POP Montréal | Bell Orchestre dans ta face, sans complément symphonique

Entrevue réalisée par Alain Brunet

renseignements supplémentaires

Après avoir séduit des auditoires de grands orchestres classiques par une version symphonique de son répertoire récent, notamment à l’OSM à l’automne 2021, l’ensemble montréalais Bell Orchestre revient à sa formule originelle, sans compléments orchestraux. Présentée ce jeudi à Pop Montréal, cette musique instrumentale embrasse singulièrement l’indie pop, mais aussi le post-minimalisme, le jazz, le prog et l’électronique. Richard Reed Parry ne nous causera certainement pas d’Arcade Fire dans le cas qui nous occupe, mais bien de ce projet phare de moins en moins parallèle,  qui le passionne depuis nombre d’années – à noter que depuis l’excellent House Music, paru sous étiquette Erased Tapes au printemps 2021, une version modifiée de l’opus A Seen Through Windows (2009) a été rendue publique cette année.

PAN M 360 : Comment allez-vous Richard ?

Richard Reed Parry : Très bien, je me remets à peine d’avoir eu COVID pour la deuxième fois.

PAN M 360 : Oui, je me souviens que vous avez eu la COVID longue pendant la pandémie. Vous êtes donc en train de vous rétablir de nouveau?

Richard Reed Parry : Oui, je vais bien. Je n’ai pas beaucoup d’énergie, mais ça va. Ce n’est pas trop grave.  

PAN M 360 : Vous êtes donc en train de répéter. Quel matériel exactement ?

Richard Reed Parry : Nous n’avons joué cette pièce qu’une seule fois à Montréal avec le MSO, il y a deux ans. Nous allons donc le faire cette fois-ci avec notre ensemble, juste nous. Nous jouerons également d’autres morceaux de la vieille école. Et nous sommes en train d’écrire un tas de nouveaux morceaux, mais nous n’allons pas, nous n’allons pas jouer de nouveaux morceaux cette fois-ci.

PAN M 360 : Sans les arrangements symphoniques, avez-vous déjà joué ce matériel ? 

Richard Reed Parry : Pas ici, mais nous avons donné quelques concerts en Europe. Nous pouvons donc le faire dans les deux sens maintenant. Et c’est cool. C’est très différent dans les deux sens. 

PAN M 360 : Quelles sont les principales différences ?

Richard Reed Parry : Nous pouvons être un peu plus libres, dans le bon sens du terme, nous n’avons pas à nous soucier que l’orchestre se perde. C’est une façon tellement bizarre de concevoir le disque. Et puis parce que c’est la manière la plus libre d’écrire et d’enregistrer de la musique, et puis vous passez à la manière la plus stricte de jouer, c’est-à-dire avec un orchestre où tout doit être mesuré. Musicalement, il y a tellement de petits détails bizarres, comme la longueur des phrases et d’autres choses qu’il faut reproduire à chaque fois. Mais ce sont aussi des accidents d’improvisation dans certaines parties, et d’accord, nous prenons cette partie plus longue, plus courte, peu importe. C’est donc agréable de retrouver cet état d’esprit et de ne pas avoir à se préoccuper d’où nous en sommes à chaque mesure.

PAN M 360 : Oui, ce processus musical a sa propre spécificité, il faut donc en tenir compte dans l’interprétation.

Richard Reed Parry : Oui, absolument.Avec l’orchestre, nous devons vraiment être, disons, plus rigoureux, mais nous devons vraiment rester à l’écoute de notre position exacte plutôt que d’être proches des moments d’improvisation.Fondamentalement, la forme de l’ensemble est proche des enregistrements.Et c’est toujours comme le long arc d’un concert en direct, mais nous pouvons faire avancer les choses plus longtemps, si nous ressentons vraiment quelque chose.D’accord, nous restons dans la zone et nous attendons, d’accord, quelqu’un donnera un signal et nous passerons à la partie suivante, plutôt que de devoir surveiller le chef d’orchestre lorsque nous jouons avec un orchestre symphonique. D’une autre manière, nous devons rester très attentifs en permanence. Dans le contexte d’un groupe unique, notre batteur jongle vraiment avec des choses, par exemple des boucles percussives électroniques et d’autres choses qui doivent être alignées pour lui.Ensuite, il donne des signaux à tout le monde et prend des signaux, ce qui est beaucoup plus qu’un match de catch pour l’orchestre.Quoi qu’il en soit, dans le contexte du seul ensemble, il s’agit d’être un peu plus détendu.

PAN M 360 : Quel est le line-up ?

Richard Reed Parry : C’est le même line-up que nous avons pour Pietro Amato (cor, claviers, électronique), Michael Feuerstack (pedal steel guitar, claviers, voix), Kaveh Nabatian (trompette, gongoma, claviers, voix), Sarah Neufeld (violon, voix), Stefan Schneider (batterie) et moi-même (basse, voix).

PAN M 360 : Ensuite, vous êtes sur le point de créer un nouveau corpus de morceaux.

Richard Reed Parry : Nous sommes en quelque sorte à mi-chemin avec beaucoup de nouveau matériel. Mais nous développons tout un peu tout le temps, donc rien n’est près d’être terminé. Mais nous allons tous travailler ensemble en novembre, nous allons travailler sur ce nouveau projet.  Ce sera donc un album d’ici un an. Quelques membres sont maintenant parents, c’est notre plus grand défi pour y arriver.

PAN M 360 : D’autres projets ?

Richard Reed Parry : Je fais beaucoup de choses, j’ai deux longs métrages, des gros longs métrages qui sortent tous les deux en hiver, en décembre, et j’écris la musique d’un autre documentaire. En ce moment même. J’ai deux autres volumes de River of Dust qui sont presque terminés.J’ai un trio à cordes (avec Sarah Neufeld au violon, Rebecca Foon au violoncelle et moi à la contrebasse) que j’ai créé il y a deux ans, pendant la pandémie, et qui va enfin sortir cet hiver.Il s’agira d’un petit groupe indépendant qui le sortira. Il y aura aussi ce projet que j’ai commencé avec mon ami Dallas Good des Sadies.Quand il est mort (hiver 2022), j’ai essayé de le terminer avec des amis proches et des artistes comme la grande Buffy Sainte Marie. Alors oui, j’ai les mains très, très pleines. Beaucoup de musique.

BELL ORCHESTRE SE PRODUIT CE JEUDI, 19H, ENTREPÔT 77, DANS LE CADRE DE POP MONTRÉAL

Tout le contenu 360

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Inscrivez-vous à l'infolettre