Pays : États-Unis Label : Jazz is Dead Genres et styles : downtempo / jazz-funk / samba / soul-jazz Année : 2020

Jazz is Dead 004

· par Rupert Bottenberg

Le jazz n’est pas mort. Le genre connaît même une renaissance. On se doute bien que les deux producteurs qui lui martèlent la poitrine en criant « crève pas, mon salaud, crève pas ! » avaient une idée derrière la tête en baptisant comme ils l’ont fait leur label et sa série de parutions. Les deux producteurs sont bien sûr Ali Shaheed Muhammad, d’A Tribe Called Quest, et Adrian Younge, le Quincy Jones de sa génération, qui forment un puissant partenariat de production ancré dans l’âge d’or du hip-hop (ensemble, ils ont produit les bandes originales de la série Luke Cage et, individuellement, chacun possède une discographie qui s’étend sur plusieurs décennies). Malgré le nom pour le moins dramatique de leur label, on a l’impression que tout cela n’est qu’un prétexte pour entrer en studio (aux Linear Labs strictement analogiques de Younge) avec des musiciens que ces deux héros considèrent comme des héros.

Après une compil de lancement, les deux premières séances d’enregistrement de Jazz is Dead mettaient en vedette le titan du vibraphone Roy Ayers et le vénérable Marcos Valle. La nouvelle fournée poursuit dans la veine brésilienne avec le groupe Azymuth. Formé au milieu des années 70, cet increvable trio de Rio de Janeiro a créé un jazz-funk fluide aux subtiles nuances samba qui encore aujourd’hui n’a rien perdu de sa fraîcheur. Il a connu un modeste succès international en 79 avec la pièce Jazz Carnival, puis un regain de popularité dans les années 90 grâce à la scène acid jazz en Europe. Le bassiste Alex Malheiros, le batteur Ivan Conti et, plus récemment, Kiko Continentino aux claviers depuis le décès du membre original Jose Roberto Bertrami en 2012, ont été passablement occupés depuis.

Jazz is Dead 004 est d’une écoute délicieuse. Les envolées d’Azymuth, souvent teintées d’une pointe d’humour, sont intéressantes, voire excitantes, sans jamais tomber dans l’excès, tout comme l’impeccable travail de production de Muhammad et Younge, qui ajoutent cordes et cuivres sans faire perdre à la musique sa vitalité. Pour être franc toutefois, certaines pièces ont quelque chose de sirupeux, ce dont l’auteur de ces lignes n’est pas particulièrement friand. Le piano de Pulando Corda, par exemple, est carrément mièvre. Mais ces moments sont rares. La majeure partie de ce que l’on retrouve ici est extrêmement satisfaisante, d’autant que les pointures réunies prennent leur plaisir très au sérieux.

Les prochaines parutions de Jazz is Dead mettront en vedette des musiciens comme Gary Bartz, Brian Jackson et (pour lui donner encore une saveur brésilienne) João Donato. Avec ses pulsations sexy et syncopées, le cœur du genre soul-jazz continue de battre.

Tout le contenu 360

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Lucile Boulanger/Simon Pierre/Olivier Fortin – The Golden Hour

Will Régnier – Traces

Will Régnier – Traces

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Kevin Chen, ou les enjeux d’un virtuose à 18 ans

Monica Freire – Ilhada

Monica Freire – Ilhada

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

Leslie Ting – What Brings You In

Leslie Ting – What Brings You In

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Inscrivez-vous à l'infolettre