Nuits d’Afrique : Bianca Rocha, musique brésilienne, préservation de l’environnement, droits des femmes

Entrevue réalisée par Zenith Wolfe

renseignements supplémentaires

Bianca Rocha, musicienne brésilienne immigrée au Canada en 2019, a trouvé sa place à Montréal grâce aux Nuits d’Afrique. Depuis, elle s’est produite à toutes les autres éditions subséquentes du festival, mais cette année est particulière, car elle présentera pour la première fois son premier album, Fim de Mundo, paru en 2022, sur la scène du festival.

PAN M 360 : Bonjour Bianca. Pourrions-nous commencer par vous demander de nous parler de vos 20 années d’expérience dans différents genres musicaux, ainsi que de votre diplôme en éducation musicale?

Bianca Rocha : J’ai grandi dans une famille de musiciens, de chanteurs en fait, et je suis la plus jeune de quatre enfants. J’ai commencé ma carrière en chantant chaque semaine avec ma sœur, mes deux frères et mon père lorsque j’avais trois ans. Nous avons participé à une émission de radio brésilienne, puis, une fois adulte, j’ai fait un baccalauréat en musique pour devenir instructrice pour bébés. Avant de partir pour Montréal, j’étais enseignante et chanteuse, mais depuis que je suis ici, je me suis éloignée de l’enseignement. Maintenant, je fais beaucoup de travail différent en tant que chanteuse, principalement dans des studios et en tant que directrice vocale.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous a amenée du Brésil à Montréal en 2019?

Bianca Rocha : C’est grâce à mon mari, en fait. Il est coordinateur de programmes et il a reçu une offre d’emploi de la part de quelques amis. Il était aussi question que le président élu du Brésil soit d’extrême droite. J’avais peur de tout cela, et son élection a concrétisé mes craintes et mes cauchemars depuis que nous avons un enfant. Nous en avons profité pour partir. Avec Montréal et le Québec, nous avons eu un coup de foudre et nous avons décidé de rester.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous a fait tomber amoureuse du Québec?

Bianca Rocha : Le côté culturel. J’aime faire partie du mélange des cultures. Je vois, avec des yeux pleins d’espoir, le mélange de gens qui viennent de différentes parties du monde, de différents pays que je ne pourrais même pas trouver sur une carte. Faire partie de cette scène musicale – de cette expérience – est magique et me donne l’espoir d’un monde meilleur parce que les gens peuvent vivre les uns à côté des autres sans guerre. L’expérience d’être musicien est la même ici ; il y a une vibration d’espoir.

PAN M 360 : Comment diriez-vous que vous avez traduit ce sentiment dans votre nouvel album, Fim du Mundo?

Bianca Rocha : L’album est basé sur un poème qui m’a été donné par un ami proche, sur le fait que nous devons faire quelque chose pour l’environnement et sur l’expression portugaise « Fim du Mundo ». Cette expression décrit la fin du monde dans nos vies personnelles, par exemple lorsque nous mettons fin à une relation ou lorsque quelque chose de vraiment triste se produit et détruit notre monde. Lorsque j’ai lu le poème, j’y ai pensé, car je voulais parler de la façon dont on peut reconstruire son monde personnel lorsqu’il brûle ou se brise. Mais lorsque les gens parlent de la fin du monde, je pense qu’en 2023, il y aura une grande question environnementale. Dans les deux cas, il faut garder espoir et faire quelque chose. On ne peut pas se contenter de baisser les bras. Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire – beaucoup de demandes que nous pouvons adresser aux politiciens et aux dirigeants du monde – et c’est l’espoir que j’essaie de communiquer dans ces chansons.

PAN M 360 : Quelle est l’importance pour vous de pouvoir aborder ces sujets?

Bianca Rocha : En tant qu’être humain, je vois que nous faisons tous partie du même groupe mondial. J’ai une voix, je peux chanter. Je ne dirais pas que c’est une obligation – cette formulation est un peu forte – mais je me sens obligée de faire quelque chose, alors j’utilise ma voix. C’est pourquoi j’encourage le recyclage et j’essaie de réduire les polluants dans ma vie quotidienne.

PAN M 360 : Y a-t-il un lien entre ces idées et votre désir d’immigrer du Brésil?

Bianca Rocha : Je ne pense pas. Je pense que cela m’aide à voir les choses à une plus grande échelle. Avant de partir, je voyais surtout des perspectives brésiliennes, mais maintenant je parle avec des gens qui me donnent plus de références sur la façon dont les choses fonctionnent ailleurs.

PAN M 360 : Lorsque vous avez immigré en 2019, c’était aussi la première année où vous avez joué à Nuits d’Afrique, et vous y jouez depuis quelques années maintenant. Qu’est-ce qui vous amène à revenir au spectacle chaque année?

Bianca Rocha : Nuits d’Afrique n’est pas la première scène que j’ai jouée ici, mais c’est le premier festival auquel j’ai participé, avec Rodrigo Simões. Ce festival est significatif de la passion que j’ai pour Montréal. Le festival a toujours lieu au début de l’été, et je suis arrivé en avril. J’étais en train d’apprendre à connaître la ville et son ambiance, car nous n’avions pas fait beaucoup de recherches avant de venir ici. Lorsque je suis arrivée et que j’ai vu le festival, j’ai eu un véritable coup de foudre, car c’est un endroit où les immigrés comme moi ou les personnes venues d’ailleurs sont mis en avant et valorisés. Cela m’a donné beaucoup d’espoir pour le monde. J’ai décidé de revenir chaque année et l’expérience a toujours été différente, c’est pourquoi je garderai toujours une porte et un cœur ouverts pour le festival. C’est aussi un événement respectueux, et j’aime cela.

PAN M 360 : Et qu’est-ce que vous faites de différent cette année?

Bianca Rocha : Le concert de cette année est spécial parce que c’est la première année que je présente des chansons de mon album. Les années précédentes, je présentais toujours de la musique issue des projets d’autres personnes. J’ai également choisi un répertoire plus festif, et la partie la plus spéciale est que je partagerai la scène du festival avec Flavia Nascimento pour la première fois. Dans la communauté brésilienne, nous l’appelons le Soleil, car sa voix, sa forte énergie et son cœur ensoleillent toujours tout. Elle a un cœur énorme et partager la scène avec elle est toujours un plaisir. Je suis donc très honorée de l’avoir à mes côtés pour partager notre culture.

PAN M 360 : Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez actuellement?

Bianca Rocha : J’ai déjà quelques projets en cours. Il y a une émission spéciale qui sortira à l’automne – je n’ai pas encore la date, mais c’est La Sauce Piquante avec Eli Levinson. Un autre projet intéressant que je réalise concerne principalement des femmes que je connais ici à Montréal. Je ne peux pas en parler davantage parce que je veux garder le secret. J’ai aussi un vidéoclip qui vient de sortir – mon dernier single de mon récent album – et qui a été bien accueilli. Il parle de la violence faite aux femmes, et dans ce cas précis, il s’agit d’une femme qui a trop peur pour quitter sa maison.

PAN M 360 : Pourquoi est-il important pour vous de faire passer des messages féministes?

Bianca Rocha : Lorsque quelqu’un est seul dans une situation de violence, il peut se sentir seul et avoir l’impression qu’il est impossible de partir. La chanson est un message pour que les gens soient plus attentifs et empathiques, parce que tout le monde connaît quelqu’un qui a été dans une situation de violence physique ou psychologique. Il y a beaucoup de gens de mon âge au Brésil qui ont vécu cela. Le message de la musique est que vous n’êtes pas seul. Vous êtes toujours dans votre coin. Vous pouvez vous rétablir et vous retrouver, et lorsque vous décidez de partir, vous devez demander de l’aide. Il y a des organisations et des gens qui sont là pour vous soutenir dans ces moments-là – de plus en plus dans le monde ces derniers temps – mais il est toujours nécessaire d’en parler.

PAN M 360 : Merci beaucoup Bianca, c’est admirable que vous ayez la force et le courage de partager ces messages. Bonne chance pour les Nuits d’Afrique!

BIANCA ROCHA SE PRODUIRA SAMEDI LE 15 JUILLET, À 20H30, AU CLUB BALATTOU. AVEC FLÁVIA NASCIMENTO. INFOS ET BILLETS ICI!

Tout le contenu 360

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Inscrivez-vous à l'infolettre