×

RETOUR SUR LE FME, PREMIÈRE PARTIE : AVALANCHE KAITO, BALAKLAVA BLUES ET MEDICINE SINGERS

par Stephan Boissonneault

Avalanche Kaito
Cela a commencé par trois musiciens jouant des passages instrumentaux très étranges de prog et de musique du monde. Après une dizaine de minutes, un homme a émergé de la foule en criant comme un griot d’Afrique de l’Ouest. Tout le monde se demandait si c’était un mélomane indiscipliné de Rouyn-Noranda ou si ça faisait partie du spectacle. Il s’est avéré que oui, c’était le leader d’Avalanche Kaito, un groupe de Bruxelles aux multiples talents, qui combine le punk bruitiste avec les contes africains.

Le chanteur-musicien jouait parfois de la flûte et ne supportait pas les corps immobiles sur la piste de danse. À tel point qu’il a sauté de la scène et a commencé à inciter la foule à danser.

Cette concoction de rock groovy et progressif était imaginative et très convaincante. La façon parfaite de commencer le FME.

Balaklava Blues
Après Avalanche Kaito, une femme en chandail à capuche blanc – avec quelque chose qui ressemblait à des tatouages tribaux sur chaque manche – est montée sur scène. Pendant qu’elle jouait quelques lignes de synthé et de clavier, deux hommes cagoulés ont commencé à taper sur différents types de tambours. Cette femme s’appelle Marichka Marczyk, une auteure-compositrice-interprète ukrainienne à la voix puissante, qui dirige le trio guérilla-folk-EDM Balaklava Blues.

Balaklava Blues combine les styles house, trap et party-punk pour créer une expérience singulière. La plupart des chansons sont inspirées par la situation critique du peuple ukrainien, face à l’invasion de la Russie. Le spectacle comportait également un aspect multimédia, à la fois psychédélique et poignant, grâce aux images récupérées de la ligne de front ukrainienne. C’était une prestation très bouleversante, à tel point que des spectateurs étaient en larmes, surtout pendant Night, l’une des dernières chansons. Vers la fin, les mots « Stop Poutine » ont été collés sur la toile de fond.

Medicine Singers
Cette collaboration entre le magicien de la guitare Yonatan Gat, quelques membres du groupe Swans et le groupe Eastern Medicine Singers Powwow a été l’un des clous de la soirée de jeudi. Le groupe a récemment sorti un premier album homonyme et, sur scène, c’était merveilleux.


Le spectacle ressemblait à un long jam, y compris la reprise de la chanson Rumble de Link Wray. Les voix algonquines traditionnelles se sont frayé un chemin à travers le chaos instrumental et, à un moment donné, on a pu entendre la merveilleuse flûte d’Elizabete Balcus. Les fans qui cherchaient à distinguer les chansons propres aux Medicine Singers ont probablement eu du mal à le faire, mais la prestation en soi suffisait à capter l’attention des auditeurs les plus détachés. Cependant, certains ont lâché prise au bout de 45 minutes et la foule s’est lentement dissipée.

Inscrivez-vous à l'infolettre