Chanson francophone

Coup de cœur francophone | Le pari de Moran

par Claude André

Piano, violon, violoncelle, contrebasse, images fantomatiques de la maison en Toscane et plus encore.  Moran a brillamment relevé le défi en se frottant, hier soir, à l’œuvre de l’« immense provocateur » qu’était Léo Ferré.

Après Catherine Sauvage, Renée Claude, Philippe Léotard, Dan Bigras, une question me hantait : est-ce que la voix basse, le chant chevrotant et la personnalité scénique plutôt calme de Moran se marieront bien au chant et aux déclamations si marqués et parfois très intenses de Ferré?

Ouverture avec Préface. Un texte déclamé dont quelques lignes auront traversé le temps pour devenir des citations : « ce qu’il y a d’encombrant avec la morale, c’est que c’est toujours la morale des autres ». Puis, autre chef d’œuvre Tu ne dis jamais rien. La pièce qui aura inoculé à Moran la passion ferréenne.

Tout vêtu de noir, comme les quatre instrumentistes derrière lui, Moran, près de son lutrin, assume. Voix limpide et prononciation soignée font mouche. Le ton est donné. L’artiste nous avait dit qu’il abordait ce tour de chant avec « respect et humilité ».

C’est vrai. Trop, se dit-on ici et là, notamment, après Ni dieu ni maître qui était aussi pour Léo une chanson exutoire. Lorsque l’on manipule des mots fait de nitroglycérine, l’explosion ne doit-elle pas se produire? Le spectacle en est seulement à sa seconde représentation et « on apprend à se connaître devant vous », dira Moran.

Des perles noires 

Qu’à cela ne tienne, les classiques défilent comme autant de perles de Beaujolais nouveau grand millésime grâce aussi aux orchestrations exquises électro-acoustiques et aux ambiances sonores du pianiste Martin Lizotte. Sans oublier les jeunes et talentueuses musiciennes aux cordes : Marie Nadeau-Tremblay (violon), Sahara von Hattenberger (violoncelle) et Émilou Johnson (contrebasse et basse).

Avant la pause, nous avons droit à un diaporama onirique où Mathieu Ferré récite un texte méconnu, mais savoureux, de son illustre père à propos de Bardot, Gainsbourg, Aznavour, Jésus et autres Johnny Hallyday : Les idoles n’existent pas. Hélas, en raison de la disposition des musiciens et de leurs instruments, les images projetées à hauteur de scène sont voilées pour le public du parterre dont nous sommes.

Au retour, La Solitude raisonne. Le violoncelle pleure et nous entraîne dans ses sanglots longs de l’automne. Moran, qu’on ne voit pas sur la scène, se révolte. On passe du respect à la connivence. L’explosion se produit. Fiou. Il se passe vraiment quelque chose.

Le choix des titres a dû être déchirant, mais au final, des plus judicieux : Pépé, qui ne devait pas être sur la liste, s’avère une des interprétations les plus touchantes. Moran peut s’aventurer dans les notes plus hautes. Le public avisé aura eu droit à La Mémoire et la mer, Ton Style, C’est extra (plus difficile) et autres perles noires, avant l’incontournable Avec le temps. Il n’y aura pas de rappel, c’était prévu.

On repart ragaillardi en se disant que, quoiqu’en dise Moran en entrevue, il est presque impossible que ce spectacle ne se retrouve pas un jour capturé sur disque.

Non, avec le temps, tout ne s’en va pas. On l’a redécouvert hier soir. Vivement une tournée, nous serons au rendez-vous. Tout comme notre jeune voisin de table, francophile de Vancouver, qui est né à… la Mecque. 

C’est le vieil anar qui n’avait ni dieu ni maître qui serait ravi.

crédit photo: Jean-François Leblanc

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Une soirée de clôture riche en émotions

Une soirée de clôture riche en émotions

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Qiik – Demo

Qiik – Demo

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

The Nausea – Requiem

The Nausea – Requiem

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Inscrivez-vous à l'infolettre