Coup de cœur francophone | Le Roy, La Rose et le Lou[p], trio de rêve, tournée de rêve

Entrevue réalisée par Arielle Caron
Genres et styles : Chanson francophone / indie pop

renseignements supplémentaires

Thierry Larose, Ariane Roy et Lou-Adriane Cassidy se démarquent au sein de la nouvelle génération d’artistes québécois. Depuis leurs passages respectifs aux Francouvertes, il et elles se sont rapidement fait connaître,  jusqu’à se retrouver parmi les nominations et les statuettes de l’ADISQ et du GAMIQ.

Dans le cadre des Francos de Montréal, en 2022,  ils ont partagé la scène pour la première fois en tant que Le Roy, La Rose et Le Lou[p], inspirés du  mythique spectacle  « J’ai vu le loup, le renard, le lion » de Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Robert Charlebois. Le spectacle avait été un réel succès ; la complicité des trois amis sur scène, l’énergie qu’ils créent en étant réunis ainsi que leurs styles qui s’accordent à merveille avaient marqué les Francos.

Ce qui devait avoir lieu qu’une fois se transforme finalement en tournée automnale. En l’honneur de leur retour sur scène, une chanson-thème à même été composée, question de nous tenir prêts pour les piliers que sont le Roy, la Rose et le Loup.

PAN M 360 : À la base, d’où est venue l’idée de créer un projet de collaboration entre vous trois? Qu’est-ce qui vous a inspiré?

Lou-Adriane : Ça a débuté lors du lancement de mon album à l’Esco, soit en novembre 2021. Thierry et Ariane étaient sur scène avec moi – Thierry était nouvellement guitariste dans mon groupe, et j’avais demandé à Ariane de faire les back vocals et de jouer de la guitare acoustique.

Laurent Saulnier, qui était le grand manitou des Francos à ce moment-là, était présent. À la base, son idée était de monter une sorte d’orchestre maison en mélangeant nos trois groupes respectifs, mais nous avons poussé l’idée plus loin ; tant qu’à faire un spectacle collaboratif, on voulait en faire un vrai, en étant dix sur scène avec tous les musiciens qui nous accompagnent. On a saisi l’occasion pour faire quelque chose de plus grand!

PAN M 360 : Qu’est-ce que chacun de vous apporte à cette expérience?

Ariane : D’abord, il y a une forte amitié entre nous. Lou et moi nous connaissons depuis longtemps, et Thierry et moi depuis environ trois ans. Thierry et Lou jouent aussi ensemble. On a trois identités artistiques qui sont complémentaires, mais nos visions de la musique et de l’art sont similaires. On se rejoint à plusieurs endroits, donc j’ai l’impression qu’on réussit à unir nos forces. Il y a aussi un concept de rebondir sur les idées des autres.  

Lou-Adriane : On s’apporte tous quelque chose, et on s’appuie les uns sur les autres. Quand quelqu’un est un peu découragé devant la tâche à faire, on peut se rappeler pourquoi on fait ça.

Thierry : On s’entre-motive, on s’entre-inspire.  

Ariane : Il y a aussi le fait qu’on travaille ensemble depuis longtemps. Je pense qu’une collaboration comme ça, ce ne serait pas possible avec n’importe qui.

PAN M 360 : Pouvez-vous m’expliquer en quoi consistait le processus créatif de mise en scène? Quels sont les éléments clés?

Thierry : Dans les trucs qui nous inspirent, il y a notamment le spectacle de la Superfrancofête « J’ai vu le loup, le renard et le lion » et le Rolling Thunder Revue de Joan Baez, Bob Dylan et Roger McGuinn des années 70. On est aussi inspirés par High School Musical, qui est une grande partie de notre jeunesse à nous trois.

L’énergie collective qu’on a sur la scène, c’est une grande partie du spectacle. On fait nos trois répertoires, mais tout le monde chante, tout le monde joue ; c’est un groupe à part entière.

On travaille avec Alexandre Martel, qui est notre directeur musical et notre metteur en scène. Chaque semaine, on a un zoom d’équipe, dans lequel on détermine l’ordre des chansons, qui chante où, les éclairages, tout ça. C’était plusieurs étapes. Chacune d’entre elles fait en l’unanimité et nous représente.

PAN M 360 : Depuis sa première apparition aux Francos de Montréal l’année dernière, de quelle manière le spectacle a évolué ou changé?

Thierry : De plusieurs manières ! À la base, et on le répète souvent, il ne faut pas que ce soit un best-of de nos trois spectacles individuels, il faut que ce soit une expérience qui se tient, qui soit unique et à notre image.

Ariane : Déjà, le fait que le spectacle soit plus long, ça impliquait certains changements. Il fallait penser à plus de répertoire. On a un peu modifié les chansons, parce qu’on ne voulait pas faire exactement le même spectacle qu’aux Francos, ce qui n’était pas non plus la volonté de cette tournée. C’était plus de prendre les arrangements qu’on avait déjà, et de les modifier selon en envisageant ce qu’on pouvait faire avec les nouveaux moyens qu’on avait pour la tournée, et l’expérience qu’on a acquise depuis. On a une équipe technique plus grande sur qui on peut compter, un spectacle plus long et des rencontres chaque semaine, donc on peut se permettre plus de choses.

Lou-Adriane :  Je pense aussi que faire un spectacle de festival à l’extérieur et un spectacle en salle, c’est très différent. Il fallait qu’on adapte par rapport à ça.

PAN M 360 : Y a-t-il une progression ou une narration que vous créez à travers l’ordre prévu de vos chansons?

Lou-Adriane : Il n’y a pas nécessairement de logique par rapport à une histoire qu’on voudrait créer ;  c’est plus une histoire musicale, une sorte de construction. On veut monter un spectacle qui est dans la nuance, prendre le temps au début pour que le spectacle prenne son envol, des trucs comme ça.

Thierry : On veut atteindre l’équilibre entre l’inattendu et le choix logique.

Ariane : Il y a aussi que Lou et moi venons de terminer nos tournées. Il fallait donc déterminer quels étaient les moments clés de nos spectacles, parce qu’on veut qu’il y ait des surprises pour les gens qui viennent nous voir tous les trois ensemble. Même s’ils s’attendent à ce qu’une chanson en particulier soit jouée à un certain moment et d’une certaine façon, c’est important pour nous de casser ces attentes afin de créer quelque chose de complètement nouveau.

PAN M 360 : Que faites-vous pour vous assurer que chaque performance soit exceptionnelle ?

Thierry : Ces temps-ci j’essaie de me coucher de bonne heure et de faire de l’exercice! (rires)

Lou-Adriane : Sans blague, quand on est en tournée, on n’est vraiment pas le stéréotype des musiciens. C’est vraiment niaiseux mais notre hygiène de vie, c’est quand même une grosse partie de notre confiance dans notre capacité de performer. On ne boit pas, on dort assez, on fait nos petits échauffements! (rires)

Thierry : Plus sérieusement, une chose qui est particulièrement importante pour moi, c’est qu’une bonne performance, ça a beaucoup de cœur. Je n’ai jamais d’inquiétude par rapport à ça, parce que je sais qu’on va toujours tout donner. On ne pourrait pas faire autrement même si on voulait!

Lou-Adriane : Ce qui est important sur scène, c’est qu’on soit là et qu’on en profite. C’est ça, une bonne performance ;  être présent avec le monde, sur scène et en soi.

PAN M 360 : Y a-t-il des moments importants que vous avez vécus depuis le début de cette collaboration ?

Thierry : On s’est fait tirer au tarot récemment! On voulait savoir ce qui était à venir pour nous, où allaient être les embûches. On a eu nos réponses, je pense que ça nous a tous rassurés.

Ariane :  C’était vraiment le fun! C’est Alexandre Martel qui a fait le tirage. Lui et moi sommes des grands passionnés de tarot, et on a pris quasiment une heure à lire toutes les cartes pour voir ce qu’elles disaient, pour rassurer le public que les spectacles allaient être bons! (rires)

Lou-Adriane : C’est ça, on a juste fait ça pour les fans! (rires)

PAN M 360 : Les résultats étaient-ils encourageants?

Lou : Oui, vraiment! Ça disait quelque chose du genre « le processus ne sera pas aisé, mais le résultat n’en partira point », donc ça nous va!

PAN M 360 : Pourquoi avez-vous décidé de faire une chanson-thème? Que vouliez-vous raconter avec celle-ci? 

Thierry : On dirait que le projet en demandait une, à la base! C’était trop une belle occasion. J’ai l’impression que ça cimente aussi notre place. Ce que dit la chanson, c’est qu’on est là : « On est le Roy, la Rose et le Lou[p], tenez vous prêt! Québec, on arrive! »

Ariane :  La chanson va rester, c’est surtout ça qui est le fun! On aimerait se rappeler les souvenirs qu’on est en train de créer en l’écoutant plus tard. Ça va servir à ça, aussi.

La chanson vient beaucoup de nos références ;  New Radicals, High School Musical, Bruce Springsteen. Elle va chercher une sorte d’ émotion d’adolescence, d’espoir. Elle est très assumée, je trouve, elle ne passe pas par quatre chemins. Ça permet de l’ambition.

Thierry: On fait des sourires sur le cover! C’est quelque chose que j’aime ramener, parce que j’ai l’impression que personne ne sourit sur les pochettes d’album. 

PAN M 360 : Finalement, qu’est-ce que vous envisagez pour la suite de cette collaboration? Pensez-vous continuer après cette tournée?

Lou-Adriane : On n’est pas fermés aux possibilités, mais on a quand même le désir de conserver le côté éphémère de la tournée. On veut que ce soit quelque chose de particulier, c’est ce qui rend tout ça spécial, selon moi. Si on avait des opportunités dans un futur proche, je ne pense pas qu’on dirait non, mais on ne ferait tout de même pas une tournée de 75 spectacles sur trois ans. On dirait que ça enlèverait un peu la magie de tout ça.

PAN M 360 : Finalement, qu’est-ce qui s’en vient pour chacun de vous?

Thierry : Après la tournée de novembre, j’entame une tournée hommage à Sylvain Lelièvre, mise en scène par Joe Bocan. Il faut aussi que je finisse d’écrire mon livre, que je néglige depuis quelques années! (rires) Ça devrait être fait après février.

Ariane : Je pense que Le Roi, la Rose et le Loup, ça boucle vraiment mes deux dernières années pendant lesquelles j’ai fait la tournée de mon premier album. Donc, 2024 sera dédiée à la création et à l’enregistrement de mon deuxième album, et j’ai des spectacles prévus en Europe au travers de ça.

Lou-Adriane : Je travaille aussi sur mon deuxième album, puis moi et Thierry sommes les porte-paroles de la prochaine édition des Francouvertes, auxquelles j’encourage fortement les gens à s’inscrire ! Donc, Francouvertes, album, création, ça se résume pas mal à ça!

Crédit photo : Elizabeth Landry

Tout le contenu 360

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Inscrivez-vous à l'infolettre