Backxwash : conjurer le mauvais sort

Entrevue réalisée par Louise Jaunet

Backxwash est en passe de devenir l’héroïne maléfique et anticonformiste dont le mouvement queer avait besoin.

Genres et styles : hip-hop / horrorcore

renseignements supplémentaires

Crédit photo : Mechant Vaporwave

Ce n’est plus un secret pour personne, Backxwash est l’une des artistes montantes les plus attendues de cette 19e édition du festival Pop Montréal. Avec son album God Has Nothing To Do With This Leave Him Out Of Here sorti plus tôt cette année, l’artiste canado-zambienne affirme sa rage de vivre et sa quête identitaire de femme noire trans grâce à un rap qui détonne avec ses références inattendues de métal et ses textes occultes et cryptiques qui relèvent de la magie noire. Derrière ce personnage mythique de la sorcière se cache finalement le désir de clamer sa différence, son indépendance et sa pratique spirituelle ancestrale. PAN M 360 s’est entretenu avec l’artiste pour décrypter le sortilège Backxwash.

PAN M 360 : Je ne pense pas avoir trouvé la signification du nom Backxwash. Que pouvez-vous nous dire ?

Backxwash : Je trouve ça drôle, certains groupes punk choisissent deux noms de façon impromptue (rires). C’est comme si c’était un hasard. J’ai pensé que Backxwash me conviendrait parce que je suis aussi une personne queer qui fait cet art, donc les gens hétéros le regardent et se demandent : qu’est-ce que c’est ?

PAN M 360 : Votre album God Has Nothing To Do With This Leave Him Out Of It est sorti sur le label Grimalkin qui se concentre davantage sur les artistes LGBTQ et l’art de la sorcellerie. Que pouvez-vous nous dire sur ce label ?

Backxwash : C’est plus un collectif, je suppose. Il s’agit de personnes qui se réunissent et s’entraident pour rendre des services dont une personne pourrait avoir besoin pour son prochain projet. C’est très socialiste dans un sens parce que les services sont distribués de manière égale à tous les membres du collectif et qu’il n’y a pas de hiérarchie, pas de contrat, rien de tout cela. J’ai malheureusement dû quitter Grimalkin, mais ils font un travail incroyable. De nos jours, il y a des labels officiels qui proposent à un jeune qui débute un contrat très mauvais au début de sa carrière. Je pensais que Grimalkin était parfait parce qu’ils ne font pas vraiment ça. Il faut faire attention, car certains labels sont des prédateurs.

PAN M 360 : Vous dites que votre album parle de votre combat avec la religion. En quoi la religion était-elle importante pour vous dans le passé ?

Backxwash: J’ai grandi dans un environnement extrêmement religieux, j’aime dire que j’étais une mauvaise chrétienne. L’endroit où j’ai grandi est assez conservateur. La plupart des lois sont en quelque sorte déterminées par ce que dit essentiellement la Bible. En grandissant, j’ai commencé à poser toutes ces questions autour de moi. En même temps, je cherchais à déterminer mon identité. Il m’a fallu un peu de temps pour commencer à poser toutes ces questions, je ne pouvais pas les poser avant. Toutes les questions que je posais, la réponse était renvoyée au livre. À présent que vous grandissez loin des chaînes qu’elles vous ont imposées, vous êtes libre de poser ces questions et de guérir le traumatisme qui vous a été causé, essentiellement de la manière dont vous le souhaitiez. 

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous a aidé à traverser ce traumatisme ?

Backxwash : Découvrir la spiritualité précoloniale, ne pas avoir peur d’être soi-même et parvenir à un système d’individualisme par ce biais. C’était aussi un long processus, parce qu’on vous apprend la plupart de ces choses en grandissant et vous ne vous demandez pas pourquoi on vous les apprend. On vous dit simplement que vous êtes chrétien et vous ne savez pas pourquoi vous devriez l’être. On vous dit juste que vous êtes un garçon et que vous ne savez pas pourquoi vous devriez être un garçon. Vous prenez du recul et vous pensez que cette histoire est beaucoup plus complexe qu’elle ne l’était en réalité.

PAN M 360 : J’ai lu que vous aviez découvert la spiritualité précoloniale de la tribu Tumbuka. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Backxwash : Je suis moitié Tumbuka, moitié Chewa et j’essaie d’embrasser les deux aspects. Le point principal entre les deux tribus est d’embrasser les ancêtres, les esprits et les traditions qui proviennent de ces cultures. Avant d’embrasser la tribu Tumbuka, on m’a dit que c’était une malédiction spirituelle. Vous ne devriez pas parler avec les esprits, car les esprits sont des démons. Les esprits vont vous rendre visite, les esprits vont vous donner des signes ; si vos ancêtres vous regardent, ils vont essayer de vous atteindre. Il suffit de se laisser aller à cette conversation et à ces images, en disant que c’est un espace sûr pour vous. Cela a ouvert ma perspective à la pratique et tout le reste. 

La Vimbuza est une danse de guérison à fonction thérapeutique populaire parmi le peuple Tumbuka. En devenant possédé par les esprits de la Vimbuza, les gens pouvaient exprimer leurs problèmes mentaux d’une manière qui était acceptée et comprise. 

PAN M 360 : Comment avez-vous adopté le personnage de la sorcière ?

Backxwash : Au 19e siècle, quand les missionnaires sont venus dans le pays où j’ai grandi, nous avions l’habitude de faire des pratiques spirituelles comme celles que je fais maintenant. Les missionnaires ont enseigné leur anglais, et par leur anglais, ils nous ont appris que c’était de la sorcellerie. La sorcellerie est un péché. Je pense que la sorcellerie est en fait la spiritualité africaine, dans un sens. C’est comme ça que je l’embrasse. Je suis aussi une fan des sciences occultes et j’aime lire sur différentes choses concernant la magie, différentes pratiques. J’imagine que c’est ainsi que tout cela s’assemble, à travers un seul concept, celui de la sorcellerie.

Pochette du EP STIGMATA par Jacob Smith

PAN M 360 : On peut entendre un extrait de l’auteur Alan Watts à la fin de la chanson Into the void. Comment avez-vous découvert son travail ?

Backxwash : Je suis toujours intéressée par les gens qui partagent des points de vue. La vision n’est peut-être pas différente, mais l’approche de la question est très différente. Alan Watts est quelqu’un qui aborde des sujets grandioses et les décompose en termes assimilables. Il n’est pas assimilable dans le sens où vous allez perdre des informations clés, mais il est accessible dans le sens où vous allez en retirer beaucoup d’informations clés. 

PAN M 360 : Le vide est une chose dont Alan Watts parle dans son travail. Comment définiriez-vous le vide ?

Backxwash : Le vide est terrifiant, c’est le néant. Mon esprit se dirige vers un lieu de néant et d’obscurité à cause de la paranoïa que je ressens, c’est inéluctable. C’est quelque chose dont je ne peux pas vraiment m’éloigner et qui ne vous quittera pas. La chanson est basée sur des cas réels d’agression ou de harcèlement lorsque vous descendez dans la rue en tant que trans. Votre esprit va dans ce lieu vraiment sombre du néant parce que vous ne savez pas ce que la prochaine personne va vous faire. 

https://youtu.be/1PFxAiVwfis

PAN M 360 : Votre album a été nominé dans la courte liste du Prix Polaris. Le fait que vous le remportiez en tant que trans ne serait-il pas un symbole politique fort ?

Backxwash : Absolument. Je serai heureuse que toute personne qui n’est pas riche le gagne. Pour certaines personnes, cette somme d’argent est un véritable changement de donne. J’aurais préféré qu’ils puissent le partager à parts égales. À cause du COVID, tout le monde a des difficultés, personne ne peut faire de tournées.

PAN M 360 : L’artiste vénézuélien Arca, qui est aussi une personne trans, est l’un des artistes les plus importants de la dernière décennie. Son dernier album combine glitch and reggaeton, ce qui est complètement décalé si on y réfléchit bien. Le vôtre combine le rap avec le métal, le noise et les références occultes. Grâce à ces collages créatifs, je pense que je peux en quelque sorte avoir une meilleure idée du sentiment de dysphorie émotionnelle que peuvent ressentir certaines personnes trans. Quel est votre point de vue sur la question ?

Backxwash : C’est une bonne façon de le dire. Une chose dont je me rends bien compte dans ce monde d’artistes trans, c’est que beaucoup d’actes modulent leur voix de manière intéressante. Être une personne trans et ressentir une certaine façon de s’exprimer est en quelque sorte intéressant pour moi. C’est comme si cela vous donnait du pouvoir. La plupart des personnes trans que je rencontre font des sortes de musiques expérimentales bizarres (rires). Je pense que je suis d’accord avec vous sur ce point. Le simple fait d’avoir ce sentiment influence la façon dont les sons vont s’imbriquer. 

REGARDER LE GALA DU PRIX POLARIS ICI

https://www.youtube.com/watch?v=3tVePzyKQAY&ab_channel=BACKXWASH

Tout le contenu 360

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Inscrivez-vous à l'infolettre