Yu Su : comment déjouer les pronostics

Entrevue réalisée par Alain Brunet

renseignements supplémentaires

De Kaifeng, dans la province chinoise du Henan, Yu Su s’est expatriée à Vancouver en 2013 pour y mener des études universitaires. Déjà une pianiste aguerrie avant de débarquer en Occident, elle y est devenue artiste à part entière. En quelques années, le choix de devenir professionnelle de la musique fut le bon :  en plus d’être une DJ sollicitée sur le circuit international, Yu Su s’avère supérieurement douée pour la composition. Qui plus est, ses talents de musicienne débordent largement le cadre des référents électroniques, elle investit désormais toute la lutherie qui se trouve à sa portée.

Puisant dans un vaste répertoire dont celui qu’elle aime qualifier de forth world music (musique du monde d’avant) tout en citant, l’œuvre encore jeune de Yu Su  est d’ores et déjà formidable. Cet indéniable talent lui valut d’abord des tournées en Europe et en Asie, en tant que DJ. Quant à la reconnaissance canadienne, elle est venue lentement mais sûrement.

Son univers référentiel est vaste, du downtempo aux musiques contemporaines en passant par la musique classique chinoise, sa curiosité l’a amenée à explorer plusieurs répertoires de haute volée, pour en absorber les meilleurs éléments et les balancer aux férus d’électro.Voilà qui l’a naturellement menée du Djing à la composition et au beatmaking, on commence à peine à  réaliser l’ampleur de son travail.

Cette année,  Yu Su fut sélectionnée dans la liste longue du Prix Polaris pour l’excellent album Yellow River Blue, cela a pour conséquence d’agrandir le cercle de ses amis canadiens… bien qu’elle se soit maintes fois produite d’un océan à l’autre et admise dans le prestigieux répertoire de l’étiquette Ninja Tune. Fidèle à son mandat de découverte et de qualité optimale, MUTEK l’a déjà invitée par le passé. 

Dans le contexte du programme Nocturne 2 de MUTEK MTL, soit le samedi 28 août au MTelus, Yu Su y vient cette fois déjouer les attentes : elle se produira avec un groupe d’instrumentistes qu’elle a constitué tout récemment. 

PAN M 360 : On perçoit de nombreuses influences dans votre musique. Pouvez-vous résumer votre parcours musical depuis que vous êtes professionnel ?

Yu Su : Tout d’abord, je me permets de préciser que l’intégration de la musique traditionnelle orientale ou classique n’est pas une intention de représenter ma chinoiserie, ce n’est pas une base consciente dans ma musique. C’est plus comme un jeu pour moi, c’est cool d’être ludique et de faire de la musique électronique. L’endroit d’où je viens est important, c’est ce qui fait que ma musique sonne comme ça, c’est dans mon sang, ça vient de l’environnement dans lequel j’ai grandi en Chine et de ce qui s’est passé après. J’aime aussi la musique des années 80 et 90, les trucs downtempo et ambiants, il y a tellement de choses à apprendre et à apprécier dans cette musique du Quart Monde, les sons synthétiques, les percussions, les influences japonaises, polyrythmiques de l’Afrique ou de l’Inde sur les compositeurs occidentaux, des gens vraiment cool comme Steve Reich, Laurie Anderson, Terry Riley, Jon Hassell, etc. À cette époque, la musique expérimentale évoluait donc beaucoup, utilisant certains aspects d’autres cultures.

PAN M 360: Et qu’en est-il maintenant selon vous ?

Yu Su: Aujourd’hui, l’intégration de la musique de partout est plus ludique. De même, l’approche globale de la musique électronique et des autres musiques nouvelles consiste à créer l’autre monde. J’aime beaucoup cela. Je ne me soucie pas des considérations d’appropriation culturelle en termes dogmatiques, ma musique est ma façon de la critiquer. Ce que vous pouvez trouver dans ma musique, c’est juste moi, essayez juste d’être ludique. Tout ce que nous vivons peut avoir un impact sur le processus créatif. 

PAN M 360 : Au fil du temps, les choses sont devenues plus sophistiquées dans votre musique. Mais encore ?

Yu Su : Oui, mais j’apprends toujours, j’ai encore le sentiment de ne pas être très solide dans l’aspect technique de mon travail, les machines, les instruments de musique, tout est encore nouveau. Vous savez, j’ai décidé de le faire très sérieusement il y a 4 ou 5 ans, donc j’apprends encore. Si vous écoutez ma musique depuis mes débuts professionnels, vous pouvez constater que je m’améliore, en particulier dans l’utilisation des machines.

PAN M 360 : Quel est votre matériel ?

Yu Su : J’utilise souvent des ordinateurs, ainsi que les claviers Wavestation et Hydrasynth, et j’apprends actuellement la guitare basse. Parce que maintenant j’ai un groupe et la performance que je prépare pour MUTEK est mon groupe. Il s’agira de mon côté psych rock. J’aurai des joueurs de guitare, de basse et de batterie, je serai au clavier et je chanterai. Il y aura un peu de mon univers électronique, car j’utilise des plugins depuis un ordinateur. La moitié du matériel est donc une réinterprétation de certains sons, mélodies et changements de mon dernier album, qui a été composé avec un ordinateur. 

PAN M 360 : Allez-vous continuer sur cette voie après cette première expérience instrumentale ?

Yu Su : Oui, je pense que oui, parce que tu sais, je suis en train de découvrir ce monde de psycho-rock et de musique et d’autres formes de pop/rock. J’ai plongé assez récemment dans cette musique. Je n’ai commencé à écouter Pink Floyd que l’année dernière. J’écoute aussi Moon Duo.  J’écoute beaucoup de trucs solo de Paul McCartney, My Bloody Valentine. J’écoute du krautrock comme Can. Donc ce monde du rock est vraiment nouveau pour moi et ça m’intéresse beaucoup. Tu sais, je ne veux pas exister seulement dans le monde électronique, je ne me soucie pas d’être vraiment bon dans un domaine musical. Je veux juste être capable de faire n’importe quelle musique que j’aime, et c’est pourquoi je veux faire l’expérience du groupe. Quelle forme ou quel genre n’a pas d’importance. D’un autre côté, je travaille vraiment dur avec le groupe pour avoir le meilleur set live que je puisse offrir. Pour ce seul concert de Mutek, nous avons répété pendant deux mois. Je veux un très bon groupe ! Je veux un groupe très soudé, pas seulement un groupe.

PAN M 360 : Quels sont les effets secondaires de la longue liste Polaris sur votre carrière ?

Yu Su : Avant cette nomination au Polaris, vous savez, je ne me produisais pas souvent au Canada, je travaillais avec des labels européens ou britanniques, je faisais de nombreuses tournées là-bas en tant que DJ, ainsi qu’en Asie. Au Canada, j’avais donc l’impression de ne pas faire partie du cercle. Lorsque j’ai été inclus dans la longue liste de Polaris, j’ai été choqué parce que ma musique n’était pas très connue au Canada. Mais je suis content que Polaris puisse accueillir  des musiques plus bizarres comme la mienne ! (rires) De plus, je n’étais pas un résident permanent avant 2020. Je devais quitter le pays tous les 6 mois, je n’avais pas un statut juridique solide, donc je n’avais pas de ressources ici, pas de soutien du gouvernement. Maintenant, c’est différent. Je pense que je vais vivre de façon permanente au Canada pendant longtemps.

Tout le contenu 360

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Inscrivez-vous à l'infolettre