Liste d'écoute
MIX Spécial PAN M 360: Grondini

MIX Spécial PAN M 360: Grondini

· par Salima Bouaraour

PAN M 360 a sollicité des acteurs et activistes de la scène musicale montréalaise pour proposer en exclusivité un mix inspiré de ce qui est tendance à leurs yeux. En espérant que ce chassé croisé de regards sur la musique vous immerge dans leur univers, PAN M 360 vous souhaite bonne écoute !  

GRONDINI est versatile et créatif. Une énergie bouillonnante, en effervescence constante, au  rayonnement rassembleur: Mathieu Grondin est DJ, Directeur Général de MTL24/24 -une organisation qui soutient le développement de la vie nocturne à Montréal- et il fut également monteur/réalisateur de vidéos, films et publicités. Pour PAN M 360, GRONDINI nous dévoile une  sélection rafraîchissante, pétillante et éclectique. L’expérience est à vivre au Datcha et au Système aux soirées Cozmique.

PAN M 360: Peux-tu me décrire rapidement la musique que tu aimes écouter? Ou ce qui  fait la tendance en ce moment pour toi? 

Mathieu: La première fois que je suis allé dans un rave j’avais 15 ans; c’était en 1995. Quand  je suis entré, Tiga jouait Rollin’n’Scratchin’ de Daft Punk et ce fut une révélation. À l’époque,  j’écoutais de l’industriel et des trucs comme Nine Inch Nails. Ça c’était différent, plus dance,  mais ça gardait un esprit punk. Cela m’a pris plusieurs mois avant de découvrir ce qu’était  cette chanson. Il n’y avait ni Shazam ni internet alors il fallait aller dans les boutiques de  disques spécialisées pour les DJs; souvent il n’y avait que quelques copies en vente que le  vendeur gardait pour les DJs qui jouaient en boîtes de nuit. Ça m’a pris 15 ans je pense avant  de trouver cette chanson de Daft Punk en vinyle (usagé!), mais la piqûre est arrivée immédiatement. Mon père était disc jockey de rock à la radio. J’ai grandi entouré de vinyles. Là, j’avais  l’occasion de vivre ma rébellion adolescente et mon trouble d’opposition en aimant la techno  plutôt que le rock, mais ça se faisait dans la continuité des disques vinyles que mon père affectionnait.  

Mon premier idole était Jeff Mills alors j’essayais de répliquer son style de techno rapide et  rythmique joué à trois tables. J’étais pas mauvais mais je n’avais pas encore trouvé mon style.  Puis, au début 2000, les raves sont devenues moins populaires alors j’ai commencé à  jouer du dance rock dans des bars comme la Rockette et le Salon Officiel. C’était moins mon truc mais  ce que j’ai toujours préféré au-delà de la musique, c’était de faire danser les gens. Ma soirée  préférée à cette époque, c’était les jeudis de DJ MINI au club Parking. Elle jouait de l’électro et y’avait le petit côté punk/new wave que j’aimais beaucoup. Y’avait pas beaucoup de filles qui mixaient à l’époque; ça prenait du cran pour s’imposer dans le boys club et MINI l’avait. Les  soirées aux Parking rassemblaient les lesbiennes, les gays, les straights, les anglos et les francos. C’était très Montréal!! 

Puis, dans les années 2000, tout le monde voulait du disco. On buvait de la Pabst à 5$ dans  les after illégaux. J’avais réussi à faire quelques soirées avec Thomas Promise et Adam Wilcox;  j’avais même booké Elle Barbara pour mon anniversaire à l’époque, mais les policiers finissaient toujours par fermer ces espaces et nous coller des amendes. C’est un peu ce qui a  mené à la création de MTL 24/24; j’en ai eu ras-le-bol un moment donné et je voulais que ça  change. 

PAN M 360: Confie-nous les motivations qui ont guidé ta sélection musicale pour notre  série MIX Spécial PAN M 360.  

Mathieu: J’ai essayé de rendre hommage à ce son que MINI et le Parking avaient à l’époque, mais en le réactualisant. Je suis connu comme un DJ d’Italo Disco, mais le terme est réducteur pour décrire ce que je mixe. J’ai tellement joué de styles depuis 25 ans que j’aime me promener d’un genre à l’autre. En soixante minutes, c’était pas facile alors je me suis concentré sur  l’expérience que Christian Pronovost et moi essayons de faire vivre lors de ma soirée Cozmique qui a lieu à peu près mensuellement au Système et au Datcha: un son très club (qui détonne avec la techno rave très lourde qui prévaut actuellement – j’ai donné dans les années 90 je n’y retournerai pas désolé haha!) Inspiré des sonorités Italo Body Music et Neo Goa avec une  touche de fromage pop – je ne peux jamais m’en empêcher !

PAN M 360: Et pourquoi donc faudrait-il s’en empêcher ?!

Mathieu: Ma motivation principale c’est de  faire danser une masse de gens; c’est niché comme son mais ça reste très accessible aux  masses. Je considère que c’est underground parce que ça ne se joue pas souvent à Montréal,  mais c’est très populaire en Europe auprès d’artistes comme Cormac, Kendal et Jennifer Cardini, et aussi  les étiquettes Polaris, Correspondant, Ritmo Fatale ou Italo Moderni. On entend ça au  Panorama Bar à Berlin, au Sub Club à Glasgow, au Nitsa à Barcelone et partout aux Pays-Bas  ou en France. Je pense qu’on n’a pas beaucoup de clubs à Montréal, on est très rave et événements. Ça manque ici; les clubs permettent de bâtir des communautés et de sortir du DJ  comme superstar qu’on met sur un stage. Au club, on ne sait pas toujours qui va jouer. On fait  confiance, on découvre. En espérant que ce mix plaise et fasse découvrir ce son à des gens  d’ici ! 

Tout le contenu 360

Piknic Électronik | Pretty Privilege, la non binarité, la joie, l’insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, la non binarité, la joie, l’insolence

Suoni | Sara Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sara Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Centre Phi | Kallitechnis incarne sensualité et introspection.

Centre Phi | Kallitechnis incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

Dumai Dunai – Sometime Between Now and Never

The Nausea – Requiem

The Nausea – Requiem

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Truck Violence – He Ended the Bender Hanging

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Dompierre et l’OPCM | Création d’un Requiem et puis… réflexion sur un Requiem

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Der Kaiser von Atlantis : malgré sa modestie, une production importante

Der Kaiser von Atlantis : malgré sa modestie, une production importante

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Kaytranada – Timeless

Kaytranada – Timeless

Ibelisse Guardia Ferragutti & Frank Rosaly – Mestizk

Ibelisse Guardia Ferragutti & Frank Rosaly – Mestizk

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Los Days – Dusty Dreams

Los Days – Dusty Dreams

Inscrivez-vous à l'infolettre