×

Magi Merlin, enchanteresse à Santa Teresa

Interview réalisé par Myriam Bercier
Genres et styles : électronique / expérimental / future-soul / R&B

renseignements supplémentaires

Le festival Santa Teresa, qui prend place dans la ville de Sainte-Thérèse sur la Rive-Nord de Montréal, se tient une 5e année consécutive depuis mercredi et ce jusqu’au 23 mai. Même si l’offre artistique est réduite (pandémie oblige), Santa Teresa est le premier festival intérieur à reprendre du service. En effet, dès le 19 mai, les festivaliers pourront se regrouper dans l’église Sainte-Thérèse-d’Avila en respectant, évidemment, les mesures sanitaires mises en place.

La programmation du festival est à majorité féminine, comme le week-end n’offre que des spectacles de musiciennes, dans lesquelles on retrouve notamment Ariane Roy, Laurence-Anne, Helena Deland et Magi Merlin.

Cette dernière est une artiste montréalaise de 24 ans, chanteuse, productrice, compositrice. Elle fait dans le R&B alternatif et la future soul, l’électro et plus encore. PAN M 360 ’avait déjà constaté à  l’été 2020, la proposition de Magi Merlin se démarque clairement parmi les artistes émergents de la scène montréalaise.

 Son deuxième EP, Drug Music, a été rendu public le 5 mars dernier.  Avec Magi Merlin,  PAN M 360 propose un tour d’horizon de sa carrière émergente et bien sûr fournit quelques informations sur sa  prestation annoncée au festival Santa Teresa, ce 21 mai, 18h, dans le même programme que Kallitechnis. Pour info sur les billets, c’est ICI.

PAN M 360 : Peux-tu te présenter en quelques mots pour nos lecteurs qui ne te connaîtraient pas s’il te plaît? 


MAGI MERLIN : Je fais de la musique néo-soul et alternatif R&B. J’aime dire que c’est expérimental.  

PAN M 360 : Qu’est-ce qui t’a menée à faire de la musique?

MAGI : J’ai commencé à écrire des poèmes et des chansons quand j’étais jeune. Il y a trois ans, j’ai commencé à travailler avec mon producteur Funkywhat, soit en même temps que j’ai décidé de quitter l’université. À ce moment, c’est devenu officiel. J’ai fait de la musique toute ma vie, mais j’ai l’impression que ma carrière a commencé il y a trois ans.

PANM 360 : Qu’étudiais-tu à l’université?


MAGI : J’étais en computation arts, ce qui englobe notamment le design graphique et le développement de sites web. Ça a l’air très impressionnant, mais je n’étais pas très bonne (rires). 

PAN M 360 : Quels sont les thèmes de ton dernier EP?


MAGI: Ce EP et les autres singles que j’ai lancés font partie d’un gros projet nommé Weather Music. J’ai créé des musiques  qui correspondaient à chaque saison. Le dernier EP était associé à l’hiver, c’est pourquoi j’y ai parlé de mes émotions plus sombres et difficiles, la jalousie par exemple. Ce EP aborde la manière dont je traite et gère ces émotions.

PAN M 360 : Ça fait trois ans que tu fais de la musique, comment résumer  cette route musicale? As-tu trouvé difficile ou plutôt facile de trouver  dans l’industrie musicale?


MAGI : Je ne dirais pas que c’était difficile puisque ces trois ans ont servi à développer mon son. Ce n’était pas difficile d’être dans l’industrie parce que je me concentrais surtout sur moi-même et sur le développement de mon son. J’ai l’impression que maintenant, je me lance dans l’industrie musicale pour de vrai, en ce sens où je donne maintenant des entrevues, des spectacles, je crée des contacts avec des gens de l’industrie. Je viens de commencer, donc on verra ! Avant ça, c’était vraiment bien, c’était facile parce que la communauté était plus petite, je me concentrais à comprendre ce que je voulais et ce que je faisais.

PANM 360 : J’ai lu que tu es allée à New York pour y donner un spectacle en 2019. Comment ça s’est passé? Parle-moi un peu de cette expérience.


MAGI: C’était très bien! J’ai fait la première partie du rappeur Orrin. La communauté à New York est très artistique et belle, c’était vraiment super de faire ce spectacle devant eux, je crois que c’était un des spectacles les plus cool que j’ai faits, d’autant plus que  c’était au Baby’s all right sur Broadway. Ce fut une très belle expérience. 

PAN M 360 : J’ai cru comprendre que Santa Teresa est ton premier concert « en vrai devant de vraies personnes » depuis la pandémie? Comment te sens-tu ? 


MAGI: J’ai fait des spectacles virtuels, mais c’est effectivement le premier spectacle devant de « vraies » personnes. Je suis très nerveuse mais aussi très excitée. Depuis un an, j’ai fait des spectacles uniquement devant des caméras et devant peut-être deux ou trois personnes. Je suis excitée parce que j’ai réalisé dernièrement que les spectacles n’ont pas de sens si personne n’est là dans la salle pour les écouter. Je suis stressée parce que je n’ai  joué devant personne depuis un an, donc ça risque d’être un peu bizarre au début, mais ça va être vraiment bien. 

PAN M 360 : Quel effet ça te fait de prendre part au festival Santa Teresa?

MAGI : Je suis si honorée et excitée que les organisateurs m’aient voulu à bord! Je joue juste avant Kallitechnis. Le festival Santa Teresa regroupe plusieurs artistes montréalais donc je suis très excitée de pouvoir être des leurs!

Pan M 360 : Qu’est-ce qui t’attend dans la prochaine année?


MAGI :
J’ai un EP qui sort cet été, le 19 mai je sors un nouveau single. Après le EP, je ne sais pas ce qui m’attend, peut-être un album! C’est très excitant! 

Inscrivez-vous à l'infolettre