Pays : France Label : Château de Versailles Genres et styles : baroque / opéra Année : 2024

Florie Valiquette / Ensemble Il Caravaggio / Chœur de l’Opéra Royal / Camille Delaforge, dir. – Mademoiselle Duval : Les Génies

· par Frédéric Cardin

On ne sait pas grand-chose sur elle. En vérité, presque rien (on ne connaît même pas son prénom!). Mademoiselle Duval était fille de danseuse de ballet et d’archevêque (eh oui, les mœurs ecclésiastiques se révèlent souvent surprenantes…). On sait surtout qu’une quarante année après Élizabeth Jacquet de la Guerre, elle fut la deuxième femme à voir un opéra de sa plume être créé à l’Académie royale de musique (en 1732). Il arriva à celui-ci à peu près la même chose qu’à celui de sa prédécesseure (Céphale et Procris, dont vous pouvez lire mon compte-rendu ici) : il fut joué quelques fois, puis oublié jusqu’à nos jours. 

Cet enregistrement sous étiquette Château de Versailles, un label qui se spécialise dans ce genre de résurrections, est donc une très belle occasion de prendre contact avec une rare oeuvre lyrique baroque signée de la main d’une femme. 

Si la création a eu lieu en 1732, au tout début de la révolution musicale ramiste (initiée par Jean-Philippe Rameau), l’influence stylistique de cette dernière n’y a pas laissé de traces. Nous sommes plutôt dans un univers lulliste (Jean-Baptiste Lully), déjà vieux d’un demi-siècle, ou peut-être post-lulliste (on pense à André Campra et son style conservateur en ce premier tiers de 18e siècle). Cela dit, on ne boudera certainement pas le plaisir honnête que procure cette jolie découverte, pleine de mélodies attachantes, d’airs bien dessinés, de portions instrumentales énergiques et de chœurs amples et généreux. Mlle Duval savait y faire. 

Les Génies est une comédie-ballet comme il s’en faisait souvent à l’époque, dont Les Indes galantes de Rameau. Sur le même principe que cette dernière, Les Génies est organisée en cinq parties, un Prologue et quatre Actes (appelés ici Entrées). Chaque partie développe une intrigue différente, mais complémentaire, des autres, avec un thème central (l’amour) qui sert de fil conducteur général. Dans Les Génies, on visite donc les univers magiques des quatre éléments naturels que sont la terre, l’eau, l’air et le feu. Dans ceux-ci, des esprits associés à ces mondes surnaturels vivent des aventures sentimentales liées à des traits de caractère associés à ces éléments. Vous voyez un peu le topo.

Si le style musical est résolument conservateur pour l’époque, il est néanmoins très habilement maîtrisé par la compositrice. Des mélodies vives, d’allure italienne, côtoient des airs délicats et une utilisation vigoureuse des cordes basses, offrant une intéressante musculature à certains passages. 

La Québécoise Florie Valiquette tient l’un des rôles principaux, soit celui de l’Amour, et tire superbement son épingle du jeu. Son soprano est adéquatement puissant, mais demeure lumineux et positif. Elle est entourée d’autres solistes très en forme, dont Marie Perbost, dans plusieurs rôles déterminants et magnifiés par sa détermination dramatique couplée à un timbre agile, ou encore Étienne de Bénazé, très beau ténor racé, solaire, sans le nasillage trop souvent concomitant du ténor français d’époque. 

L’ensemble Il Caravaggio est dirigé avec précision et animation par Camille Delaforge.

Une autre belle découverte.

Distribution

Marie Perbost · Lucile, Zaïre, Isménide, Florise

Florie Valiquette · Amour, Zamide, une Sylphide

Anna Reinhold · La Principale Nymphe, Pircaride

Etienne de Bénazé · Léandre

Paco Garcia · Un Indien, un Sylphe

Guilhem Worms · Zoroastre, Numapire

Matthieu Walendzik · Zerbin, Adolphe

Cécile Achille · l’Africaine, une Nymphe

Tout le contenu 360

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

L’Iran féministe de Bahar Harandi

L’Iran féministe de Bahar Harandi

Sunglaciers – Regular Nature

Sunglaciers – Regular Nature

Canicule – BOYZ

Canicule – BOYZ

David Jacques – 16 histoires de guitares III

David Jacques – 16 histoires de guitares III

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Tolemn – Jango

Tolemn – Jango

Beyoncé – Cowboy Carter

Beyoncé – Cowboy Carter

Orkestar Kriminal – Originali

Orkestar Kriminal – Originali

Simon Denizart – Piece of Mind

Simon Denizart – Piece of Mind

Jean Jean Roosevelt – Libres ensemble

Jean Jean Roosevelt – Libres ensemble

ARC – ARC

ARC – ARC

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Inscrivez-vous à l'infolettre