effet l’étudiante à McGill y a développé une solide formation en jazz, qu’elle marie avec ses racines culturelles chinoises et la tradition classique européenne. Ruiqi sortira un tout premier album que je vous invite fortement à ne pas rater le 27 octobre prochain (à écouter ci-contre). En attendant, je vous invite tout aussi fortement à aller l’entendre demain soir à 17h dans le cadre de la série Apéroffs de l’OFF Jazz à Impro Montréal, rue Notre-Dame Ouest. Ruiqi sera entourée d’un orchestre de chambre adepte d’impro, avec Stephanie Urquhart – piano, Summer KoDama – basse, Mili Hong – batterie, Sadie Hamrin – violon, Eddie Rosen – violon, Dannick Bujold-Senss – alto et Julian Shively – violoncelle.

PAN M 360 réalisé une entrevue avec cette jeune dame inspirante, créative, originale, éloquente. 

PAN M 360 : Parlez-moi de votre parcours musical et de votre éducation familiale…

Ruiqi Wang : Je suis la première et la seule musicienne/artiste de ma famille. Mes parents aiment la musique de temps en temps mais ce n’est pour eux qu’un petit ajout occasionnel dans la vie. J’ai su très tôt que j’aimais chanter. Je ressentais une joie immense chaque fois que je chantais. Ma mère m’a fait prendre des cours de piano dès l’âge de 7 ans. Je n’ai jamais eu de grands succès au piano, mais le fait d’avoir pris des cours pendant près de dix ans signifie que la structure de ma vie quotidienne m’a permis de me consacrer régulièrement et à en retirer un excellent sens de la discipline. Lorsque j’étais à l’école primaire, j’étais une grande fan d’un chanteur taïwanais appelé Jay Chou. Je crois que je connaissais par cœur plus d’une centaine de ses chansons par cœur. J’ai arrêté à l’adolescence car en Chine, nous sommes soumis à une forte pression scolaire et je passais tout mon temps à étudier. J’ai commencé à McGill en tant qu’étudiante en psychologie, et j’avais presque oublié que j’avais toujours voulu être musicienne dans mon enfance. McGill a réveillé ce rêve car la faculté de musique était juste à côté!

PAN M 360 : Que pense votre famille de votre choix de carrière ?

Ruiqi Wang : Ils me soutiennent beaucoup. Ils pensent que c’est vraiment bien qu’il y ait un artiste dans la famille, car mes parents n’ont pas vraiment eu la possibilité de s’intéresser à l’art lorsqu’ils ont grandi. Je pense qu’ils sont heureux de voir à quel point mon état d’esprit est positif, vivant et clair. Il y a encore des inquiétudes et des doutes, parce que personne dans ma famille ne connaît l’industrie musicale. Je pense qu’une fois qu’ils me verront capable de subvenir à mes besoins, ils seront 100 % détendus et heureux.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous a mené à Montréal ?

Ruiqi Wang : Lorsque j’étais au lycée, j’ai décidé de poursuivre des études de premier cycle à l’étranger pour découvrir d’autres types d’enseignement et d’autres modes de vie. J’ai décidé de venir au Canada parce que cela coûte beaucoup moins cher qu’aux États-Unis ou au Royaume-Uni. La majeure en psychologie de McGill jouit également d’une bonne réputation. J’ai également pensé que Montréal était une ville cool parce que les gens y parlent français. Ce sont en fait quelques pensées intuitives qui m’ont amené ici.

PAN M 360 : Comment évaluez-vous ce que vos études à McGill vous ont apporté ?

Ruiqi Wang : Je suis extrêmement reconnaissante de cette expérience. Je me suis sentie très bien accueillie par la communauté, même si je n’avais pas étudié la musique autant que mes collègues avant d’arriver. J’ai rencontré des professeurs extraordinaires comme Ranee Lee, Camille Thurman, John Hollenbeck, Christine Jensen, Jean-Nicolas Trottier, Jacqueline Leclair. Ce sont d’excellents musiciens et des personnes formidables. Étudier avec eux a changé ma vie.

Cependant, vers la fin de mon cursus, j’ai senti qu’il était temps pour moi d’explorer un autre type d’institut artistique. Je pense que l’école de musique de McGill a un style « conservatoire ». Le programme d’études est strict et met fortement l’accent sur la tradition du jazz. Cela m’a bien servi car je voulais plonger dans cette culture, mais j’étais aussi consciente que jouer uniquement du jazz n’était pas pour moi. Je voulais toujours aller à l’école, mais j’avais envie d’un environnement où l’expression personnelle et et l’exploration de sa propre vision artistique sont possibles.

PAN M 360 : Quels sont vos projets professionnels ? Où vous voyez-vous dans 5 ou 10 ans ?

Ruiqi Wang : J’ai l’intention de faire carrière en Europe. J’envisage de m’installer à Berlin après ma maîtrise. J’aimerais continuer à jouer et à composer pour divers ensembles dans les domaines du jazz d’avant-garde et de la musique contemporaine. J’aimerais également me lancer dans un travail interdisciplinaire, en incorporant le mouvement et la musique, et en réalisant des installations. J’aimerais aussi maintenir mon lien avec Montréal par le biais de projets et de festivals. Dans 5 ou 10 ans, j’aimerais idéalement vivre entre Berlin, Montréal, la Chine et peut-être New York.

PAN M 360 : Si je vous disais que vous pourriez être la réponse de la Chine à la japonaise Hiromi et à la sud-coréenne Youn Sun Nah, que diriez-vous ?

Ruiqi Wang : C’est motivant d’entendre cela. Je veux travailler pour atteindre ce niveau de musicalité, et ce serait bien de recevoir ce genre de reconnaissance un jour. Mais je ne pense pas beaucoup à ce genre de résultats. Dans ma vie de tous les jours, je m’efforce simplement de trouver un bon équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie privée, de laisser libre cours à ma créativité et de rester en bonne santé. Si je continue à mener une vie créative, saine et durable, je ne pense pas que je me préoccuperai beaucoup de savoir si j’obtiendrai ce genre de reconnaissance. Mais en même temps, je suis une personne ambitieuse et j’ai des exigences élevées pour moi-même. Entendre quelque chose de ce genre est donc une belle motivation.

PAN M 360 : Votre musique est influencée par de nombreuses choses : la musique traditionnelle chinoise, la musique classique, le jazz. Quelle est la proportion de chacun de ces éléments dans vos résultats finaux, diriez-vous ?

Ruiqi Wang : Il est difficile de mesurer la proportion, car la musique est souvent très dynamique et fluide. Mais ils jouent des rôles différents. Je pense que ma base musicale est le jazz. J’ai appris à composer et à improviser principalement en étudiant le jazz. La musique classique est une importante source d’inspiration pour la composition, quant à elle. J’ai toujours l’impression qu’elle élargit et approfondit ce que j’apprends dans le jazz. Elle me fait envisager la musique et la composition différemment.

J’ai la musique traditionnelle chinoise dans le sang. Bien que je ne l’aie jamais étudiée avec un professeur, j’ai l’impression qu’elle fait partie intégrante de moi. J’en introduis des éléments dans mon interprétation et ma composition avec beaucoup de parcimonie, car je sais qu’il me reste encore beaucoup de choses à apprendre. Mais ce que je finis par introduire dans mon univers musical me semble très authentique et proche de moi.

PAN M 360 : Par où commencez-vous lorsque vous composez ? Une figure écrite que vous faites grandir ensuite ? Une improvisation que vous  »organisez » après ? Quel est le processus ?

Ruiqi Wang : J’aime expérimenter différentes manières et différents processus de composition. « Une figure écrite, puis vous la faites grandir », A Descent of Lilies est née exactement comme ceci! J’ai entendu une phrase mélodique dans mon esprit lors d’une promenade matinale. Après, je l’ai écrite et j’ai ensuite développé l’ensemble du morceau à partir de cette courte phrase. Je n’ai composé rien de plus que cette phrase.

Le concept ou l’histoire que je veux raconter à travers un morceau est toujours la chose la plus importante. Lorsque j’écris, je cherche toujours à savoir ce que je veux dire en premier. 

PAN M 360 : Question diabolique : Improvisez-vous avec des sons contemporains ou écrivez-vous de la musique contemporaine qui improvise ?

Ruiqi Wang : Réponse diabolique : Les deux ! Je suis improvisatrice et je considère que j’utilise des sons contemporains, parce que j’essaie de développer mon propre langage d’improvisation, au lieu d’être un médium pour poursuivre un certain type d’improvisation déjà bien connu.  Je pense qu’il est important d’étudier les traditions en profondeur, mais je n’ai pas envie d’improviser d’une manière redondante. Je cherche des sons qui m’appartiennent complètement. J’écris de la musique pour les improvisateurs! C’est comme un facteur X, et j’aime travailler avec ce genre d’imprévisibilité.

PAN M 360 : Vous allez poursuivre vos études à Berne, en Suisse. Est-ce un adieu ?

Ruiqi Wang : Certainement pas. J’ai encore besoin de voir et de vivre dans d’autres endroits pour décider où je veux vivre à long terme. Mais ce que je sais, c’est que j’ai beaucoup d’amis ici, à Montréal, et beaucoup de gens qui m’entourent. Beaucoup d’entre eux sont des musiciens et des artistes incroyables avec lesquels je veux créer de la musique et de l’art. Je chéris ces amitiés et je reviendrai pour eux.

Pan M 360 : A propos du concert du 12 (demain soir), à quoi peut-on s’attendre ? Dans quelle mesure cela ressemblera-t-il à l’album ?

Ruiqi Wang : Oui, nous jouerons l’album. Mais il sera différent des versions enregistrées, tout comme lorsque vous racontez une histoire pour la deuxième fois, vous racontez toujours la même histoire, mais vous allez plus ou moins la modifier afin de ne pas s’ennuyer, et que les choses restent naturelles et fraîches.

PAN M 360 : Pouvez-vous me parler de Orchard and Pomegranates (le label sous lequel votre album sortira) ? Quelle est sa mission ?

Ruiqi Wang : Orchard of Pomegranates est une communauté internationale d’improvisateurs, vocaux, de musiciens et d’artistes qu’Ayelet Rose Gottlieb a fondée en 2019. J’ai fait la connaissance d’Ayelet en 2020 en participant aux ateliers et aux cours qu’elle propose en ligne par l’intermédiaire de cette communauté. Finalement, j’ai commencé à étudier avec elle en personne. Et c’est grâce à ce processus de mentorat que nous avons commencé à brasser des idées sur l’album. Je pense que la mission est de créer une communauté mondiale où les gens partagent des idées créatives, improvisent, chantent et écoutent profondément ensemble.

PAN M 360 : Que signifie jouer à l’OFF Jazz ?


Ruiqi Wang : C’est mon premier grand spectacle à Montréal, non pas en tant qu’étudiante en jazz, mais en tant que moi-même, en tant que Ruiqi, en tant qu’artiste. C’est un spectacle très spécial et personnel pour moi. Je suis très honorée d’avoir l’occasion de jouer à l’OFF Jazz et je suis reconnaissante de pouvoir partager ma vision culturelle.

Ruiqi Wang se produira le 12 octobre à 17h à Impro Montréal. Pour infos et billets, c’est ICI.

Tout le contenu 360

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Inscrivez-vous à l'infolettre