Pays : Royaume-Uni Label : Genres et styles : indie pop / lounge Année : 2022

Arctic Monkeys – The Car

· par Stephan Boissonneault

La première chanson des Arctic Monkeys que j’ai entendue était Who the Fuck Are Arctic Monkeys, sur le microalbum du même nom. C’était violent, grossier et terriblement accrocheur. On y percevait l’influence des Strokes et des Buzzcocks, que les Arctic Monkees rajeunissaient à des fins d’écoute à très haut volume. Je n’ai jamais vraiment compris toutes les expressions et les subtilités britanniques des paroles. Or, cela m’avait aguillé vers des musiques et même des films plus actuels, en provenance de la Grande-Bretagne. Le groupe a ensuite eu de plus en plus de succès à l’étranger, toutefois, puis a fini par remplacer son style indie-alt-rock menaçant par un rock crooner-lounge, avec l’album Tranquility Base Hotel & Casino. Mon adoration s’est alors mutée en désamour.

Tranquility a été l’un des albums les plus polarisants de ma carrière de journaliste musical. Certains l’ont adoré, d’autres l’ont détesté. J’étais plutôt indifférent, après l’avoir écouté une fois et ne pas m’être souvenu d’un seul aspect à évoquer. Pour moi, c’était comme si l’album existait dans un univers parallèle où la musique n’existe que dans les ascenseurs.

Cela nous amène à leur plus récent album, The Car, toujours dans ce style rock-lounge que le leader Alex Turner a un jour adopté. Dans l’ensemble, The Car est plus réfléchi et cohérent que l’aléatoire Tranquility, mais toujours aussi peu mémorable. Il n’y a vraiment rien d’édifiant dans les chansons. Puis, ce personnage de chanteur de ballades – que Turner ne fait plus semblant de jouer, mais qu’il incarne complètement désormais – semble parfois forcé. Je ne suis pas sûr qu’il puisse le rendre convaincant, peu importe la quantité de falsettos qu’il émet. Grosso modo, ce lyrisme s’avère plutôt mince, cette esthétique et cet esprit souffrent de fadeur.

Quelques éléments instrumentaux sont stimulants, comme les arrangements de cordes et fréquences basses au synthé de Sculptures of Anything Goes. Ou encore l’orgue sur Jet Skis on the Moat, mais c’est vraiment trop peu parce qu’encore une fois, on n’y gagne rien. Ou si on y gagne quelque chose, je ne l’ai pas entendu. On y arrive presque avec Body Paint est sa presque explosion glam-rock à la ELO, à mi-parcours, mais ça finit par une ligne de guitare prévisible avec quelques fluctuations. Big Ideas et la conclusion de Hello You ont quelque chose d’ésotérique, avec l’interaction guitare et cordes, mais encore là je n’ai pas pigé vraiment.

The Car n’est malheureusement pas à la hauteur des autres albums d’Arctic Monkeys. Ce qui importe peu, car ce groupe a changé et veut manifestement faire des bandes originales de films de James Bond. Ces garçons ne sont pas bêtes; ils ont eu trop de succès et s’ennuient, ils cherchent d’autres façons de faire de la musique. Je m’attends à ce qu’ils optent pour un autre genre d’ici quelques années, tout en gagnant… et en perdant des fans.

Tout le contenu 360

 Madame Autruche – Sm58 (prochaine chance la meilleure fois) 

 Madame Autruche – Sm58 (prochaine chance la meilleure fois) 

Taylor Swift – The Tortured Poet Department: The Anthology

Taylor Swift – The Tortured Poet Department: The Anthology

Le niveau supérieur de l’Orchestre de Philadelphie

Le niveau supérieur de l’Orchestre de Philadelphie

Vampire Weekend – Only God Was Above Us

Vampire Weekend – Only God Was Above Us

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

L’OSL et Naomi Woo : un parcours énergique au Nouveau Monde

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Karina Gauvin – Marie Hubert : Fille du Roy

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

P’tit Belliveau parle de son nouvel album, des grenouilles et des impôts

P’tit Belliveau parle de son nouvel album, des grenouilles et des impôts

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

Université de Montréal | L’au revoir grandiose de Jean-François Rivest

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Jeannot Bournival – Confiture Printemps Comète Moustache Molle

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

Nadia Labrie – Flûte passion – Claude Bolling : Suite for Flute and Jazz Piano Trio

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

David Jalbert – Prokofiev : Piano Sonatas vol. II

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Willows et Soleil Launière : Une soirée post-éclipse lumineuse

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Kevin Johansen – Quiero Mejor

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

L’Iran féministe de Bahar Harandi

L’Iran féministe de Bahar Harandi

Sunglaciers – Regular Nature

Sunglaciers – Regular Nature

Inscrivez-vous à l'infolettre