Ron Carter et les diplômés de l’U de M, triomphe académique

par Varun Swarup

Ce concert de l’Orchestre jazz des diplômés-es de l’Université de Montréal aura marqué la scène musicale locale, avec le concert de l’éminent contrebassiste Ron Carter comme premier l’invité inaugural.

L’atmosphère du Théâtre Maisonneuve était chaleureuse, avec un public essentiellement composé d’amis, de membres de la famille du big band et de passionnés de musique attirés par le concept : les meilleurs diplômés donneraient la réplique à Ron Carter.

Cependant… Bien que la liste des morceaux ait été principalement composée d’œuvres originales de M. Carter, rigoureusement arrangées par Rich deRosa et solidement exécutées par l’orchestre, il s’agissait d’une facture plutôt conservatrice, à tout le moins académique. Très peu de décalage, en fait, avec ce qu’on aurait pu entendre d’un très bon big band de jazz moderne dans les années 50, jusqu’au tournant des années 60.


Parmi les moments forts, citons la lyrique Little Waltz et Ah, Rio, une composition inspirée de la bossa nova qui a un tantinet changé la donne. Bien que la performance ait été techniquement impressionnante, elle a semblé un peu datée, surtout si l’on considère le rôle influent de Ron Carter dans l’histoire du jazz – surtout en tant qu’interprète, très peu en tant que compositeur. Carter a été un sideman de premier plan, acteur de nombreux mouvements qui ont repoussé les limites du jazz et même du hip-hop, et il aurait donc été intéressant d’assister à une sélection de compositions plus contemporaines et novatrices.

Un autre inconvénient de la soirée était l’équilibre du son. La basse semblait dominer le mixage, éclipsant parfois les autres instruments. S’il était incontestablement agréable d’entendre le jeu magistral de M. Carter à la basse, la position anormalement élevée de l’instrument dans le mixage empêchait d’apprécier pleinement les nuances de l’ensemble.

Il est néanmoins essentiel de reconnaître le talent exceptionnel qui s’est manifesté hier soir. Quoi qu’on en pense, ce concert a été une excellente vitrine pour nos propres maîtres de la musique ici à Montréal, mettant en lumière leurs indéniables compétences et leur dévouement à leur art. On pense notamment à David Carbonneau, trompette, Rachel Therrien, trompette, François D’Amours, saxo, Jérôme Beaulieu, piano, pour ne nommer que ceux-là.

En fait, il serait inutile et injuste de distinguer un musicien en particulier, puisque tous ont eu l’occasion de briller tout au long de la soirée, ceci incluant M. Ron Di Lauro, illustre prof de l’U de M fraîchement retraité après 25 ans de loyaux services à la barre de ce big band universitaire et plus encore. Avant de tirer sa révérence, il aura pu sortir sa trompette pour une heureuse Little Waltz.

Tout le contenu 360

Le niveau supérieur de l’Orchestre de Philadelphie

Le niveau supérieur de l’Orchestre de Philadelphie

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

L’Iran féministe de Bahar Harandi

L’Iran féministe de Bahar Harandi

Sunglaciers – Regular Nature

Sunglaciers – Regular Nature

Canicule – BOYZ

Canicule – BOYZ

David Jacques – 16 histoires de guitares III

David Jacques – 16 histoires de guitares III

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Tolemn – Jango

Tolemn – Jango

Inscrivez-vous à l'infolettre