Mac Demarco – Five Easy Hot Dogs

· par Stephan Boissonneault

Ça doit être bizarre d’être Mac Demarco. Vous êtes un type loufoque qui inspire à lui seul des milliers de guitaristes à essayer de reproduire votre style de guitare lo-fi, lumineux et indie avec deux albums en l’espace de deux ans, passez sous le radar pendant un certain temps, déménagez à Los Angeles de la fosse froide qu’est Edmonton et maintenant poursuivez votre séjour vers le succès.

Mais les gens attendent de vous que vous produisiez de l’or à chaque fois et sont super excités dès qu’un nouveau projet portant votre nom est annoncé. Et vous ne pouvez pas continuer à faire le même album encore et encore, n’est-ce pas ? Alors, que faites-vous ? On mûrit, en réfléchissant à la raison pour laquelle on est devenu musicien : faire de la musique, non pas pour eux, mais pour soi.

C’est ce que Mac Demarco fait depuis sept ou huit ans. C’est un créatif qui travaille toujours sur quelque chose et il a suffisamment de notoriété pour que ses projets reçoivent toujours l’attention médiatique qu’ils méritent ou pour partir en tournée quand il le souhaite. Il est installé, aussi loin que le musicien en difficulté est concerné. Il a son style, mais il essaie toujours de le changer, comme avec son album de 2017 This Old Dog ou Here Comes The Cowboy (que j’avais complètement oublié jusqu’à ce que je fasse des recherches) en 2019, qui l’a fait expérimenter avec plus de synthétiseurs sur ses vocaux apaisants et ses riffs de guitare imprégnés d’halcyon.

Il nous propose maintenant un album entièrement instrumental intitulé Five Easy Hot Dogs – qui n’est pas son premier, puisque Some Other Ones a été enregistré en cinq jours, entièrement instrumental – et qui est né de jams solos qu’il a faits lors d’un voyage entre Los Angeles et l’Utah. Chaque morceau porte le nom de la ville où il a été écrit et l’ensemble de l’album a une qualité de bedroom pop aérienne, avec une guitare acoustique légère, une ligne de synthétiseur en boucle et quelques percussions légères. J’admets que les voix manquent et pendant des chansons comme « Crescent City » ou « Vancouver 3 », on les attend, on attend que le message ou le thème se présente.

Si Mac a voulu créer un album à utiliser comme musique de fond pour un road trip sans fin, je dirais qu’il a réussi. Il n’y a rien de complètement merveilleux dans ce qu’il fait, à l’exception de quelques passages de guitare qui sonnent comme s’ils étaient lentement désaccordés, mais l’album a de beaux moments. Vous pouvez imaginer des paysages de routes de montagne dans une brume sépia si vous le voulez vraiment, mais à part ça, ce ne sont que des rythmes cool et froids pour étudier la musique d’ascenseur. Mac sait repérer une bonne accroche de guitare ou de synthé quand il la trouve, mais la plupart des morceaux semblent errer et n’ont pas de véritable intérêt. On a l’impression qu’il s’agit d’un tas de démos, qu’il aurait pu transformer en de véritables chansons puissantes. Mais ce n’était peut-être pas son intention. Il a son propre label pour une raison. Encore une fois, il fait de la musique pour lui, pas pour les autres.

It must be weird being Mac Demarco. You’re a kooky guy that single-handedly inspires thousands of guitar players to try and replicate your lo-fi, bright, indie guitar style with two albums within the span of two years, fly under the radar for a bit, move to LA from the cold pit that is Edmonton, and now continue your sojourn into success.

But people expect you to produce gold every time and get super excited whenever a new project with your name attached in announced. And you can’t keep making the same album over and over right? So what do you do? You mature, reflecting on the reason you became a musician; to make music, not for them, but for yourself.

This is what Mac Demarco has been doing for the last seven to eight years. He’s a creative guy who is always working on something and he has enough notoriety to always have his projects get the media attention they deserve or tour whenever he wants. He’s set, as far as the struggling musician is concerned. He’s got his style down, but he’s always trying to change it up, as with his 2017 album This Old Dog or Here Comes The Cowboy (which I completely forgot about until researching) in 2019, which had him experimenting with more synthesizers over his calming vocals and halcyon-soaked guitar riffs.

Now we have a full instrumental album from him called Five Easy Hot Dogs—not his first, as Some Other Ones was record in five days, completely instrumental—which was spawned between solo jams he made while on a road trip from Los Angeles to Utah. Every track is named after the city it was written and the whole album has an airy bedroom pop quality to it with light acoustic guitar, a looped synth line, and some light percussion. I’ll admit that the vocals are missed and during songs like « Crescent City » or « Vancouver 3, » you’re waiting for them, waiting for the point or theme to present itself.

If Mac wanted to create an album to be used as background music for an endless road trip, I’d say he succeeded. There’s nothing completely marvel about what he’s doing, save for a few guitar passages that sound like they’re being slowly put out of tune, but the album has some nice jams. You can imagine some mountain road landscapes in a sepia-tinted haze if you really want to, but other than that it’s just cool chill beats to study to elevator music. Mac knows a good guitar or synth hook when he finds it but many of the tracks just seem to meander and have no real pay off. It kind of feelings like a bunch of demos, that he could have turned into real powerful songs. But maybe that wasn’t his intention. He’s got his own record label for a reason. Again, he’s making music for himself, not everyone else.

Tout le contenu 360

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

L’Iran féministe de Bahar Harandi

L’Iran féministe de Bahar Harandi

Sunglaciers – Regular Nature

Sunglaciers – Regular Nature

Canicule – BOYZ

Canicule – BOYZ

David Jacques – 16 histoires de guitares III

David Jacques – 16 histoires de guitares III

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Abel Selaocoe : le vent qui emporte

Tolemn – Jango

Tolemn – Jango

Beyoncé – Cowboy Carter

Beyoncé – Cowboy Carter

Inscrivez-vous à l'infolettre