Pays : Allemagne / Québec Canada Label : Pentatone Genres et styles : classique / période romantique Année : 2023

Orchestre symphonique de Montréal / Rafael Payare – Mahler : Symphonie no 5

· par Frédéric Cardin

C’est le début de l’union Rafael Payare / OSM sur enregistrement! Et quelles noces! Mahler, cher au cœur du chef montréalais d’origine vénézuélienne, constitue un choix logique pour lui, mais tout de même audacieux : il ne manque certainement pas de grandes lectures des symphonies du grand Gustav. Mais, fidèle à sa personnalité fonceuse, Payare ose et gagne. Voici une Cinquième au bord du gouffre, entre lumière et abîme, fragile dans les risques qu’elle prend, mais émotionnellement puissante dans sa réussite. De longs accents dans le thème stentorial du premier mouvement, équivalent mahlérien du ‘’Destin’’ évoqué par Beethoven dans sa propre cinquième, témoignent adéquatement du volontarisme de Mahler à affirmer sa soif de vivre et sa foi en l’Espoir . Le contraste avec les morceaux de mélodies triviales, genre fête foraine, est poussé à bout par Payare. Ce dernier joue ici à Freud en psychanalysant le compositeur et ses fantômes de jeunesse, des échos obsessifs mêlant souvenirs pénibles de son père battant sa mère pendant qu’un orgue de barbarie jouait une musique grotesque dans la rue à côté. Il est là Mahler, dans cette collision absurde. Payare l’a compris. Il a aussi compris qu’on ne gonfle pas cette œuvre avec des grandiossimos trop ralentis. On agit, on avance, avec urgence et nervosité. Mahler n’avait pas le choix : il savait sa santé fragile, il savait qu’il avait peu de temps pour dire ce qu’il avait à dire. Il était pressé, du moins dans cette ultime symphonie de la ‘’première période’’, de partager son espoir d’une fin heureuse. Le deuxième mouvement est farouche, le troisième joue avec la limpidité flamboyante et l’obscurité. Ici, la Maison symphonique fait flèche de tout bois (pardonnez la!) en servant de caisse de résonance absolument parfaite. Que de détails, que d’éclairage flatteur sur les lignes individuelles dont l’entremêlement devient clarté et compréhension aisée, là où tant d’autres peuvent être inutilement touffus. L’Adagietto, à neuf minutes, ne s’éternise pas. Heureux choix car le shooting de silicone musical de certaines versions, insupportablement langoureuses, ne me semble pas convenir. Adagietto, pas Lento. L’urgence, encore. Puis, l’explosion de vie, d’espoir et de rédemption du cinquième et dernier mouvement, jubilatoirement Frisch, allegro giocoso.

Je pense que Payare a trouvé le juste ton, celui qui correspond à la personnalité de son orchestre et de sa salle : un mariage inspirant entre l’Europe (ici germanique) et l’Amérique française, laquelle est elle-même un mariage entre deux mondes à l’origine opposés, mais réunis en une symbiose unique. Finalement, la chaleur latine inhérente à l’esprit québécois et aux origines directes de Payare, finit de conclure une première aventure discographique passablement réussie et teintée d’une forte personnalité pour l’Orchestre montréalais et son jeune chef.

Tout le contenu 360

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

Leslie Ting – What Brings You In

Leslie Ting – What Brings You In

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

The First Eloi – Low Glow

The First Eloi – Low Glow

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Joel Ross – nublues

Joel Ross – nublues

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Apolline Jesupret – Lueurs

Apolline Jesupret – Lueurs

Influences d’Obiora

Influences d’Obiora

Inscrivez-vous à l'infolettre