Pays : États-Unis Label : New West Genres et styles : americana / country / country-blues Année : 2021

J.T.

· par Luc Marchessault

Justin Townes Earle est mort le 20 août 2020 dernier d’une surdose de cocaïne additionnée de fentanyl. On dit que la hantise suprême de tout parent est de voir, de son vivant, la Faucheuse lui ravir un enfant. C’est d’autant plus cruel pour Steve Earle, qui a survécu à sa dépendance aux drogues dures, de perdre son fils aux griffes de celles-ci. Sur J.T., Earle père rend donc hommage à feu son descendant Justin Townes, dont le deuxième prénom commémore incidemment, par une triste ironie du sort, Townes Van Zandt, figure tragique country-folk engloutie prématurément par l’alcoolisme et la toxicomanie. Des onze pièces que compte J.T., dix ont été composées et écrites par Justin Townes (avec la collaboration de Scotty Melton pour Turn Out My Lights et Far Away In Another Town). Last Words, onzième et ultime chanson de l’album, provient de Steve Earle : « J’y étais quand tu es né – Ta mère te tint puis moi aussi (…) – À ton trépas j’aurais souhaité – Y être pour te tenir ainsi »

En musique populaire comme dans bien d’autres domaines, les progénitures qui reprennent le flambeau abondent. Parmi celles-ci, nombre ne produisent rien d’aussi édifiant que leurs géniteurs (nous nous garderons, par charité chrétienne, de citer des exemples). Or, Justin Townes Earle faisait partie de la minorité authentiquement douée des « fils » ou « filles de », comme le prouve sa discographie de qualité. Son père a extrait de ce fonds héréditaire des gemmes comme Harlem River Blues et They Killed John Henry. Il nous les présente, avec ses valeureux Dukes, dans un écrin appalachien aussi stimulant qu’émouvant. En mai dernier, Steve Earle a publié Ghosts of West Virginia, album portant aussi sur une tragédie, minière celle-là. J’avais écrit alors qu’Earle œuvre, depuis une quarantaine d’années, à l’édification d’une cathédrale de l’americana. Je ne pouvais prévoir, à l’époque, qu’il y célébrerait les funérailles de son fils.

Tout le contenu 360

Piknic Électronik | Pretty Privilege, la non binarité, la joie, l’insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, la non binarité, la joie, l’insolence

Suoni | Sara Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sara Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Centre Phi | Kallitechnis incarne sensualité et introspection.

Centre Phi | Kallitechnis incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

The Nausea – Requiem

The Nausea – Requiem

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Der Kaiser von Atlantis : malgré sa modestie, une production importante

Der Kaiser von Atlantis : malgré sa modestie, une production importante

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Kaytranada – Timeless

Kaytranada – Timeless

Ibelisse Guardia Ferragutti & Frank Rosaly – Mestizk

Ibelisse Guardia Ferragutti & Frank Rosaly – Mestizk

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Los Days – Dusty Dreams

Los Days – Dusty Dreams

Inscrivez-vous à l'infolettre