Mon petit Zoom avec poolblood

Entrevue réalisée par Lyle Hendriks
Genres et styles : dream-pop / indie folk

renseignements supplémentaires

Également connue sous le nom de Maryam Said, l’artiste folk et dream-pop poolblood ne sort de la musique que depuis 2019, mais a fait une énorme première impression avec son premier album, mole.

L’album est un voyage époustouflant, tant sur le plan sonore qu’émotionnel. Les numéros varient drastiquement des hymnes triomphants et entraînés comme twinkie, aux ballades mélancoliques et soul comme shabby et wfy, en passant par des collections sonores lourdes et granuleuses comme beam. Malgré l’énorme variété de sons et de vibrations proposés ici, tout cela se rassemble d’une manière absolument humaine.

Couvrant les thèmes du chagrin, du regret et de la dure réalité des amitiés qui se terminent, mole est l’accompagnement idéal pour votre prochaine soirée tranquille, que vous preniez un bain mélancolique ou que vous appréciiez votre propre compagnie.

Nous avons rencontré la Torontoise Maryam Said via Zoom pour parler un peu plus de leurs inspirations, de leur processus et de ce qui pourrait les attendre au coin de la rue, tant sur le plan artistique que personnel.

PAN M 360 : Ce mois-ci a été très fructueux pour Mole et Poolblood. Qu’est-ce que cela vous fait d’avoir enfin votre premier album dans le monde ?

MARYAM SAID : C’est très excitant. C’est agréable de voir la réponse à ce disque. J’ai travaillé dessus pendant un an et quand tout a été bouclé, j’ai appréhendé ce que j’allais ressentir pour ces chansons un an plus tard. Et elles ont toujours le même impact, ce qui est vraiment cool. C’est aussi génial de rencontrer de nouveaux amis grâce à cela, et de faire plus de concerts avec mes amis. C’est gratifiant, c’est sûr.

PAN M 360 : Certains de ces morceaux sont très éloignés de vos précédents travaux, en particulier lorsque vous ajoutez les cuivres et les éléments orchestraux. Avez-vous eu des inspirations spécifiques pour ce nouveau mélange d’esthétiques ?

MARYAM SAID : J’ai toujours su que je voulais aller dans ce domaine. Pour le premier EP, je m’inspirais de certaines choses, je rendais justice aux chansons que j’avais à l’époque et je les laissais vivre dans ce monde de dream-pop. Mais j’ai grandi en jouant du violon à l’école et j’ai fait partie d’une chorale classique à l’université, donc j’ai toujours été attirée par les trucs orchestraux et la musique classique. Je voulais donc que l’album comporte des éléments de ce genre pour honorer mes goûts. J’ai aussi utilisé de grands groupes et artistes que je connaissais autour de moi, du genre « J’adore ton travail et tu voudrais te plonger dans ce domaine ? – S’il te plaît, fais-le ! « 

J’aime qu’il y ait maintenant plus d’instruments à vent dans la pop. Par exemple, Lizzo a sa flûte. Aaron Hutchinson, qui s’est occupé des cuivres sur l’album, est un joueur phénoménal. Il apporté de superbes parties et permis à l’album de s’épanouir d’une manière si différente, manière à laquelle je ne m’attendais vraiment pas – une grande partie était très spontanée. J’ai toujours été une fan de la musique qui me soulève un grand point d’interrogation. Je voulais explorer ce sentiment et l’intégrer à ma propre musique à titre expérimental.

PAN M 360 : Est-il vrai que vous avez écrit une grande partie des paroles de mole autour des grandes pandémies de 2020 ?

MARYAM SAID : Oui. J’avais écrit ce petit livre de poésie que je ne faisais que passer autour de moi.

PAN M 360 : Quand j’ai écouté cet album pour la première fois, j’ai pensé que c’était comme lire les meilleurs et les pires jours de la vie de quelqu’un, tout droit sortis de son journal intime. Tenez-vous un journal intime ?

MARYAM SAID : J’ai beaucoup entendu cette question. Les gens me demandent : « Écris-tu directement dans ton journal intime ? ». Mais ce disque est un hommage à mon jeune moi et à mon expérience d’écrivaine d’une vingtaine d’années, qui essaie de tout comprendre. J’ai commencé à tenir un journal quand j’étais très jeune, à huit ans, mais aujourd’hui, je le fais dans mon application Notes. Je me replonge dans mes notes et je m’en sers parfois pour écrire des paroles. Le truc du journal intime est cool, mais j’essaie toujours de m’y accrocher. J’ai toujours aimé écrire de mon propre point de vue ! J’ai envie de me mettre au défi maintenant, d’essayer de me sortir du cadre et d’explorer différentes histoires. Comment ? J’aime vraiment, vraiment Andy Shauf et je pense que c’est un auteur phénoménal qui peut le faire d’une manière si cool, en écrivant ces personnages qui sont parfois antipathiques, parfois sympathiques, vraiment humains. Il embrasse la condition humaine d’une manière tellement géniale.

PAN M 360 : Vous avez déjà mentionné que Tole est une histoire sur les relations qu’on laisse s’échapper et qui ne vous servent plus, et aussi une réflexion sur les leçons apprises.

MARYAM SAID : Une grande partie de cette histoire tourne autour des relations et des amitiés. J’ai appris à me recadrer et à me repositionner dans ma relation avec les gens qui m’entourent. J’avais alors l’impression d’être utile. J’ai vécu des trucs bizarres dans mon enfance qui m’ont conduite vers certaines personnes. Avec ce disque, j’ai dit : « Ce n’est pas cool, changeons de route. Il faut recalibrer.

PAN M 360 : Diriez-vous que la réalisation de l’album vous a permis de mieux comprendre cette situation ?

MARYAM SAID : Beaucoup d’artistes disent : « J’ai fait cet album parce qu’il m’a guéri et maintenant je suis guéri… J’ai tout mis dedans et il m’a transformé », mais ce n’est pas vraiment ce que j’ai fait – c’était juste moi qui étais une enfant. J’ai dit toutes ces choses qui m’ont bouleversée, épuisée, vaincue, et je ne connaissais pas vraiment la solution. Je pense que la solution est juste de réaliser que c’est ma réalité, que ça va être un voyage actif une vie durant pour défaire tout ça. En quelque sorte, j’ai choisi le sujet le plus gros et le plus difficile. Si je choisissais quelque chose de plus petit, comme un chagrin d’amour, je pourrais me dire « Oh oui, ce n’était pas cool ». Dans la prochaine situation, je vais apprendre à aimer la personne d’une certaine façon ou à traiter l’amour d’une certaine façon. » J’ai l’impression que mettre fin à une amitié est plus difficile que les histoires romantiques. Il y a un autre type d’intimité. Il n’y a pas de structure de pouvoir inhérente et bizarre, on aime juste s’éclater ensemble et ça craint quand on ne peut plus le faire.

PAN M 360 : Je voulais vous interroger au sujet de beam. D’où vous est venue l’inspiration pour un interlude aussi sombre et inquiétant ?

MARYAM SAID : C’est très drôle. J’écoutais alors beaucoup Korn, et je faisais beaucoup de promenades quand j’enregistrais ce disque. Il y a une grande forêt protégée près de chez moi, et je m’y promenais beaucoup. C’est vraiment beau, je voyais des cerfs pendant mes promenades matinales et plus encore. Un jour, je marchais et j’écoutais Korn, et je pensais à quel point j’aimais leur musique bizarre et sombre.

Je m’amusais avec de vieux morceaux que j’avais enregistrés sur mon ordinateur, je les superposais et je les rendais aussi bizarres et infernaux que possible, car je savais qu’ils pouvaient être intégrés au disque. Pour les paroles, je voulais faire semblant d’être sombre, avec des trucs à la Edgar Allen Poe. Donc je pense que la principale inspiration est l’écoute de Freak on a Leash de Korn.

PAN M 360 : Comment avez-vous pensé au placement du titre beam entre null et sorry ?

MARYAM SAID : J’étais vraiment excitée de dresser la liste des pièces. Je savais comment je voulais le faire, non seulement par thème, mais aussi pour avoir une histoire sonore du début à la fin. Placer beam au milieu, je pense que c’est le moment où quelqu’un atteint son point de rupture, et se trouve dans un moment de défaitisme. Je voulais capter ce sentiment de défaite, et le présenter comme s’il n’y avait pas de fin. La chanson couvre les étapes du deuil d’une certaine manière aussi, avec le sentiment de chagrin, et puis le pardon vient dans sorry, et puis un peu de cette personne qui rampe et entend my little room et qui est comme, il y a une lumière maintenant que vous pouvez en quelque sorte atteindre. Mais le pouvez-vous ? Je ne sais pas. C’est un peu la chanson de la gueule de bois aussi.

PAN M 360 : Par moments, taupe ressemble à la bande-son du film le plus triste et le plus heureux qui soit sur le passage à l’âge adulte. Les films et l’esthétique cinématographique jouent-ils un rôle dans votre processus ?

MARYAM SAID : Je suis une fan de cinéma, c’est sûr. Quand j’ai fait cet album, je regardais des films qui tournaient autour d’amitiés ou de relations compliquées, mais qui n’avaient pas nécessairement cette résolution ou cette narration traditionnelle typique du genre « ils traversent des moments difficiles, mais ils se reprennent en main et tout va bien à nouveau ». Des films comme My Private Idaho, avec ces deux personnages intenses qui vivent des situations similaires et essaient de s’entraider. Mais à la fin, ils ne sont pas amis. Ils sont distants. Comme des gens qu’ils ont connus, des amis du passé, mais qui s’encouragent quand même l’un l’autre.

Je regardais aussi Black Swan et Lost Highway de David Lynch. La façon dont il joue avec le temps dans ce film était un moment de pur bonheur. La bande-son de Lost Highway était aussi un grand moment. Les passages de bossa nova par Angelo Badalamenti et Trent Reznor ont été de grandes inspirations. Les bandes originales des films sont très importantes pour moi. La musique peut faire ou défaire une scène, et elle peut faire la même chose pour votre vie. Nous avons tous eu l’impression de savoir ce que nous ressentions ou ce que nous faisions dès que nous avons entendu une musique.

Tout le contenu 360

Nuits d’Afrique: un 8 mars avec Sona Jobarteh

Nuits d’Afrique: un 8 mars avec Sona Jobarteh

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Inscrivez-vous à l'infolettre