Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Entrevue réalisée par Alain Brunet
Genres et styles : expérimental / improvisation libre

renseignements supplémentaires

Matana Roberts, que nous devons reconnaître comme une personne non-binaire, est devenu un leader conceptuel clair et puissant de cette musique au confluent de l’écriture contemporaine et de l’improvisation. L’artiste originaire de Chicago revient à Montréal, l’un de ses escales préférées où elle a déjà résidé, pour rendre compte (entre autres musiques) du 5ème chapitre de son ambitieux projet Coin Coin, lancé à l’automne 2023 sous étiquette Constellation.

Chaque partie de Coin Coin explore des contextes musicaux radicalement différents, des éruptions de free jazz et de post-rock du chapitre un au collage de bruit en solo du chapitre trois. Avec un nouvel ensemble imprégné de jazz, d’improvisation, de musique nouvelle et d’avant-rock, qui contribue à élargir la palette sonore existante du projet, Chapter Five ne fait pas exception, peut-on lire sur leur page Bandcamp..

Sur leur dernier enregistrement sorti en septembre 2023, Matana Roberts a été rejoint par son collègue saxophoniste alto Darius Jones, le violoniste Mazz Swift (Silkroad Ensemble, D’Angelo), le clarinettiste basse Stuart Bogie (TV On The Radio, Antibalas), le clarinettiste alto  ;clarinettiste Matt Lavelle (Eye Contact, Sumari), le pianiste Cory Smythe (Ingrid Laubrock, Anthony Braxton), la chanteuse/actrice Gitanjali Jain et les percussionnistes Ryan Sawyer (Thurston Moore, Nate Wooley) et Mike Pride (Pulverize The Sound, MDC). L’album est produit par Kyp Malone de TV On The Radio, qui contribue également aux synthétiseurs.

Avant leur concert à Montréal le 8 mars 2024, Matana Roberts répond aux questions de PAN M 360.

PAN M 360  : Coin Coin Chapitre Cinq : In the garden…est votre dernier projet en tant que compositeur, improvisateur, saxophoniste et artiste visuel. Un album est sorti sur Constellation, il y a quelques mois. Alors, comment cet arrangement est-il  » transcrit  ; » dans une performance en direct ? L’instrumentation ? Interaction ? Geste?

Matana Roberts: Le travail n’est pas transcrit. C’est une combinaison de notation occidentale, de notation graphique, d’improvisation et d’une série de directives. Cela dépend vraiment du chapitre dont nous parlons. Le chapitre actuel n’a pas encore été joué, je ne peux donc pas encore répondre à toutes les questions, mais nous étudions les possibilités de le faire. Tous les chapitres représentent un langage sonore que j’essaie de codifier et qui s’appelle « panoramic sound quilting », et qui s’accompagne d’une série d’informations, de notations et de connaissances sur la musique improvisée et créative.

PAN M 360 : Comment décririez-vous brièvement l’évolution du vaste projet Coin Coin après 5 chapitres réalisés ? .

Matana Roberts: Tout ce que je peux dire, c’est que ce fut un véritable voyage qui se poursuit encore aujourd’hui. Je me sens très privilégiée d’avoir eu l’espace nécessaire pour créer ce travail, et je ne vois pas encore la fin !

PAN M 360 : Les motivations premières du projet Coin Coin ont-elles été préservées du point A à aujourd’hui ? .

Matana Roberts  : Oui, en grande partie. Le travail de Coin Coin est un monument à l’expérience humaine, peu importe d’où nous venons, quel sang coule dans nos veines, nous sommes tous liés par les émotions, les épreuves et les tribulations de l’humanité.

PAN M 360   : Comment les nouveaux styles et influences musicales ont-ils également façonné le chapitre récent de votre vie créative, en tant que compositeur et artiste pluridisciplinaire ?

Matana Roberts  : Je n’ai pas l’impression d’avoir été témoin de nouveaux styles ou de nouvelles influences, mais plutôt de la vie, de la vie, d’essayer d’avoir une existence holistique, de rester connecté à travers l’art et la communauté.

PAN M 360 : How your own human being and artistic identities have changed since the beginning of this project and how can we perceive it as listeners and observers?

Matana Roberts : J’évolue comme n’importe quel être humain. La seule option fiable que nous ayons est le changement. J’ai vécu de nombreuses expériences, de différentes manières, qui me permettent d’envisager une existence artistique. Je me sens très privilégiée de n’avoir jamais eu à me cantonner à un type de personne ou à une façon de faire.

PAN M 360  :   : Les musiciens qui ont participé à votre dernier album sont assez éclectiques!  ; Cela reflète également votre propre éclectisme et votre intérêt pour de nombreuses sources artistiques. Pouvez-vous nous parler des origines de ces différents collaborateurs et nous dire comment vous les avez rendus interactifs et créatifs ?

Matana Roberts  : Quand ce projet sera terminé, il représentera une très large communauté à travers le genre, le support et simplement l’expérience de vie. Beaucoup des personnes qui figurent sur les enregistrements de Coin Coin représentent des gens que j’admire vraiment et qui m’ont aussi beaucoup soutenue pendant ma période de croissance, de changement et d’exploration de la créativité.

PAN M 360  : Bien sûr, une session d’enregistrement n’est pas une performance en direct. Vous pouvez inviter dans le studio des personnes qui ont d’autres activités, d’autres carrières solo ou d’autres engagements. Alors qui voyage avec vous ?   Qui sont vos principaux collaborateurs en 2024 ?

Matana Roberts : C’est une question très difficile en 2024. De nombreux réseaux de musique sont en difficulté. Certains sont en train de mourir. Ce n’est pas beaucoup mieux dans les arts visuels. Je ne pense donc pas vraiment à ceux qui voyagent avec moi. Je pense simplement aux opportunités que je peux créer pour que davantage de musiciens et d’artistes puissent survivre. Je ne peux citer personne en particulier, car la liste serait trop longue et j’oublierais trop de personnes, mais je suis très reconnaissant d’avoir un grand nombre de personnes parmi lesquelles choisir, avec lesquelles créer et collaborer, et qui représentent des lieux, des perspectives et des inclinations très différents. 

PAN M 360 : En tant que compositeur, Roberts s’inspire de stratégies associées à l’avant-garde de l’après-guerre, notamment les approches conceptuelles de John Cage et de Benjamin Patterson, membre de Fluxus, en matière d’écriture et de performance. Le travail immersif de Maryanne Amacher, dans lequel « le son et le corps collaborent presque », est une autre influence clé.

John Cage, Benjamin Patterson et Maryanne Amacher étaient des artistes visionnaires à leur époque. Nous comprenons que leur héritage avant-gardiste de l’après-guerre est crucial pour votre propre approche créative. Pouvez-vous nous donner quelques exemples de leurs visions compositionnelles au sein de la vôtre ?

Matana Roberts :Je ne suis pas en mesure de mettre en évidence quoi que ce soit qui ait un sens pour quelqu’un d’autre que moi. Dans l’ensemble, j’admire vraiment la façon dont ces artistes ont vécu et la manière dont ils se sont comportés et ont évolué dans leur travail. Je trouve leur présence dans et en dehors du canon profondément inspirante et fascinante, même tant d’années plus tard, après qu’une grande partie de l’œuvre a été créée. Pour moi, il semble qu’ils aient vraiment vécu leur vérité et qu’elle se retrouve dans leur travail. 

PAN M 360  : Le projet visionnaire de Matana Roberts explore l’histoire afro-américaine à travers les ancêtres, les archives et les lieux. Tissant des éléments de jazz, de composition d’avant-garde, de folk et de spoken word, Roberts Porn raconte l’histoire d’une femme de leur lignée ancestrale, décédée à la suite de complications liées à un avortement illégal.

Depuis plusieurs décennies, la redécouverte de l’histoire afro-américaine reste très importante pour de nombreux artistes visionnaires afro-descendants. C’est toujours crucial et nous voulons savoir ce qu’il en est pour vous, en tant qu’être humain vivant en Amérique du Nord ?

Matana Roberts : J’ai vécu dans le monde entier et je voyage constamment. Je ne peux pas vraiment m’identifier à l’Amérique du Nord et me contenter de la revendiquer dans ma vision du monde à propos de mon travail. C’est là que je suis née, mais ce n’est pas là que je reste émotionnellement, personnellement et spirituellement. Je ne suis pas tant un citoyen américain qu’un citoyen du monde, et je prends cela très au sérieux. Il est également très important de souligner qu’indépendamment de ce que les gens continuent à dire sur le travail de Coin Coin, l’accent n’est pas mis uniquement sur l’histoire afro-américaine. La pièce de monnaie traite de l’expérience américaine, mais dans une perspective mondialiste plus profonde, et il est important qu’elle soit partagée. J’utilise ma propre ascendance comme point de départ pour aborder des questions humaines qui nous concernent tous, quelles que soient nos origines. Mon intérêt pour l’histoire n’est pas différent de celui de n’importe qui d’autre et ne devrait pas être limité culturellement comme certains le demandent. Je vous remercie de votre compréhension ;

L’histoire est cyclique. Tout ce qui se passe aujourd’hui, nous l’avons déjà vu auparavant, à d’autres niveaux, à d’autres moments, à d’autres rythmes, et nous devons nous tourner vers l’histoire pour apprendre constamment à aller de l’avant au lieu de reculer sans cesse.

PAN M 360  : À une époque où les droits reproductifs sont attaqués, son histoire prend une nouvelle résonance.  ; Pouvez-vous nous donner quelques éléments supplémentaires de cette question à travers votre propre compréhension et votre réponse artistique à cette question ?.

Matana Roberts  : La question est très claire sur le disque, et aussi dans les notes de pochette que j’ai personnellement écrites. Cela vaudrait la peine d’y jeter un coup d’œil, mais en gros, l’agence corporelle d’une personne lui appartient indépendamment de son sexe, de son genre, de sa race, de son statut social et économique. Votre agence corporelle ne devrait pas être dictée par l’État, et c’est là le problème. 

PAN M 360  : En décortiquant des histoires de famille et en menant des recherches approfondies dans les archives publiques américaines, Roberts a créé un portrait tout en rondeur d’une femme qui est, comme le disent leurs paroles, « électrique, vivante, fougueuse, brûlante et libre ».  Vous allez vous produire un 8 mars, qu’est-ce que cela signifie pour vous d’être sur scène ce jour-là à Montréal ?

Matana Roberts  : Je n’avais pas réalisé, avant que vous ne posiez cette question, que je venais jouer à Montréal le soir de la Journée internationale des droits des femmes. C’est très intéressant ! Mais dans l’ensemble, Montréal est l’une de mes villes préférées dans le monde. J’y ai vécu pendant un certain temps, elle m’a offert des choses spéciales, à maintes reprises, qui m’ont permis de réfléchir à ma propre éthique créative et à ma place dans le monde en tant qu’être humain. C’est l’une des rares villes au monde où, lorsque je me rends, j’ai l’impression d’être à nouveau chez moi, alors j’adore jouer à Montréal. J’aime venir au Canada et j’espère qu’il en sera ainsi pendant de nombreuses années encore.

PAN M 360  : Merci beaucoup pour vos réponses, Matana!

Matana Roberts  : Merci beaucoup pour ces merveilleuses questions, tous mes vœux vous accompagnent !

Dans le contexte des Suoni Per Il Popolo hors saison, Matana Roberts et ses invités se produisent ce vendredi 8 mars à la Sala Rossa, 19h30. BILLETS ET INFOS ICI

Tout le contenu 360

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

The country chaos of Nora Kelly

The country chaos of Nora Kelly

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Inscrivez-vous à l'infolettre