×

Meredith Hall et La Nef visitent les Noëls anciens

Interview réalisé par Alain Brunet
Genres et styles : baroque / musique ancienne

renseignements supplémentaires

Chants traditionnels de Noël et pièces instrumentales baroques s’entrelardent et nous plongent dans les atmosphères des Noëls d’il y a très longtemps. Excellente interprète de ces répertoires anciens, la  soprano canadienne Meredith Hall se joint à La Nef et sa lutherie d’époque pour évoquer la Nativité, ce mardi à la salle Bourgie.  Cette matière comprend un enregistrement récent de la chanteuse et La Nef, soit Oikan Ayns Bethlehem / Celtic Christmas Songs, album paru sous étiquette Atma.

PAN M 360 : Le programme sur le site de la salle Bourgie dit ” musique vocale et instrumentale de France, d’Angleterre, d’Irlande et d’Ecosse . Peut-on être plus précis ? S’agit-il du répertoire de Oikan Ayns Bethlehem / Celtic Christmas Songs

Meredith Hall : Nous faisons certaines des chansons celtiques enregistrées précédemment sur Oikan Ayns Bethlehem, mais la plupart de ce programme (y compris tout le répertoire français) est relativement nouveau pour La Nef et moi-même. Nous l’avons enregistré l’année dernière pour une diffusion européenne, mais c’est la première fois que nous présenterons ce programme à un public en direct, en personne.

Noëls Anciens est très varié. Il comprend des chants populaires traditionnels et des airs instrumentaux de France, d’Irlande, du Pays de Galles, d’Écosse, d’Angleterre et de l’île de Man.  Certains de ces chants sont très anciens – leurs origines sont inconnues, mais la plupart d’entre eux étaient censés exister dans les années 1600.  

Le public entendra également des Noëls français tirés du riche répertoire d’orgue des compositeurs baroques français Pierre Dandrieu et Louis-Claude Daquin. Sylvain Bergeron a réarrangé ces œuvres pour clavier pour les instruments à archet et à cordes pincées de La Nef, ainsi que pour la flûte baroque. Le résultat est un son magiquement transparent et lumineux dans des pièces qui vont de la contemplation profonde à l’espièglerie douce.  Un autre ajout unique à ce programme est l’obsédant Eesus Ahatonnyah que nous avons créé dans un nouvel arrangement en trois langues, wendat, français et anglais. Les paroles ont été écrites en 1642 en wendat par Jean de Brébeuf, un prêtre jésuite qui a appris à parler le wendat dans le cadre de sa mission de conversion du peuple wendat.  Brébeuf a inclus des éléments de la spiritualité traditionnelle wendat dans sa poésie, et j’étais très soucieux de présenter cette pièce d’une manière qui soit respectueuse du peuple et de la culture wendat.  La magnifique poète et chanteuse Andrée Levesque Sioui, qui vit à Wendake et qui fait partie de la tradition solide et continue de la culture wendat, m’a généreusement enseigné la prononciation wendat de deux couplets de la chanson. Elle m’a également aidé à réécrire légèrement les versions française et anglaise, plus connues, pour qu’elles reflètent mieux la spiritualité wendat.

PAN M 360 : Comment ces chansons ont-elles été trouvées et sélectionnées ? 

Meredith Hall : Avant l’internet, nous avons passé beaucoup de temps dans les bibliothèques musicales de McGill et de l’Université de Toronto, à chercher dans les anciennes collections de musique folklorique comme The English Dancing Master de Playford, et le Scots Musical Museum. Sylvain Bergeron est un bon détective – il a un grand instinct pour savoir quel air des années 1600 ou 1700, d’une simplicité trompeuse, frappera l’oreille d’une manière nouvelle, touchera votre cœur ou vous fera rire.  Je suis très orienté vers les mots, toujours à la recherche de l’histoire ou du lien avec les traditions.  Et j’aime jouer avec les textes, en associant parfois des mots familiers à un air moins connu, comme c’est le cas avec les paroles du XIXe siècle de What Child is this ? que j’ai associées à un vieil air irlandais, My Lagan Love (normalement chanté sur l’air de Greensleeves). Et beaucoup d’airs instrumentaux se sont suggérés pour un programme d’hiver à cause de leurs titres, comme notre “cold suite” qui contient des airs de danse traditionnels anglais avec des noms comme On the Cold Ground, Drive the Cold Winter Away et Cold and Raw

 PAN M 360 : Qu’avez-vous déjà interprété en direct de ce répertoire avec La Nef ? 

Meredith Hall : J’ai déjà interprété environ la moitié de ces chansons avec La Nef – y compris l’un de mes morceaux préférés, usheg veg ruy (petit oiseau rouge) – une douce berceuse d’hiver de l’île de Man, qui dépeint un petit oiseau froid cherchant un endroit chaud pour dormir. Nous avons enregistré le programme complet pour une diffusion sur Euro Radio en décembre dernier, mais c’est la première fois que nous interprétons le français et le wendat en direct.

PAN M 360 : Que pouvons-nous savoir de votre relation artistique et professionnelle avec La Nef ? Comment est né ce projet d’enregistrement et de performance live ?  

Meredith Hall : J’ai la joie de collaborer avec La Nef depuis plus de 20 ans.  J’ai rencontré pour la première fois le directeur artistique, Sylvain Bergeron, lorsque nous avons collaboré sur un projet Monteverdi avec le Toronto Consort à la fin des années 90 !   Après quelques autres collaborations sur des projets renaissance et baroques, nous avons découvert que nous aimions tous deux la musique celtique traditionnelle. Nous avons commencé à explorer ce répertoire avec La Nef, en utilisant un mélange unique d’instruments, allant d’instruments baroques très courtisés comme la viole de gambe, le théorbe et la flûte à bec, à des instruments plus folkloriques comme la nyckelharpa, la vielle à roue, la flûte irlandaise et la cornemuse.  Je suppose que l’on pourrait qualifier cette approche de croisement baroque/folk.  J’ai grandi en chantant de la musique folklorique à Terre-Neuve, donc pour moi, sur le plan vocal et de l’interprétation, il s’agissait simplement de revenir à mes racines, de chanter naturellement, de raconter l’histoire.

PAN M 360 : Comment aborder ces pièces vocales ? 

Meredith Hall : Il faut une sincérité totale et un ton direct, doux et chaud. Rien de l’athlétisme ou de la bravoure parfois nécessaires à l’opéra. Mes meilleurs moments de chant sont lorsque la musique me rend si heureuse que je peux sentir un sourire dans mes yeux et qu’il se propage dans ma gorge et ma poitrine.  Et quand je sens que le public partage vraiment l’histoire que je raconte en chanson.

PAN M 360 : Comment avez-vous développé vos techniques vocales, de la musique baroque à la musique d’opéra plus récente ? 

Meredith Hall : J’ai obtenu une licence et une maîtrise en interprétation vocale à l’Université de Toronto, puis j’ai étudié la technique avec Laura Sarti au Guildhall of Music de Londres, en Angleterre. Dès mes premières études, mon intérêt s’est toujours porté sur les lieder, et la musique ancienne, du Moyen Âge jusqu’à Mozart.  Le merveilleux claveciniste et pianiste forte, Colin Tilney, a été une grande source d’inspiration pour moi car j’ai eu la chance de collaborer souvent avec lui pendant mes études. Emma Kirby m’a énormément inspirée par la clarté et l’expressivité de sa voix. J’ai également appris la Renaissance et le style baroque sur le tas avec le Toronto Consort et avec de nombreux rôles importants avec Opera Atelier et l’orchestre baroque Apollo’s Fire. Le chef d’orchestre Nicholas McGegan m’a beaucoup appris, par son approche toujours dansante et vivante de Haendel.  

PAN M 360 : Vous considérez-vous principalement impliquée dans le répertoire de la musique baroque et ancienne ? Préférez-vous ce répertoire ancien/baroque/folklore ?

Meredith Hall : Je peux aimer chanter de nombreux styles de musique ( y compris le jazz !) Mais c’est dans la musique ancienne et folklorique que je suis le plus à l’aise et le plus moi-même.

PAN M 360 : Quels sont vos prochains projets d’enregistrement et de spectacle vivant ?

Meredith Hall : Je prépare un programme de musique avec la harpiste d’époque Julia Seager-Scott autour de la vie et des œuvres de l’écrivain Jane Austen.  Et je collabore avec le compositeur torontois Frank Horvat sur un très important cycle de chansons intitulé Fractures, qui explore le thème du Fracking (un mode d’extraction du pétrole et du gaz dangereux pour l’environnement) et la façon dont il affecte l’humanité.  Il s’agit d’un projet très intense et émotionnel, car la crise environnementale imminente est si terrifiante pour moi, surtout en tant que mère.

PAN M 360 :  Où êtes-vous basée au fait ? 

Meredith Hall : Toronto de corps, Terre-Neuve de cœur.

INTERPRÈTES

Invitée : Meredith Hall, soprano
La Nef :
Sylvain Bergeron, archiluth, guitare baroque, direction musicale
Robin Grenon, harpes
Grégoire Jeay, flûtes à bec et traversière baroque
Alex Kehler, violon traditionnel, nyckelharpa
Marie-Laurence Primeau, viole de gambe
Andrew Wells-Oberegger, percussions

PROGRAMME

Musique vocale et instrumentale de France, d’Angleterre, d’Irlande et d’Écosse

MEREDITH HALL ET LA NEF SE PRODUISENT CE MARDI 14 DÉCEMBRE, 19H30, À LA SALLE BOURGIE. POUR PLUS D’INFOS ET SE PROCURER UNE PLACE, C’EST ICI.

Inscrivez-vous à l'infolettre