FMA | Koum Tara : Bienvenue dans le ChaâbJazz

par Frédéric Cardin

Le Festival de Monde arabe accueillait vendredi le groupe franco-algérien (et lyonnais) Koum Tara, à la 5e Salle de la Place des Arts. Un octuor éclectique, formé d’un trio jazz (piano/synthétiseur, contrebasse, percussions), d’un quatuor à cordes et d’un oud (avec double emploi de chanteur). La proposition musicale, fort intéressante, est celle d’un syncrétisme accessible et raffiné. La structure générale des pièces au programme est bien définie, de l’ordre de la chanson populaire arabe, le chaabi, et résolument basée sur la mélodie. Nous ne sommes pas dans le monde des atmosphères ou de la recherche timbrale. Nous ne sommes pas non plus dans une fusion tendant vers la musique savante contemporaine, comme chez Anouar Brahem. La façon Koum Tara est tournée vers le ludisme.

Cela dit, l’approche Koum Tara demeure originale et audacieuse, faisant savamment osciller les inflexions harmoniques typiquement arabes vers le jazz, et vice-versa, si bien qu’à certains moments, on ne sait plus dans quel monde nous sommes. En fait, nous sommes dans un autre monde, une sorte de quintessence qui surpasse la sommes des parties. Des chansons existantes du répertoire algérien cohabitent avec des mélodies originales, parfois dans la même pièce. Reconnaît-on ici tel titre qu’aurait pu chanter Dahmane El Harrachi que presque immédiatement on se retrouve ailleurs, dans une vision résolument jazz du style. C’est fait avec beaucoup de fluidité, ce qui laisse deviner une connaissance fine et fouillée des deux univers culturels de la part de Karim Morris, solide leader au piano et synthétiseur et arrangeur/compositeur inspiré du groupe.

Celui-ci s’amuse souvent, d’ailleurs, à brouiller encore plus les lignes de démarcation stylistique en métamorphosant des phrases mélodiques héritées du chaâbi classique en impros jazz moderne puis en musique afro-cubaine. La planète est ainsi rapetissée en village culturel où, comme on dit, « toute est dans toute ».

Morris offre passablement de terrains de jeu à ses collègues. On remarque la belle présence de chaque portion de l’ensemble : le trio jazz a de l’espace pour s’exprimer, le quatuor à cordes n’est pas limité à un rôle de simple soutien harmonique avec de très beaux passages en contrepoint et des variations intéressantes sur le matériau mélodie que base, et le oudiste et chanteur (Hamidou) est le point central de la majorité des pièces. La cohérence holistique est rodée au quart de tour. Pas d’hésitations ni de désaccord rythmique. En ce sens, la musique de Koum Tara emprunte également à la musique classique pour sa rigueur structurelle et son extrême précision interprétative. C’est beau, le travail bien fait.

Ce genre de mélange entre classique, jazz et « world », mais trempé dans une structure résolument limpide et de style « musique populaire » me fait penser à ce que pourrait jouer le Penguin Café Orchestra (s’il était encore actif) accompagné du Turtle Island String Quartet. 

Très agréable.

Tout le contenu 360

Hommage à l’ami JP aux Francos… Écoute ça !

Hommage à l’ami JP aux Francos… Écoute ça !

Daniel Boucher, sérénité flamboyante

Daniel Boucher, sérénité flamboyante

Aliocha Schneider aux Francos | Paysage de la Grèce, chaleur de Montréal

Aliocha Schneider aux Francos | Paysage de la Grèce, chaleur de Montréal

Hermanos Gutiérrez – Sonido Cosmico

Hermanos Gutiérrez – Sonido Cosmico

Aquaserge – La fin de l’économie

Aquaserge – La fin de l’économie

DoNormaal – Palmspringa

DoNormaal – Palmspringa

Suoni, un 17 juin | Réverbérations, voix et réflexions multiples

Suoni, un 17 juin | Réverbérations, voix et réflexions multiples

Lili St-Cyr et les folles nuits de Montréal

Lili St-Cyr et les folles nuits de Montréal

Des filles qui rockent

Des filles qui rockent

Yamê aux Francos de Montréal: un pari réussi !

Yamê aux Francos de Montréal: un pari réussi !

Aunty Rayzor – Viral Wreckage

Aunty Rayzor – Viral Wreckage

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Festival Classica |Un heureux Meslanges pour une fin d’édition en contraste

Festival Classica |Un heureux Meslanges pour une fin d’édition en contraste

Élégie aux Francos- ouvertures romantiques et tentations punk

Élégie aux Francos- ouvertures romantiques et tentations punk

Convulsing – Perdurance

Convulsing – Perdurance

Darkthrone – It Beckons Us All…….

Darkthrone – It Beckons Us All…….

Ulcerate – Cutting the Throat of God

Ulcerate – Cutting the Throat of God

Botanist – Paleobotany

Botanist – Paleobotany

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Les Violons du Roy, Cameron Crozman, Nicolas Ellis | Haydn Cello Concertos – Hétu Rondo

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Un 16 juin aux Francos | Pomme, Marco Ema et KNLO

Jordan Hamilton – Project Freedom

Jordan Hamilton – Project Freedom

Nino Carlos &  Friends – Placenta

Nino Carlos & Friends – Placenta

Arooj Aftab – Night Reign

Arooj Aftab – Night Reign

Festival Classica | Des Lettres de Chopin à voir et à entendre

Festival Classica | Des Lettres de Chopin à voir et à entendre

Inscrivez-vous à l'infolettre