Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Entrevue réalisée par Stephan Boissonneault

renseignements supplémentaires

Deli Girls est né il y a une dizaine d’années au sein de la scène queer, contre-culture, de gauche et abolitionniste de New York, en pleine effervescence et en plein essor. Le groupe de rave punk bruyant et de hardcore numérique est aujourd’hui composé d’une équipe flexible et tournante de collaborateurs, tous sous l’aile artistique de son fondateur, Dan Orlowski. Faisant partie de la même scène que Dreamcrusher, Machine Girl, ou même Show Me The Body, la musique de Deli Girls est brute et puissante, donnant l’impression d’une bagarre de rue au milieu d’une rave, grâce aux cris et au travail vocal d’Orlowski qui font dresser les cheveux sur la tête. Les paroles vont droit au but, troquant le langage fleuri pour des bombes vocales directes sur le chagrin, la dépression, l’apathie, l’injustice et d’autres sujets sur lesquels il est légitime de crier. Nous avons parlé avec Orlowski des débuts modestes du groupe, de l’activisme et de la nécessité de rester en bonne santé pour pouvoir pousser des cris à couper le souffle, avant le concert des Deli Girls au Taverne Tour.

PAN M 360 : Quelle est la composition actuelle de Deli Girls? Tommi ne fait-elle plus partie du groupe? Est-ce que Hatechild est maintenant un membre essentiel des concerts?

Dan Orlowski : Deli Girls est désormais un conglomérat, une entité flexible. J’ai beaucoup joué et collaboré avec Dani Rev et Hatechild ces deux dernières années. Ils ont tous les deux été les membres principaux pendant cette période, mais je veux rester ouvert. Nous avons récemment joué avec John Bemis à la batterie à Pioneer Works. J’ai envie de faire plus de choses avec une batterie live. Peut-être de la guitare.

PAN M 360 : À l’origine, vous vouliez être peintre, n’est-ce pas? Comment êtes-vous tombé dans la musique?

Dan Orlowski : C’est une sorte de passage classique de l’école d’art au musicien. J’ai commencé à me désintéresser de la scène artistique – les galeries, les murs blancs, les putes de l’art… Le marché de l’art n’est en fait qu’une façade de blanchiment d’argent pour les gens riches, n’est-ce pas? On commence à réaliser que la plupart des gens du monde de l’art sont issus de la classe moyenne supérieure et de l’argent. Des valeurs bourgeoises. La musique est beaucoup plus démocratique lorsqu’elle peut l’être. Une foule. Le relâchement mutuel. L’immédiat, la sueur.

PAN M 360 : Le dernier album éponyme est une pure folie et un arcane queercore. Comment s’est déroulée la collaboration avec autant d’artistes talentueux?

Dan Orlowski : Honnêtement, c’était extrêmement libérateur et inspirant. C’était génial d’entrer dans un flux avec d’autres artistes et leurs processus, et de garder une sensation de fraîcheur à chaque morceau. Il y a beaucoup de possibilités. C’était difficile de tout coordonner moi-même. Nouvelles idées, nouvelles directions pour les idées. Diriger le projet représentait une grande responsabilité, mais cela en valait la peine d’un point de vue créatif. Ce projet m’a permis de m’affirmer et de me réaliser.

PAN M 360 : Et le fait de l’appeler Deli Girls est une sorte de déclaration en soi? Je sais que lorsque les groupes font cela, c’est pour dire :  » Voici notre meilleure et plus brillante concoction de chansons qui font de nous, nous « .

Dan Orlowski : Tu as peut-être compris quelque chose, haha. Je voulais que le titre de cet album ne soit pas une déclaration, tout en édifiant ce que le groupe EST aujourd’hui.

PAN M 360 : La première fois que j’ai entendu Deil Girls, c’était lors d’une manifestation transgenre que je couvrais en 2015 ou 2016 en Alberta. Je suis sûr que vous le savez, mais Deli Girls a été très important pour la communauté queer en termes d’autonomisation et de déclarations contre la rhétorique blessante… Comment vous sentez-vous? Les gens vous le disent-ils?

Dan Orlowski : J’ai la chance de pouvoir dire que les gens me le disent. Je suis très reconnaissant aux activistes qui m’ont intégré dans leur travail ou qui m’ont entouré… il n’y a vraiment aucun endroit où je préférerais être. L’une des meilleures choses que l’on m’ait jamais dites concerne ce groupe d’activistes londoniens appelé Pissed Off Trannies, qui a recueilli de la pisse trans et en a aspergé l’entrée du bâtiment de la santé publique, afin de protester contre la nécessité d’indiquer le sexe sur les cartes d’identité au Royaume-Uni pour pouvoir utiliser les toilettes publiques. Ils ont apparemment créé un risque biologique pour la santé publique et ont dû fermer tout le bâtiment avec les employés du gouvernement à l’intérieur… la police avait apparemment peur qu’on lui jette de la pisse dessus, hahaha. Ils ont utilisé une piste DG sur les images de documentation de cette manifestation, et ils ont été très agréables à fréquenter pendant le concert. C’était emblématique et très inspirant. Ce sont des choses comme ça qui font que le projet en vaut vraiment la peine. Les histoires de ce genre annulent tous les aspects de l’ascension sociale et de la vie d’un musicien.

PAN M 360 : Vos cris sont tellement puissants qu’on a l’impression qu’ils font mal. Avez-vous suivi une formation vocale ou devez-vous échauffer votre voix avant un concert?

Dan Orlowski : Pas d’échauffement ni d’entraînement, si ce n’est d’essayer de développer l’endurance du cri, de rester toujours actif comme un muscle. Je le fais depuis très longtemps. Je fais constamment beaucoup de petites choses pour prendre soin de mon corps et m’assurer que ma gorge est optimale (pas de produits laitiers, de l’exercice, des soins intestinaux, pas de café, pas de tabac… c’est ennuyeux mais réel).

PAN M 360 : Devez-vous vous « mettre dans la peau » pour ainsi dire pour jouer? Comme crier en live, devezvous vous sentir en colère ou vous souvenir de votre processus de pensée lorsque vous avez écrit la chanson?

Dan Orlowski : J’avais l’habitude de me sentir comme ça, mais maintenant je pense que le processus est plus automatique/intuitif. J’ai toujours pensé qu’il y avait une part de jeu d’acteur dans le chant, parce qu’il faut « être là » pour que ce soit authentique. C’est un défi de revenir constamment à l’endroit où je me trouvais lorsque j’ai écrit la chanson pour la première fois.

PAN M 360 : Quels sont les thèmes qui vous reviennent le plus souvent lorsque vous écrivez les paroles de Deli Girls?

Dan Orlowski : Tout ce qui m’exaspère le plus profondément. L’iniquité, l’injustice, tout ce qui me blesse le plus à un moment donné. Parfois le sarcasme, la critique. Plus récemment, le deuil.

PAN M 360 : Je trouve le chant très direct, sans métaphores fleuries, mais en allant droit au but : « This country’s abusive / now we’re all abusers »…

Dan Orlowski : J’essaie d’être aussi économe que possible avec les mots. En général, je n’aime pas les écrits fleuris parce qu’ils sont omniprésents et qu’ils masquent souvent un manque de contenu.

PAN M 360 : J’ai entendu dire par d’autres personnes lors de vos précédents concerts que votre public est l’un des meilleurs pour ce qui est de l’étiquette du moshing, c’est-à-dire s’amuser tout en étant en sécurité et en ne faisant aucune discrimination. Pourquoi pensez-vous que c’est le cas?

Dan Orlowski : Je suis presque sûr que la plupart des gens qui assistent à un concert que nous donnons sont déjà des contestataires. Queer, de gauche, abolitionniste, etc., c’est vraiment le reflet de l’excellente communauté dans laquelle j’ai la chance de me trouver. Nous n’avons jamais eu affaire à des trolls de TikTok ou de 4chan, à des punks skaters, etc. qui pourraient se situer à l’extrémité cis/mâle/edgy du spectre. Ce n’est pas à eux que la musique ou la communauté s’adresse.

PAN M 360 : Revenez sur les premiers concerts des Deli Girls dans des petites salles de bricolage à New York ou dans des bars merdiques… Et maintenant vous avez pu jouer dans des endroits comme Berghain, Primavera, Unsound Fest, est-ce que c’est fou pour vous de voir à quel point vous avez explosé et que vous avez maintenant ces opportunités

Dan Orlowski : C’est… complètement fou, haha. Je suis reconnaissant tous les jours. Mais c’est comme ça que tout le monde commence, n’est-ce pas? Faire du moshing dans un club était un concept tellement sauvage qu’aujourd’hui, c’est devenu une habitude. Il y a beaucoup de choses qui étaient avant-gardistes et qui sont devenues la norme, et je suis reconnaissante pour ces choses (les droits des transgenres comme une évidence au sein de la scène, les discussions sur la responsabilité, la priorité donnée aux BIPOC, l’éthique, la critique de la gentrification, la réduction des risques, pour n’en nommer que quelques-unes). Il faut savoir apprécier les victoires (tout en continuant à se battre pour un monde meilleur), sinon on perd la tête.

PAN M 360 : Avez-vous quelque chose à ajouter?

Dan Orlowski : Palestine libre.

Deli Girls se produira dans le cadre du Taverne Tour le jeudi 8 février avec Slash Need et Alix Fernz au Ministère.
POUR LES BILLETS, CLIQUEZ ICI

Tout le contenu 360

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Inscrivez-vous à l'infolettre