Pays : Royaume-Uni / The Netherlands Label : Strap Originals Genres et styles : art-punk / garage-punk / post-punk / punk / punk rock Année : 2024

Real Farmer – Compare What’s There

· par Stephan Boissonneault

Ça fait un certain temps qu’un album – que l’on pourrait classer sous le parapluie grandissant du  » punk  » – ne m’a pas quitté, me poussant à le revisiter fréquemment. Il y a un an, c’était le Skinty Fia de Fontaine D.C., mais j’admets que certaines de ces chansons sont devenues un peu obsolètes pour moi, alors j’ai été ravi lorsque j’ai entendu le Compare What’s There de Real Farmer, d’avant en arrière. C’est devenu mon nouveau monstre.

Ce nouvel album des punks garage hollandais de Groningen est un pur feu bruyant, le genre d’album que l’on écoute quand on veut briser les murs de béton métaphoriques qui encombrent notre esprit, ou les murs de béton au sens littéral. Sérieusement, si vous avez un travail qui consiste à transformer des gratte-ciel en poussière et en débris avec une boule de démolition, c’est votre album. Des guitares bruyantes et frénétiques, des paroles féroces sur l’aliénation, les conneries de la société du point de vue des cols bleus et la méfiance sociale, des rythmes de batterie tonitruants et des lignes de basse floues et accrocheuses : cet album a tout pour plaire.

Certains morceaux, comme The Feeding, sont du bon vieux punk pur et dur, avec peut-être un peu plus d’accords, dans la veine de groupes comme MC5 ou Black Flag, mais il y a aussi ces morceaux atmosphériques, discordants et sans vague majeure, comme Empty. C’est cette juxtaposition qui fait de Compare What’s There un album passionnant. Vous pouvez l’écouter sur le pilote automatique ou décider de vous laisser entraîner par les moments de fantastique musicalité. Les premières secondes de guitare de Gentrified semblent avoir été enregistrées dans une boîte à chaussures pleine de trous, puis le mixage complet entre en action, et une folie bancale et abrupte s’ensuit. La basse maintient cette même folie réverbérée à distance sur I Can’t Run. Toutes ces chansons semblent à juste titre monolithiques et c’est parce que Real Farmer sait quand donner à certains riffs l’espace et le temps de respirer, comme sur Wayside, ou quand augmenter la distorsion ou enclencher l’interrupteur expérimental.

Le chanteur Jeroen Klootsema maintient le rythme, sa voix est absolument féroce sur des chansons comme Perry Boys et The Straightest Line, mais aussi assez réservée sur les parties plus calmes de Inner City. Il est également soutenu par le bassiste Marrit Meinema, qui a une touche plus douce et plus post-dream pop, mais mon dieu, leur style d’appel et de réponse fonctionne sur une chanson comme Next In, qui a une qualité post-punk bizarre et sautillante comme quelque chose que l’on entendrait chez The Slits. Je ne suis pas sûr que Real Farmer ait eu ces discussions sur les influences, mais les comparaisons de cet album vont dans tous les sens, sautant entre les différentes époques du punk et la musique de guitare lourde en général, et c’est glorieux. Pour en revenir à The Straightest Line, j’ai cette chanson dans la tête depuis quelques mois après avoir entendu une fois ce refrain agressif – je ne vous cache pas que c’est un mensonge. Klootsema est une force avec laquelle il faut compter sur ce morceau. Je peux facilement le voir devenir l’un des prochains héros du chant punk, aux côtés de chanteurs comme Joe Talbot, Grian Chatten ou Amy Taylor.

Que dire d’autre des débuts de Real Farmer ? La conclusion post-rock de Consequence est de l’or liquide, la guitare répétitive devenant de plus en plus mystifiante au fur et à mesure qu’elle s’enfonce dans l’obscurité. J’ai essayé de trouver quelque chose qui aurait pu être mieux sur ce premier album de Real Farmer, mais je n’y arrive pas. Le morceau le plus proche est Wasted Words , un grand brûlot atmosphérique, mais le ralentissement de la vibration psychique shoegaze m’a un peu éloigné du chaos de l’album. Peut-être qu’ils auraient pu l’avoir plus tôt, mais honnêtement, c’est une critique à prendre avec des pincettes. Never Enough reste la conclusion parfaite, rebondissant entre le rock éthéré méthodique et l’énergie punk brute plus obscure, que l’on retrouve sur 80 % de Compare What’s There. Real Farmer a tout écrasé avec Compare What’s There et je ne doute pas que leur prochain album sera tout aussi vicieux.

Tout le contenu 360

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

L’Iran féministe de Bahar Harandi

L’Iran féministe de Bahar Harandi

Sunglaciers – Regular Nature

Sunglaciers – Regular Nature

Canicule – BOYZ

Canicule – BOYZ

David Jacques – 16 histoires de guitares III

David Jacques – 16 histoires de guitares III

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Tolemn – Jango

Tolemn – Jango

Beyoncé – Cowboy Carter

Beyoncé – Cowboy Carter

Inscrivez-vous à l'infolettre