×
Pays : Québec Label : ATMA Classique Genres et styles : classique Année : 2022

J. Saulnier et Y. Dyachkov – Beethoven : Sonates et variations pour violoncelle et piano – Vol. 1

· par Alexandre Villemaire

Le pianiste Jean Saulnier et le violoncelliste Yegor Dyachkov sont tous deux des interprètes de premier plan, recherchés pour leur écoute et leur jeu musical noble et enveloppant. Également collègues à l’Université de Montréal, ces musiciens entament en duo, sur ce nouvel opus qui est le premier d’une série de trois volumes, une présentation centrée sur l’intégrale des sonates et variations pour violoncelles et piano de Ludwig van Beethoven. Moins connues que les sonates pour violon et piano du compositeur, celles pour violoncelles « ont un sens particulier dans un parcours artistique », selon Dyachkov. Plus personnelles, portées vers des expérimentations sonores et une structure parfois inhabituelle, elles demandent – dans les mots de Saulnier – une « intégration des conventions stylistiques » pour « s’affranchir d’un discours normatif ».

Cette approche et ce contrôle se ressentent à l’écoute. Composées pour répondre à une commande de Frédéric-Guillaume II, roi de Prusse, les deux sonates de l’opus 5 ont un caractère chantant et expressif dans lequel les deux comparses musiciens respirent et dialoguent, en faisant ressortir des nuances complexes. Alors que la première sonate est d’un caractère heureux et vigoureux, la deuxième est plus dramatique et agitée. Ses lignes lyriques et plaintives sont amplifiées par une couleur sonore délicate, dans laquelle les silences sont comme des respirations humaines et où le piano et le violoncelle, énergiques et passionnés, se livrent à des échanges fougueux. Cette fougue est également présente dans la Sonate pour violoncelle op. 17, dont la version originale était destinée au cor. Dans un esprit différent, les variations sur des airs tirés de La Flûte enchantée de Mozart font ressortir le génie inventif de Beethoven, où les instruments incarnent en alternance Pamina et Papageno dans des esthétiques et dynamiques variées.

De manière sensible et énergique, le duo Saulnier-Dyachkov ouvre ce premier volume avec un paysage sonore apaisant qui, immanquablement, invite à entendre ce que la suite de cette série nous réserve.

Inscrivez-vous à l'infolettre