art-punk / expérimental

Une soirée avec Pussy Riot: ce groupe qui n’en est pas un

par Ann Pill

Si les spectateurs pensaient assister à un concert des Pussy Riot, ils ont peut-être été un peu déçus par leur prestation à guichets fermés mercredi soir au Théâtre Rialto.

Ceux qui s’attendaient à une expérience d’activisme multimédia, à une performance absurde mais émouvante et poignante, ont été servis. La salle de ce magnifique ancien cinéma était pleine à craquer, mais la scène était étrangement stérile. Quelques tambours, quelques pieds de micro, un DJ et une longue table avec une quantité ridicule de bouteilles d’eau (nous reviendrons sur les bouteilles d’eau plus tard).

Le spectacle, intitulé Riot Days, est une « pièce » au sens le plus large du terme, basée sur le livre de Maria (Masha) Alyokhina, membre de la communauté Pussy Riot. Il s’agit des mémoires de Maria (Masha) Alyokhina, qui raconte les deux années qu’elle a passées dans une prison du goulag après la fameuse action « punk-prayer ».

Pour les non-initiés, les Pussy Riot sont un groupe de protestation féministe et un collectif artistique. En 2012, elles ont donné une de leurs célèbres représentations de guérilla à la cathédrale de l’église du Christ-Sauveur de Moscou, pour protester contre la réélection de Poutine et ses liens avec l’Église.

Les Pussy Riot ont compté 10 à 15 membres au fil des ans, mais seules quatre d’entre elles se sont produites : Maria Alyokhina, Diana Burkot, Olga Borisova et Alina Petrovna.


Alexander Cheparukhin, producteur et réalisateur des éléments visuels des Riot Days, a présenté le groupe. « Ils n’ont jamais été un groupe punk », a-t-il dit à la foule, « ils n’ont jamais été un groupe du tout. »

On pouvait sentir l’incertitude au sein du public quant à ce qu’ils attendaient de cette soirée.

Des codes permettant de faire des dons aux hôpitaux pour enfants ukrainiens étaient disséminés un peu partout. Les membres de Pussy Riot n’ont jamais perdu de vue les réalités de la guerre et la situation en Russie pendant leur performance.

Le spectacle a commencé par une performance de Liza Anne, une ouverture parfaite qui a donné le ton de l’activisme étrange de la soirée. C’était à la fois beau et émouvant quand elle a parlé de son coming out à 30 ans et comment maintenant elle est « sobre, amoureuse, et que tout a un sens ». Dans la foulée, elle s’est lancée dans un numéro chorégraphié délicieusement déroutant sur son amour pour Shania Twain.

Cette combinaison de beauté, d’émotion, de chaos, de confusion et d’humour a été le fil conducteur de la soirée. La performance des Pussy Riot nous a mis en état d’alerte. À un moment donné, Alyokhina s’est tenue au centre de la scène, se versant une bouteille d’eau après l’autre sur la tête, tandis que Borisova arrosait le public.


La leader, trempée de sueur, allume une cigarette et tout le groupe commence à faire des tours de piste.

Chaque élément du spectacle était intrinsèquement relié. Pour les non russophones, le texte à l’écran a clarifié l’élément narratif du spectacle. Cela a également conduit à des parties incroyables du spectacle où l’on pouvait lire en lettres géantes tout en majuscules : « Poutine s’est pissé dessus. »  

Il y avait des vidéos des Pussy Riot au moment de leur arrestation et du contenu de leur infâme prière punk qui a vraiment mis le public dans le contexte de la Russie de l’époque. Chaque livre devrait être accompagné d’un récit d’une heure et demie qui vous est hurlé en russe alors que vous êtes aspergé d’eau.

Bien qu’il ne soit pas certain que le public ait payé pour cela, il était certainement engagé et personne ne pouvait détourner le regard. Le spectacle a vraiment pris de l’ampleur après l’arrosage de bouteilles d’eau. Malheureusement, le son était un peu bizarre. Mais le spectacle était tellement synchronisé et chorégraphié qu’il a pu suivre son cours.


Les Pussy Riot ont sorti beaucoup de nouvelles musiques ces deux dernières années, avec des éléments vraiment sympas, mais nous n’avons entendu aucun de ces succès lors de ce spectacle. La musique était surtout un outil pour vous tenir au courant de l’histoire de Masha. Il ne s’agissait ni de leur ancien son punk brut, ni de leur nouvelle musique pop électronique plus accessible. C’était une bande-son expérimentale presque industrielle. 

Ce n’était pas un concert. Les Pussy Riot ne sont pas un groupe. Il s’agit d’un groupe d’activisme politique qui a diffusé son message par le biais de la musique. Mais leur message féministe anti-Poutine est plus important que jamais. Et si entre l’eau dans les yeux et la surcharge sensorielle qui s’est produite sur scène, le message à retenir était peut-être « Poutine a fait pipi dans son pantalon. »


Crédit photo: Sarah O’ Driscoll 

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Une soirée de clôture riche en émotions

Une soirée de clôture riche en émotions

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Qiik – Demo

Qiik – Demo

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

HABITAT SONORE :  la musique qui fait vibrer Montréal… et le Centre Phi !

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

The Nausea – Requiem

The Nausea – Requiem

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Inscrivez-vous à l'infolettre