Pays : États-Unis Label : Motown / Blacksmith Genres et styles : Année : 2021

Vince Staples – sans titre

· par Alain Brunet

Le quatrième album de Vince Staples, un des plus doués de la parole hip hop pour ses inclinations romanesques et poétiques, met en relief un artiste plus proche de la forme chanson. Ses superbes albums Summertime’06 et Big Fish Theory, sortis respectivement en 2015 et 2017, offraient une approche atypique pour un Californien issus des quartiers chauds de Los Angeles, vu le minimalisme électronique des productions au service d’un flow littéraire nettement au-dessus de la moyenne hip hop. Les harmonies soul/R&B et les sonorités trappy à la mode étaient exclues de son esthétique, l’artiste se distinguait par une facture fort différente. Nous sommes en 2021, Vince Staples est devenu une vedette intermédiaire, tiraillée entre la reconnaissance du grand public et celle des mélomanes plus exigeants, entre une pub de Sprite (dont il a été la figure de proue aux USA) et l’appui d’un John Cale (qui a déjà exprimé son admiration à l’endroit du rapper). Et voilà l’expression du paradoxe non résolu : un propos qui nous ramène à la réalité de la rue, à la violence urbaine, à la crainte pour sa sécurité dans une société armée jusqu’aux dents, de l’envie de richesse. Keny Beats, qui œuvrait au beatmaking dans l’album précédent de Staples (FM, sorti en 2018), est ici son seul acolyte, son style déteint forcément… On devine que le beatmaker a voulu donner un peu plus matière mélodique à son employeur tout en maintenant les acquis antérieurs du brillant MC, reste à savoir si l’impact sera plus considérable.

Tout le contenu 360

Présente ta chanson | Dankoroba par Djely Tapa

Présente ta chanson | Dankoroba par Djely Tapa

Philippe Brach aux Francos : party caniculaire sur la Place des Festivals

Philippe Brach aux Francos : party caniculaire sur la Place des Festivals

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Hommage à l’ami JP aux Francos… Écoute ça !

Hommage à l’ami JP aux Francos… Écoute ça !

Daniel Boucher, sérénité flamboyante

Daniel Boucher, sérénité flamboyante

Aliocha Schneider aux Francos | Paysage de la Grèce, chaleur de Montréal

Aliocha Schneider aux Francos | Paysage de la Grèce, chaleur de Montréal

Hermanos Gutiérrez – Sonido Cosmico

Hermanos Gutiérrez – Sonido Cosmico

Aquaserge – La fin de l’économie

Aquaserge – La fin de l’économie

DoNormaal – Palmspringa

DoNormaal – Palmspringa

Suoni, un 17 juin | Réverbérations, voix et réflexions multiples

Suoni, un 17 juin | Réverbérations, voix et réflexions multiples

Lili St-Cyr et les folles nuits de Montréal

Lili St-Cyr et les folles nuits de Montréal

Des filles qui rockent

Des filles qui rockent

Yamê aux Francos de Montréal: un pari réussi !

Yamê aux Francos de Montréal: un pari réussi !

Aunty Rayzor – Viral Wreckage

Aunty Rayzor – Viral Wreckage

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Festival Classica |Un heureux Meslanges pour une fin d’édition en contraste

Festival Classica |Un heureux Meslanges pour une fin d’édition en contraste

Élégie aux Francos- ouvertures romantiques et tentations punk

Élégie aux Francos- ouvertures romantiques et tentations punk

Convulsing – Perdurance

Convulsing – Perdurance

Darkthrone – It Beckons Us All…….

Darkthrone – It Beckons Us All…….

Ulcerate – Cutting the Throat of God

Ulcerate – Cutting the Throat of God

Botanist – Paleobotany

Botanist – Paleobotany

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Inscrivez-vous à l'infolettre