Pays : Sri Lanka Label : Naxos World Genres et styles : Asie du Sud / classique / néoclassique / période romantique Année : 2023

Tanya Ekanayaka – 18 Piano Sutras and 25 South Asian Pianisms

· par Frédéric Cardin

Tanya Ekanayaka est une pianiste classique sri lankaise qui, après avoir appris le répertoire européen de base, se consacre désormais à créer un répertoire de ce type plus ancré dans les racines sud-asiatiques, ou même extra-européennes. 

18 Piano Sutras and 25 South Asian Pianisms offre donc 43 courtes pièces (entre deux et six minutes) inspirées d’une culture riche mais peu explorée par la musique savante de type euro-centrée. Si les 18 Piano Sutras vont plus loin que le sous-continent indien (on visite tous les continents – je vous en reparle plus loin), les 25 South Asian Pianisms sont spécifiquement focalisés sur les pays formant cette partie du monde, soit l’Afghanistan,

le Bangladesh, le Bhoutan, l’Inde, les Maldives, le Népal, le Pakistan et le Sri Lanka.

La démarche artistique de Mme Ekanayaka est multi facettée en ce sens que les éléments qui inspirent ses compositions sont autant musicales (chansons ou folklores locaux) que littéraires (poèmes) et même linguistiques (la sonorité même des langues et dialectes locaux, plusieurs presque éteints – Mme Ekanayaka est également spécialiste de linguistique avancée). 

Dans les 18 Piano Sutras, la pianiste a voulu étudier et rendre hommage à autant de langues menacées, presque mortes ou même carrément éteintes partout dans le monde. Du Sogdien (ancienne langue de Perse) au Trinidad Bhojpuri (dialecte des descendants indiens de Trinidad), en passant par le Garifuna (des descendants d’esclaves africains arrivés dans la région du Bélize), le Puluwat (Micronésie), l’Efé (République démocratique du Congo) et tant d’autres, nous sommes amenés à visiter d’innombrables cultures, comme autant de cartes postales envoyées par un infatigable globe-trotter.

Le principe est sensiblement le même pour les 25 South Asian Pianisms, bien que circonscrit aux limites géographiques et culturelles indiquées plus haut.

La musique de Tanya Ekanayaka suscite, cela dit, deux réactions contraires. D’un côté, la plume très néo-romantique de la compositrice (on entend parfois le Saint-Saëns d’Aquarium, le Borodine ou Rimski des contes russes, le Ravel féérique ou, encore plus spécifiquement, la mystico-zénitude du tandem Gurdjieff-De Hartmann) rend l’écoute hyper agréable, en particulier pour des mélomanes de cultures ou la musique ‘’classique’’ occidentale ne fait partie du cursus collectif. D’un autre côté, la recette Ekanayaka finit par se ressembler de pièces en pièces. Les trilles suggérant l’exotisme et les harmonies essentiellement modales, pentatoniques, si elles invitent nécessairement à l’extra-européanisme, ne réussissent plus, au bout d’un moment, à différencier (je parle ici surtout de 18 Piano Sutras) l’Afrique du Japon, des Antilles ou de la Polynésie.

Si tout cela est vrai, il est également évident que plusieurs parties du monde, particulièrement l’Asie du Sud, longtemps ignorées par l’univers de la musique savante européenne, commencent à peine à y être représentées. S’il faut commencer quelque part, les 18 Piano Sutras and 25 South Asian Pianisms sont un tremplin qui aura l’avantage de séduire un large public essentiellement profane, et inviter de futurs artistes à aller plus loin. Question au label Naxos : pourquoi classer cet album sous l’étiquette Naxos World? Il s’agit non pas de musique folklorique ou traditionnelle, mais bien de composition d’ascendance stylistique européenne. 

  

Tout le contenu 360

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Will Régnier – Traces

Will Régnier – Traces

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Monica Freire – Ilhada

Monica Freire – Ilhada

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

Leslie Ting – What Brings You In

Leslie Ting – What Brings You In

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Inscrivez-vous à l'infolettre