Pays : Russie Label : Chandos Genres et styles : classique moderne Année : 2024

James Ehnes; BBC Philharmonic / Sir Andrew Davis – Stravinsky : Concerto pour violon; Scherzo à la russe; Apollon Musagète; Suites pour orchestre

· par Frédéric Cardin

Voici un joli panorama de la production néo-classique d’Igor Stravinsky. Attention, rien à voir avec le style néoclassique actuel, porté par Ludovico Einaudi, Jean-Michel Blais ou Alexandra Streliski. Le néo-classicisme stravinskien puise moins dans la notion d’accessibilité (via une simplicité harmonique presque pop) que dans un retour à la forme architecturale (concerto, sonate, suite, etc.) héritée de la période baroque et classique. Ce retour aux sources s’est, oui, accompagné aussi d’un retour à certains traits harmoniques et tournures tonales moins exigeantes, rappelant le Baroque ou le Classique haydnien. Mais, bien sûr, Stravinsky n’y a jamais plongé dans une perspective d’effacement de la modernité, durement acquise. Le résultat est une synthèse stylistique tout à fait originale et dont l’on célèbre encore aujourd’hui les grands titres qui en sont sortis.

Le Concerto pour violon, les Suites pour orchestre 1 et 2 et Apollon Musagète programmés ici sont parmi les meilleurs exemples de ce style déployé par Stravinsky, puis imité par plusieurs autres, au tournant des années 1920-1930. On aurait facilement pu ajouter le néo-baroque Pulcinella et quelques autres trésors du corpus du compositeur, mais le choix qui a été fait pour cet album de très belle tenue est cohérent dans sa vision anti-pastiche du néo-classicisme stravinskien.

Le programme est également appréciable en ce sens qu’il juxtapose des œuvres fortement contrastées en termes sonore et timbral. Le Concerto, pétillant d’énergie et coloré excentriquement par l’utilisation abondante et brillante des vents, est dans un monde totalement opposé à celui des extraits du ballet Apollon Musagète, expansif et amplement déployé à travers ses belles et longues lignes de cordes soutenues. Entre les deux, les Suites pour orchestre nos 1 et 2, dans la lignée des Suites de Bach, mélangent habilement les caractères à travers huit mouvements (quatre chacune) inspirés d’autant de danses plus modernes que leurs ancêtres baroques (telles la Polka, la Valse, la Balalaika, etc.). Aussi dans la liste, le truculent Scherzo à la russe, un cadeau de Stravinsky pour Paul Whiteman et son orchestre jazz.

Même si le Canadien James Ehnes n’apparaît que dans le Concerto, c’est son nom qui est en exergue sur la pochette de l’album, témoignant ainsi de son statut de grande star du violon international. Le violoniste au timbre d’alto (un son rond, ambré et d’une grande profondeur) dessine finement et avec ferveur énergique les phrases des quatre mouvements du Concerto. L’expressivité qu’il insuffle à l’œuvre dépasse peut-être le canevas idéal d’un espace sonore se voulant, justement, anti-romantique. Mais je me vois mal faire la fine oreille ou jouer au snob puriste devant une très convaincante lecture de ce chef-d’œuvre. Le soutien apporté par Davis et son splendide orchestre est compréhensif et approprié en général, bien qu’une certaine dichotomie apparaisse parfois entre son approche ultra-précise de l’orchestration et le jeu plus emphatique de Ehnes.

Aucun risque de divergence dans les autres pièces au programme. Le BBC Phil resplendit et s’amuse avec les partitions de Stravinsky. La prise de son Chandos est riche, chaleureuse et très naturelle. 

Tout le contenu 360

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Laetitia Sadier – Rooting for Love

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

Vendredi soir à l’OM : un violon spectaculaire, une petite sirène et des sables émouvants et enchanteurs

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

8e concert annuel du ViU | Les différentes avenues de la relève

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Frank Peter Zimmermann/Orchestre symphonique de Bamberg, dir. Jakub Hrůša – Stravinsky – Bartók – Martinů

Susie Arioli – Embraceable

Susie Arioli – Embraceable

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Orchestre classique de Montréal, dir. : Alain Trudel/Suzanne Taffot/Brandon Coleman – David Bontemps : La Flambeau

Chromeo – Adult Contemporary

Chromeo – Adult Contemporary

Little Simz – Drop 7

Little Simz – Drop 7

Surhumaine Barbara Hannigan !

Surhumaine Barbara Hannigan !

Alix Fernz – Muselière

Alix Fernz – Muselière

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

Quatuor Bozzini : micro tonalités, grandes musiques

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

SMCQ: Prana, respiration, « comprovisation »

Leslie Ting – What Brings You In

Leslie Ting – What Brings You In

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Hannah Hurwitz/Colin Stokes/Daniel Pesca – The Night Shall Break

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

The First Eloi – Low Glow

The First Eloi – Low Glow

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Ruins of Azur – Ruins of Azur

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Notre hip-hop afro-descendant: rap, conscience… sous-représentation

Joel Ross – nublues

Joel Ross – nublues

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Apolline Jesupret – Lueurs

Apolline Jesupret – Lueurs

Inscrivez-vous à l'infolettre