Roy Davis Jr. : architecte de la musique house

Entrevue réalisée par Elsa Fortant
Genres et styles : électronique / house

renseignements supplémentaires

Roy Davis Jr. est une légende de la musique house. DJ, producteur et musicien américain, sa carrière s’étend sur plus de trois décennies au cours desquelles il n’a cessé d’innover et de repousser les limites, mêlant des éléments de soul, de funk et de jazz à la musique électronique pour créer un son unique qui lui a valu les éloges de la critique et une base de fans dévoués. Avec une carrière qui l’a vu collaborer avec certains des plus grands noms de la musique et se produire dans les plus grandes salles du monde, Roy Davis Jr. reste une figure influente et très respectée de la scène musicale électronique. Cofondateur du célèbre label Undaground Therapy Muzik dans les années 1990, il l’a relancé en 2018 et a initié la numérisation de l’ensemble de son catalogue – une très bonne nouvelle pour les amateurs de musique électronique et une bonne raison pour PAN M 360 de l’interviewer.

PAN M 360 : Vous avez grandi à Chicago dans les années 70 et 80. Quels genres musicaux avez-vous écoutés pendant votre enfance et comment vous ont-ils influencé pour devenir l’artiste que vous êtes aujourd’hui ?

Roy Davis Jr : Je suis issu d’une famille de musiciens et j’ai grandi en écoutant beaucoup de genres musicaux différents : Jimi Hendrix, The Doors, Curtis Mayfield, Stevie Wonder, la soul music et le disco, la break dance music de NY à l’Italo Disco, en passant par la house et le hip-hop. Mes goûts musicaux ont toujours été très variés et, bien que je sois un producteur de musique house, ils le sont encore aujourd’hui.

PAN M 360 : Vous êtes l’un des architectes de la musique house de Chicago (et du monde entier). Comment décririez-vous l’essence de la house music et que pouvez-vous nous dire sur son évolution (ce qui a changé, ce qui n’a pas changé) ?

Roy Davis Jr : Étant l’un des créateurs et architectes de la musique house, je me souviens de mes débuts dans ma cave, au début des années 80, où je faisais des morceaux d’enfer avec un clavier, le Roland Juno 106, et une boîte à rythmes Roland TR 808, et où j’étais ravi qu’ils atteignent le dancefloor lorsqu’ils étaient joués par DJ Pierre, Lil Louis et Ron Hardy. Le fait d’être reconnu par ces gars-là à l’époque a fait de moi une superstar au lycée. La radio ne me venait pas vraiment à l’esprit, et nous étions beaucoup plus simples à l’époque dans notre façon de créer que plus tard, lorsque les choses sont devenues de plus en plus musicales. Nous avons commencé à ajouter plus de voix avec des messages d’unité et d’amour dans nos paroles et nous avons aussi incorporé des instruments comme des violons, des guitares basses, etc. Cela dit, l’essence de la musique house était et est encore aujourd’hui très brute et continue d’êrtr le 4×4 kick drum.

PAN M 360 : En 1996, vous avez cofondé Undaground Therapy Muzik avec Odell Braziel, qui a eu et a toujours un impact énorme sur la scène house grâce à tous les classiques que vous avez publiés et aux artistes clés avec lesquels vous avez collaboré. Avec le recul, comment décririez-vous la naissance du projet et le chemin parcouru depuis ?

Roy Davis Jr : Au début, nous ne savions pas ce qu’il adviendrait de notre vision, mais nous croyions profondément l’un en l’autre sur la façon de faire le travail. Nous étions tous les deux des DJ avec la mission de nous approprier notre propre destin avec notre musique, beaucoup de nos chansons ont eu leur propre vie individuelle. Le chemin que nous avons choisi d’emprunter en était un qui créait notre propre voyage plutôt que de viser le succès en soi.

PAN M 360 : Qu’est-ce qui vous a poussé à relancer le label en 2018 et que s’est-il passé entre-temps ?

Roy Davis Jr : Il est arrivé un moment où je voyageais trop pour me concentrer sur mon propre label et où mon partenaire Odell était devenu professeur d’université ; nous avons donc décidé de laisser les choses se reposer pendant un certain temps. J’ai donc pris une pause et j’ai commencé à vendre de la musique à d’autres sociétés comme Miles End, Bombay, Nice et Smooth Records au Canada. J’ai également pensé que le moment était venu de déménager à Los Angeles, où je suis né, pour renouer avec ma famille sur la côte ouest. J’ai commencé à travailler à L.A. avec des artistes comme Terry Dexter, Patti Labelle, Baby Face, Christina Milian et Seal, pour n’en citer que quelques-uns de l’époque. Aujourd’hui, avec le retour de la vie dans le label, je sens que c’est un moment fantastique pour créer et sortir plus de musique, alors je garde les yeux ouverts sur de nouveaux talents plus jeunes. Je suis également très enthousiaste, car je viens de commencer à travailler sur mon prochain album de Roy Davis Jr, qui sera lancé sur UTM.

PAN M 360 : L’ensemble du catalogue est numérisé pour la première fois. Que pouvez-vous nous dire à propos de ce processus et de la réédition de The Men From The Nile « Watch Them Come » ?

Roy Davis Jr : Il n’a pas été facile de déterrer quelques-uns de ces classiques et de les remasteriser, mais j’ai une bonne équipe et des amis qui m’ont aidé à tout mettre en place et à faire de nouveaux remixes pour l’époque actuelle.

PAN M 360 : 2022-2023 est une année importante pour vous et pour les amateurs de musique électronique puisque vous revenez sur scène en tant que DJ. Comment vous sentez-vous ? Quelle est la chose qui vous enthousiasme le plus, et peut-être celle qui vous stresse le plus concernant cette partie de votre travail ?

Roy Davis Jr : Revenir sur scène depuis la pause liée à la covid-19 a été très agréable, on a donné des concerts à guichets fermés aux États-Unis, en France et au Canada. C’est bon d’être de retour sur scène, je suis toujours prudent et attentif à ce que je fais sur scène avec mon corps qui souffre de sclérose en plaques et je m’assure que je n’en fais pas trop. Mais je vois aussi cela comme une opportunité de pouvoir créer des moments spéciaux pour mes fans.

PAN M 360 : Où pouvons-nous vous rencontrer sur la route dans les prochains mois ? Y a-t-il des villes, des clubs, des festivals déjà confirmés que vous pouvez partager avec nous ?

Roy Davis Jr : Je viens de terminer la Miami Music Week et je reprendrai la route le 21 avril au Djoon à Paris, puis le 22 à Berlin à l’OXI pour le mois d’avril et au Chicago House Music Festival le 24 juin, avec d’autres dates à venir au cours de l’été. Mes concerts sont postés sur mes réseaux sociaux et je peux vous assurer que de bonnes choses s’en viennent !

Men From The Nile ft Peven Everett ‘Watch Them Come’ avec remixes. Sortie le 20 mars (vinyle) / 24 mars (digital) sur Undaground Therapy Muzik. Lien d’achat.

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Présente ta chanson ! Joyce N’Sana nous parle de Zola

Présente ta chanson ! Joyce N’Sana nous parle de Zola

Inscrivez-vous à l'infolettre