WD-40 : Six pieds de séparation

Entrevue réalisée par Christine Fortier

Le 9 juillet, on pourra voir WD-40 interpréter 18 chansons dans le cadre d’un projet baptisé 6′ et divisé en deux parties. Dans la première portion, intitulée 6’ 1, le quatuor punk-rock-country interprète 9 pièces que ses membres ont enregistrées chacun chez lui. Le deuxième segment, 6’ 2, a été capté le 2 juin dans une salle de répétition de Verdun. Le batteur Hugo Lachance, qui a monté et réalisé 6’, nous raconte comment le projet est né.

Genres et styles : rock

renseignements supplémentaires

Crédit photo : Jocelyn Boulais

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’enregistrer un concert ?

Hugo Lachance : On voulait montrer notre présence sur les réseaux sociaux. Au départ, le but était d’enregistrer une chanson à mettre sur YouTube, juste pour offrir une prestation pendant la pandémie. Finalement, la situation a évolué et le projet a grandi jusqu’à devenir un spectacle d’une heure en deux parties. 

PAN M 360: Je l’ai beaucoup aimé. Le montage des images rend vos performances dynamiques. Moi qui ai de la misère à rester assise 45 minutes pour regarder un épisode d’une série, je ne me suis pas ennuyée ! 

HL : C’est le fun que tu en parles, car c’était vraiment un objectif. En faisant ce projet-là, j’ai décidé d’utiliser mes capacités de monteur et de réalisateur pour offrir quelque chose de différent même si ce n’est pas un live. Le but était de profiter des avantages du montage pour faire un concert un peu différent, qui offre une diversité au niveau de l’image. Ça permettait aussi d’intégrer des petites entrevues. Je ne voulais pas tomber dans le vidéoclip ou le documentaire. Puis, quand la possibilité de faire une captation est arrivée, on a décidé de ne pas juste faire un projet d’une chanson. Donc, oui, c’était important pour nous d’offrir un contenu différent et diversifié pour que l’heure de spectacle passe mieux.

PAN M 360 : Ça traduit bien la personnalité de WD-40.

HL : Ah, ça, c’était important ! Il fallait que l’univers d’Alex [Jones, basse, voix, textes] déteigne dans le projet. C’est le fun parce que dans 6′ 1, on voit l’univers de chacun. Celui d’Alex est toujours très coloré avec des spots de lumière et de la fumée. On rentre un peu dans notre vie personnelle à tous.

PAN M 360 : Route 170 est-elle la chanson que vous vouliez mettre sur YouTube ?

HL : Au cours du projet, j’ai suggéré à Alex et Étienne [« Jean-Loup » Lebrun, guitariste] qu’ils fassent une chanson en solo et j’ai dit à Alex qu’il serait cool d’en avoir une nouvelle. Vu qu’on ne pouvait pas répéter et arriver avec quelque chose de très élaboré, Alex a proposé une idée qui lui trottait dans la tête depuis longtemps : faire une reprise de Route 66 version Depeche Mode, mais adaptée à la sauce WD-40. Il m’a envoyé ce qu’il avait enregistré, j’ai ajouté la batterie et ensuite les gars [Étienne et Pat Mainville, guitariste] ont ajouté les guitares. Route 170 n’est pas une nouvelle chanson officielle qui se ramassera sur un album, c’est la petite gâterie qu’on a réussi à faire en temps de pandémie. Ç’a l’air niaiseux, mais c’est complexe comme projet et il n’aurait pas été possible si les gars n’avaient pas participé à 100 %.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui a été le plus difficile à faire, la partie où vous êtes chacun chez vous ou l’enregistrement du concert au Musicopratik ? Dans le 2e cas, vous deviez respecter les nombreuses consignes de la COVID-19. 

HL : C’est deux univers complètement différents. Avec 6′ 1, c’était plus facile d’avoir un certain contrôle, car on s’était donné une façon de procéder : tout le monde se filmait avec son iPhone. Par contre, 6′ 2, c’était comme un coup de dés. Ç’a demandé beaucoup d’organisation. On s’est placé en croix un en face de l’autre, on a pris tous les téléphones qu’on avait chez nous pour filmer. Par exemple, je filmais Alex avec mon iPhone, lui me filmait avec son iPad, Étienne filmait Pat et Pat filmait Jean-Loup. On a placé plusieurs autres caméras dans les coins, j’ai même utilisé une vieille caméra VHS que j’avais ! Il y avait aussi Jocelyn Boulais qui tournait avec une caméra à l’épaule. Alex, Étienne et moi étions responsables des caméras et Pat était responsable du son. Alex était également responsable de l’éclairage. Il a fallu qu’on s’adapte sur place.

Crédit photo : Jocelyn Boulais

PAN M 360 : Le morceau Te souviens-tu Jean-Loup sur 6′ 1 a été tourné où ?

HL : Dans la cour chez Alex. Il habite à Saint-Hubert et il a une grande cour avec des poules. Le connaissant, je savais qu’il aimerait cette idée. Pour sa part, Pat est chez lui, sur son balcon, pour ajouter les pistes de guitares. Tout ça permet de voir le groupe sous un angle un peu plus intime.

PAN M 360 : Il y a certaines chansons que vous n’aviez pas jouées depuis longtemps.

HL : Oui ! On fait surtout nos grands classiques, mais on s’est permis de revisiter des chansons qu’on fait rarement en spectacle, telles que Je veux vivre dans la forêt, Te souviens-tu Jean-Loup? et Ton corps qui brûle

PAN M 360 : Votre dernier album, La nuit juste après le déluge… date de 2017, peut-on s’attendre à un nouveau disque ?

HL : Ce qui s’en vient pour WD-40, c’est un album solo d’Étienne. La pandémie lui a permis de faire avancer les choses. Pour WD-40, le fait de se retrouver pour faire 6′ nous a permis de constater qu’on s’est ennuyés et ça nous a redonné le goût de travailler ensemble parce qu’on est capables de le faire et qu’on aime ça. Je n’annonce absolument rien, mais peut-être qu’il y aura quelque chose de nouveau pour le groupe. 

PLUS D’INFORMATIONS

Tout le contenu 360

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Inscrivez-vous à l'infolettre