MUTEK 2022 : Liliane Chlela et sa représentation électronique du bien contre le mal

Entrevue réalisée par Stephan Boissonneault
Genres et styles : drone / électronique / expérimental / industriel

renseignements supplémentaires

L’année 2020 a été l’une des plus dures et des plus chaotiques que la DJ-productrice Liliane Chlela n’ait jamais connue. Beyrouth, au Liban, sa maison à l’époque, était constamment assiégée par des manifestations anti-régime, qui ont finalement été couronnées par une énorme explosion portuaire qui n’a toujours pas fait l’objet d’une enquête « On pensait constamment « Est-ce le jour où je vais mourir? » », raconte Liliane Chlela devant un écran d’ordinateur.

Liliane Chlela a finalement déménagé à Montréal et a sorti son album Safala, l’année dernière. Cette pièce sombre et dystopique de travail électronique industriel, drone et expérimental a toute la passion et le chaos qui ont été entendus et ressentis à travers les rues du Liban de 2019 jusqu’à maintenant et emmène l’auditeur dans un voyage inoubliable.

Chlela se produira à MUTEK le 27 août, pendant la série PLAY 3, à la SAT, et a eu un peu de temps pour parler de Safala, des différences entre faire de la musique à Montréal et au Liban, et de l’adaptation de son album pour en faire une expérience A/Visuelle.

PAN M 360 : Quelle importance a le contexte d’un album pour vous en tant que musicien? Par exemple, la première fois que j’ai entendu Safala, je ne savais pas qu’il était directement inspiré par les manifestations au Liban et maintenant je le sais.

Liliane Chlela : Je pense que le contexte est vraiment important et qu’il joue un grand rôle. Je veux dire, pour moi et pour la façon dont je le présente, bien sûr, surtout pour la performance en direct, parce que j’ai demandé à un groupe d’amis d’un studio de Beyrouth de créer un accompagnement visuel, de l’art numérique. Mais oui, c’est très important. Surtout compte tenu de l’histoire des titres, de l’origine de l’album, des noms des titres et de tout cela.

PAN M 360 : En partant de là, d’où vient le nom Safala?

Liliane Chlela : En arabe … en fait il a deux significations. Le nom avec un autographe différent peut signifier « Vous êtes des salauds » ou comme si vous insultez quelqu’un. Et safala comme verbe peut aussi signifier « Vous échouez ». Les noms des morceaux, individuellement, viennent tous d’une incantation que ma grand-mère nous balançait comme une prière pour chasser le mauvais sort.

PAN M 360 : Oh, donc elle récitait cette prière chaque fois que vous vous sentiez anxieux ou autre?

Liliane Chlela : Oui à 100%. C’était ce genre de lien où, vous savez, vous vous sentez impuissant, et il n’y a absolument rien à faire pour vous. Donc, c’était juste un petit coup de pouce pour le moral.

PAN M 360 : C’est amusant que vous parliez de conjurer le mauvais sort parce que beaucoup de morceaux sur Safala semblent très en colère et viennent d’un lieu de frustration, mais il y a aussi des moments de tranquillité. Était-ce votre objectif? Mélanger le mal avec le bien?

Liliane Chlela : Quand je travaille sur les productions, je n’ai pas de plan précis et le concept se forme tout seul après. Parfois, je regarde un morceau ou un passage et je constate que « Oh merde, c’est de là que ça vient »! Parce qu’à l’époque, je venais d’emménager ici. Donc la partie production a été faite à Beyrouth juste avant que je ne m’enfuie à Montréal, et vous savez, les choses étaient et sont toujours en train de se passer incroyablement…

PAN M 360 : Sombre?

Liliane Chlela : Oui, c’est un bon mot pour le décrire. Donc oui, en rétrospective, c’est essentiellement une illustration du bien contre le mal, et vous au milieu, sachant que parfois le bien doit devenir le mal afin d’essayer de trouver un moyen de contourner toute cette agitation.

PAN M 360 : Jouer à MUTEK est-il un événement important pour vous en tant que producteur électronique ou DJ?

Liliane Chlela : Jouer à MUTEK a toujours été dans un coin de ma tête. Surtout quand on n’a pas beaucoup d’occasions de jouer dans de grands festivals quand on vient de ma région. Je suis aussi une artiste indépendante. Je n’ai donc pas d’agent. Je n’ai pas de manager, d’agent de réservation et tout ça. Donc, ça a toujours été une grosse affaire que de faire partie de ce festival. Mais maintenant, depuis que j’ai déménagé ici, ce n’est plus ce festival inaccessible, et je réalise combien il est important que je puisse y jouer. Et jouer cet album spécifique, dans un contexte spécifique, pour ce contexte spécifique, parce que nous n’avons pas beaucoup de représentation dans une programmation normale de MUTEK, je pense que c’est plutôt cool.

PAN M 360 : Quand vous dites qu’il n’y a pas beaucoup d’occasions, s’agit-il seulement d’être un artiste à Beyrouth ou d’être une femme artiste à Beyrouth dans le milieu de la musique électronique?

Liliane Chlela : Beyrouth est plutôt bien lotie par rapport aux autres villes (arabes). Ce n’est pas comme si les femmes étaient interdites. C’est assez ouvert, mais bien sûr, vous avez un déséquilibre de représentation dans les alignements d’artistes. Depuis que j’ai emménagé ici, j’ai formé un petit collectif à Beyrouth, pour les minorités de genre féminin et les membres de la communauté LGBTQ2S+. C’est pour les musiciens, les producteurs, les artistes, les nouveaux venus et les personnes un peu plus établies. Ce que nous faisons, c’est de plaider pour que ces personnes soient mieux représentées dans les spectacles et les programmes des clubs, et nous organisons nos propres spectacles et fêtes.

PAN M 360 : Vous arrive-t-il de vous replonger dans vos anciens travaux pour vous inspirer ou réfléchir à votre trajectoire en tant qu’artiste? Je pose la question parce que je sais que beaucoup d’artistes électroniques ne le font pas et qu’ils sont toujours en train de passer au projet suivant.

Liliane Chlela : Je m’y replonge de temps en temps, juste pour voir où j’avais la tête à ce moment-là. Et depuis que j’ai emménagé ici, j’ai le temps et les ressources pour le faire. À Beyrouth, on est toujours en mode dépannage et on n’a pas vraiment le temps de faire une réflexion personnelle.

PAN M 360 : Parce que la scène est si petite et qu’il faut constamment être sur la prochaine chose?

Liliane Chlela : Ce n’est pas tellement ça, mais c’est juste que les conditions de vie sont terribles et se dégradent depuis 2019. Donc vous avez une heure d’électricité par jour ou et vous êtes dans un état « What the fuck! » et vous dépendez des générateurs installés pour chaque pâté de maisons. Vous devez donc attendre que l’électricité revienne et exécuter rapidement tout ce que vous avez à faire. Puis vous devez vous inquiéter de savoir si vous allez mourir aujourd’hui parce qu’il va possiblement y avoir une explosion. J’ai été blessée le premier jour de la grande révolution au cours d’une manifestation, mais je veux dire, OK, on en a fini avec ça. Or, tu n’en as littéralement pas fini… La dernière chose à laquelle tu penses alors, c’est de t’inquiéter de ta musique et de savoir qui va l’écouter. Tes priorités sont ailleurs.

PAN M 360 : C’est donc l’exact opposé du travail ici.

Liliane Chlela : Exactement. Maintenant tu t’inquiètes de savoir où est le prochain club PC (rires). Je suis de meilleure humeur.

PAN M 360 : Cela vous a-t-il donné le temps de travailler sur de nouveaux titres ou êtes-vous toujours en mode présentation de Safala live?

Liliane Chlela : J’attends la sortie du vinyle de Safala qui ne devrait pas tarder. J’ai quelques dates après MUTEK. Je vais jouer au Piknic Electronik et j’ai quelques dates européennes. J’ai d’autres nouvelles choses en tête, mais je pense que je dois conclure ce chapitre et passer à autre chose.

Liliane Chlela se produit à MUTEK, le samedi 27 août, dans le contexte de la série PLAY 3, à la SAT. Billets ici

Tout le contenu 360

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Inscrivez-vous à l'infolettre