Pays : Royaume-Uni Label : Music For Nations Genres et styles : rock prog Année : 2022

Porcupine Tree – Closure/Continuation

· par Varun Swarup

Après un hiatus de plus de dix ans, Closure/Continuation, l’album très attendu du groupe britannique de prog Porcupine Tree, fait un retour quelque peu désinvolte. Avec déjà dix albums à son actif, il est difficile d’affirmer que le band est plus qu’un voyage nostalgique. Pourtant, même si le meilleur travail est derrière, Closure/Continuation est un disque singulier dans la discographie de Porcupine Tree, qui soulève un certain intérêt pour les fans inconditionnels comme pour les nouveaux venus.

Pour leur album de retrouvailles, Porcupine Tree a choisi de jouer la sécurité, trop à mon goût. Ceux qui connaissent bien le groupe peuvent s’attendre à retrouver le même rock progressif de longue haleine que le groupe a produit des décennies auparavant. Les compositions sont sombres et labyrinthiques dans leurs structures, avec des doses saines de « riffage » technique lourd et des moments de véritable tendresse. C’est incontestablement un album de Porcupine Tree.

Bien que le groupe ne se soit jamais éloigné de ses racines dans le rock progressif, ses fans ne manquent pas de souligner les différentes époques ou phases de la longue histoire du groupe. Closure/Continuation s’inspire des différentes époques de la discographie de Porcupine Tree et génère une esthétique plus uniforme, ce qui ressemble presque à un album de grands succès.

Harridan, l’audacieuse ouverture de l’album, avec son énergie explosive, serait un candidat certain pour le neuvième album, Fear of a Blank Planet, tout comme Rats Return. Le morceau plus folklorique et plus plaintif, Dignity, serait tout à fait à sa place dans Deadwing ou In Absentia. Les fans pourraient être soit ravis, soit rebutés par Walk the Plank, qui se distingue par une absence de guitare non typique du style du groupe.

Dans une interview accordée au Guardian, le frontman Steven Wilson parle du nom de l’album, disant qu’il indique si cet album représente ou non la fin ou un nouveau départ pour le groupe. Bien que Wilson lui-même n’en soit pas sûr, la musique présente ici parle plus de « fermeture » que de « continuation ». En ce qui concerne la fermeture, l’absence manifeste du bassiste Colin Edwin est passée sous silence, et l’écart de dix ans entre cet album et le dernier ne semble pas avoir été abordé de manière adéquate. L’aspect le plus décevant de Closure/Continuation est donc qu’il n’offre pas un véritable sentiment de clôture ni le sentiment de continuation que l’on pourrait attendre des pionniers d’un genre appelé rock progressif.

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Une soirée de clôture riche en émotions

Une soirée de clôture riche en émotions

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Qiik – Demo

Qiik – Demo

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

The Nausea – Requiem

The Nausea – Requiem

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Inscrivez-vous à l'infolettre