×

El Far3i : la branche palestinienne

Interview réalisé par Alain Brunet

renseignements supplémentaires

Ces dernières années, le groupe électronique/hip hop/arabe 47Soul, dont Tareq Abu Kwaik  est le frontman, s’est produit à quelques reprises à Montréal. Sans aucun doute de l’un des meilleurs grooves du genre au monde actuellement ! Basée à Londres et originaire de Palestine, cette fantastique unité de combat exprime de profondes considérations et préoccupations palestiniennes, il va sans dire. Pour y parvenir musicalement, 47Soul fusionne le chaâbi, le hip hop et le dub/dubstep électronique, un style très personnel que le groupe appelle Shamstep.

Dans le cadre du Festival du monde arabe de Montréal, Tareq Abu Kwaik  devient El Far3i et balance son projet solo, superbe mélange avant-folk de musiques moyen-orientales, hip-hop et électro. On parle d’une œuvre déjà considérable,  6 albums déjà – Sout Min Khashab (2012), Far3 El Madakhel (2012), Kaman Dafsheh (2014),  El Rajol El Khashabi (2017), Lazim Tisa (2021). 

Une semaine avant son concert au FMA, PAN M 360 a pu s’entretenir avec Tareq Abu Kwaik alias El Far3i, qui signifie “branche” en arabe. Voici nos questions, voilà ses réponses.

PAN M 360 : Pouvez-vous identifier les principales différences formelles entre votre projet solo et 47Soul ou El Morabba3 ?

El Far3i : Mon projet solo El Far3i est très axé sur la liberté d’expression en utilisant différents types de production comme supports pour les idées musicales, les mots et les pensées. Pour cette raison, il se concentre sur le concept d’un rappeur qui joue de la guitare et d’un chanteur qui chante son accroche sur son propre couplet rap. El Far3i permet la liberté de faire de la musique acoustique organique et du rap, des chansons sur des rythmes, des collaborations avec des producteurs et la formation de groupes musicaux fait également partie du sens d’El Far3i. La branche ne peut pas pousser si elle s’accroche à l’arbre… pour dire que votre croissance en tant qu’individu n’est pas séparée de la croissance et du bien-être du groupe.

J’ai cofondé El Morabba3 en 2009 en tant que groupe arabe indépendant avec quelques influences rock, et plus tard, j’ai cofondé mon groupe actuel 47Soul en tant que groupe électronique et shaabi (Shamstep) … 

En fin de compte, j’essaie de dire que chacun d’entre nous s’adapte ou appartient même à plusieurs espaces et groupes, mais cela ne devrait pas empêcher la liberté de se développer … il ne devrait pas y avoir de compromis. Nous sommes à la fois des êtres sociaux et des âmes individuelles.

PAN M 360 : En tant qu’artiste friand de découvertes et d’exploration sonore, vous fusionnez la musique folklorique arabe et le hip-hop. Depuis les années 80, nous avons observé de nombreux groupes d’Asie du Sud et du Royaume-Uni qui fusionnent le hip-hop, l’électro et leur propre culture – Asian Dub Foundation, Monsoon, Talvin Singh, et bien d’autres encore… Du côté de la culture arabe et nord-africaine, nous avons eu Hamid Baroudi, Transglobal Underground, Natacha Atlas, Zebda, Acid Arab, Gnawa Diffusion, Emel Mathlouthi, Khaled, Rachid Taha, et tant d’autres. Toutes ces expériences ont eu lieu principalement grâce à l’immigration britannique et française. Alors… à propos du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ?  Que s’est-il passé ? Qui étaient vos modèles quand vous avez grandi ? Comment avez-vous imaginé votre propre son ?

El Far3i : Tout d’abord, je dois dire, après cette grande liste d’artistes que vous avez dressée, que ce fut un honneur pour 47Soul de collaborer avec les artistes d’Asian Dub Foundation sur le titre Human 47 de leur dernier Access Denied (Deluxe). Nous les avons toujours considérés comme des légendes !

En ce qui concerne l’influence de notre région, on peut dire que ma génération est celle qui a commencé à fusionner plus de choses, mais nous sommes certainement influencés par Khaled, Rachid Taha, Mohammad Munir, Mohammad Muneeb, Ziad Rahbani, George Wassof et tous les sons Shaabi Dabkat, Mijwez, Choubie … puis chacun ajoute ce qu’il aime de l’extérieur de la région. Pour moi, c’était Anthrax, Deftones, Cypress Hill, Lupe Fiasco, Bob Marley, Michael Jackson. Et en ce qui concerne ma génération, les inspirations régionales et locales de DAM, Ramallah Underground, Autostrad , Abyusif…

PAN M 360 : Votre page Bandcamp indique que vous êtes originaire d’Amman – Jordanie. Reviens-tu régulièrement en Palestine ? Passez-vous beaucoup de temps en Europe et en Amérique du Nord ? Où êtes-vous basé maintenant ?

El Far3i : J’ai vécu aux États-Unis pendant 5 ans au début des années 2000 et je suis basé à Londres au Royaume-Uni depuis 6 ans. Je suis le produit de ma ville, Amman, où j’ai passé la plus grande partie de ma vie, et de mes visites presque annuelles à Jénine, en Palestine. Je suis un Jordanien Palestinien avec une carte jaune… ce n’est pas le pire… mais ne parlons pas des couleurs et des types de documents d’identité et de voyage palestiniens, ce serait très long…

PAN M 360 : Y a-t-il une spécificité musicale palestinienne dans votre art ?  Mélodies traditionnelles ou classiques ? Instruments traditionnels ? Certaines formes de chaâbi ?

El Far3i : Dans mon groupe 47Soul, il y a certainement une spécificité. Dans mon activité solo, vous la trouverez dans certains échantillons de rythmes ou encore dans le style vocal des chansons accompagnées à la guitare.

PAN M 360 : Quels sont les sons qui t’ont inspiré pour le beatmaking ? Le hip-hop ? Trap ? Drill ? Le groove électronique en général ?

El Far3i : Bien que je produise quelques beats chez Arab Drumz (une compagnie de production consacrée à l’expérience arabe) , ce n’est pas mon travail principal. Je collabore généralement avec des producteurs pour mes morceaux de rap et souvent nous co-produisons. En général, j’aime tout ça. J’aime expérimenter avec la vibe shamstep, similaire au travail de production que je fais dans 47Soul mais avec une certaine influence de trap et de drill. En fait, les instruments sont un peu différents mais ce que nous appelons shamstep n’est pas très différent d’un beat drill typique.

PAN M360 : Sur le plan lyrique, quels sont les principaux sujets de vos chansons solo ?  Désolé pour mon ignorance de la langue arabe.

El Far3i :  De l’amour à la recherche individuelle et collective de la maîtrise de son propre destin… Des espoirs arabes et de la lutte palestinienne à la politique/religion… Les problèmes arabes, la santé mentale, les guerres de l’illumination, l’unité mondiale, le pouvoir de l’amour et l’esprit d’unité…

PAN M 360 : Comment voyez-vous la tension entre la poésie et l’engagement social/politique dans votre approche de l’écriture ?

El Far3i : Je laisse au public le soin de répondre à cette question.

PAN M 360 : Comment se déroulent vos concerts en solo ? Seul ? Avec un groupe ?  Quel est le matériel ?

El Far3i : C’est un auteur-compositeur-interprète avec sa guitare et qui se transforme en un spectacle de hip-hop avec un MC et des rythmes forts … Puis il revient pour conclure à la guitare …

PAN M 360 : Quels sont les prochains projets dans un futur proche ? Prochains rêves ?

El Far3i : Je suis sur le point de sortir mon troisième album acoustique qui clôt une trilogie et termine une histoire liée à la signification d’El Far3i. Puis je continuerai à sortir de la musique qui combine mon hip hop avec mes textes, peut-être sous une forme plus proche de la pop. J’ai commencé à nommer cette démarche  El Far3i Flux. En février prochain, je célébrerai le 10ème anniversaire de mes deux premiers albums acoustiques et rap –  Soat Min Khashab et Far3 El Madakhil  … 

PAN M 360 : Merci beaucoup pour vos réponses et bon retour à MTL !
El Far3i : Merci ! La dernière fois que j’étais à Montréal avec 47Soul, c’était une super vibe ! J’attends maintenant avec impatience ce spectacle solo d’El Far3i avec rap et guitare.

El Far3i se produit au Club Soda, le jeudi 11 novembre prochain, 20 h, dans le cadre du Festival du Monde Arabe

Inscrivez-vous à l'infolettre