×
Pays : Label : Genres et styles : Année : 2021
José González

José González – Local Valley

· par Stephan Boissonneault

S’il y avait une citation pour résumer l’émerveillement existentiel du quatrième album studio de José González, Local Valley, ce serait celle du poète anglais William Blake, « Si les portes de la perception étaient nettoyées, tout apparaîtrait à l’humain comme tel, infini ».  Cette citation fait référence aux possibilités infinies que nous pouvons atteindre en tant qu’êtres humains et en tant que société et dans lesquelles nous nous perdons parfois. Pour José González, un auteur-compositeur qui oscille entre différentes écoles de pensée à chaque sortie, il s’agit de la « vallée locale » – le point précis que nous vivons en tant qu’êtres humains en ce moment même, ou  il y a longtemps. Il y a un gouffre quelque part dans l’au-delà où González se retire, et ramène des chansons qui font la chronique des générations en quatre petites minutes.

Cette première collection de chansons de l’auteur-compositeur-interprète suédo-argentin en cinq ans est au cœur de l’humanisme universel, et utilise la cadence douce de González, la guitare acoustique classique indie (qui a été comparée à Nick Drake), et l’étrange battement de tambour simpliste et échantillonné, pour ainsi suggérer une odyssée sonore relaxante et tranquille. C’est un album que l’on lance pendant qu’une bougie brûle du début à la fin en arrière-plan, et tandis que la cire se consume lentement, on se met  à penser que tout va peut-être bien. C’est une bouffée de soulagement en cette période tumultueuse où chaque sortie artistique concerne l’humanité aux prises avec une pandémie mondiale. 
Il est presque impossible d’écouter la musique de González sans observer le tissage poétique de phrases comme “Visions, imagining the worlds that could be / cycles of growth and decay, patiently inching away to unreachable utopias.” Il apparaît comme un savant et un admirateur des langues – dans ses trois langues, le suédois, l’anglais et l’espagnol – mais jamais de manière prétentieuse. Il y a quelques morceaux plus orientés vers la danse que vers les enseignements philosophiques, comme Head On et Swing, mais là où Local Valley brille, c’est lorsqu’il reprend des idées complexes sur la vie et les résume en métaphores béates. Oui, González, qu’il le sache ou non, est un maître du réalisme magique.

Inscrivez-vous à l'infolettre