×

Mood Valiant : Hiatus Kayote dans les hauteurs de la résilience

Interview réalisé par Alain Brunet

renseignements supplémentaires

Les férus de nujazz avec attitude punk se délectent de ce suprême groove aigre-doux. La sortie des albums Tawk Tomahawk (2012) et Choose Your Weapon (2015) de la formation australienne Hiatus Kayote  ont été des occasions de ravissement et puis… plus rien jusqu’à l’été 2021.  De sérieux problèmes de santé vécus par la surdouée frontwoman et multi-instrumentiste Nai Palm ont conduit à ce… hiatus.

Fort heureusement, le quartette de Melbourne peut compter sur une Nai Palm guérie, en pleine possession de ses moyens. Sur cette  onde de rédemption, Hiatus Kayote a créé l’album Mood Valiant, sorti fin juin. PAN M 360 a de la chance, le bassiste Paul Bender nous accorde une interview et résume cette relance tant attendue. 

PAN M 360 : Nai Palm a connu une période difficile après avoir appris qu’elle avait un cancer du sein et s’en est finalement remise après un dur combat. Par la suite, cela a évidemment eu un impact direct sur la progression du groupe et aussi dans l’inspiration pour le nouvel album.

Paul Bender : Bien sûr, cela a ralenti les choses, mais Nai Palm est très résiliente. Elle a su faire face à ce grave problème de santé et s’en est remise. Elle est vraiment une championne dans ce genre de situation, elle s’en est d’ailleurs servie comme d’une source d’inspiration et d’une nouvelle énergie au lieu de baisser les bras. Elle est très forte dans une situation de crise. C’était très inspirant de la voir relever ce défi.

PAN M 360 : Cela a certainement coloré la création de Mood Valiant, car la tension entre le groove jazz et saleté hardcore est moins proéminente que précédemment. 

Paul Bender : C’est un disque plus émotionnel que les précédents. Il y a beaucoup de nouvelle musique dans Mood Valliant, nous avons définitivement couvert différents domaines, certains sont assez pyrotechniques dans leur approche et je pense que cette collection de chansons reflète autre chose, ces états émotionnels que nous avons traversés. Sur nos précédents enregistrements, nous avions fait ces choses folles et flashy, nous nous sommes prouvés de cette manière. Et la vie est différente maintenant, des choses sont arrivées à chacun d’entre nous, donc nous exprimons quelque chose de différent à ce stade. Je ne veux pas dire que nous avons perdu tout intérêt pour les choses accomplies précédemment, mais les nouvelles chansons s’inscrivent dans un ensemble différent de travail, un ensemble particulier de sentiments et d’idées, c’est une sorte de déclaration émotionnelle plus cohésive, un peu plus axée sur cet état que sur une volonté d’explosion. C’est agréable d’être unis autour de certaines choses. Ceci étant dit, il y a encore beaucoup de choses ridicules et absurdes à venir pour Hiatus Kayote, quel que soit le prochain album d’Hiatus Kayote, nous n’en doutons pas. Et ne vous inquiétez pas, nous ne ferons pas de conneries tristes (rires), les trucs abrasifs et techniques seront de retour. Choose Your Weapon incluait tout ce que nous pouvions faire à cette époque, Mood Valiant est différent car nous avons construit sans vouloir tout exprimer. C’est plus une histoire, le ton est moins hyperactif, moins agressif.

PAN M 360 : L’orchestration est également différente, on observe des anches, des cuivres, des cordes, de nouveaux sons électroniques. Pouvez-vous décrire le processus d’arrangements ? 

Paul Bender : Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux sons. Vous savez, l’aspect sonore nous inspire pour conduire quelque chose.  Vous avez une chanson, une mélodie, des accords, la façon dont elle sonne est très importante, donc nous essayons toujours de trouver différentes façons de la capturer, de la colorer et d’exprimer ce dont parle la chanson. C’est toujours une quête.  Cet album est donc plus sophistiqué sur le plan de la tonalité et des harmonies, mais en même temps, il y a quelque chose de plus vivant, de plus humain, et une certaine sensation de brutalité et de perte qui transmet certaines choses et qui stimule votre imagination.

PAN M 360 : Avez-vous joué avec des sections orchestrales ?

Paul Bender : Nous ne l’avons pas encore fait, mais il serait certainement amusant d’élargir notre répertoire pour des concerts spéciaux. Nous sommes ouverts à cette idée, il y aura un temps et un lieu pour un tel événement. Actuellement, nous sommes sur le point de donner des concerts en Australie et plus tard cette année en Nouvelle-Zélande, nous ne pouvons pas encore penser à une tournée internationale tant que les conditions ne nous permettront pas de voyager hors de la région. Toutefois, nous avons conservé beaucoup d’éléments issus des séances passées à Rio de Janeiro avec Arthuro Verocai (chansons Get Sun et Stone or Lavender).

PAN M 360 : En Australie a-t-il d’autres groupes plus ou moins dans le même créenau musical que le vôtre en Australie ?

Paul Bender : Il y a beaucoup de groupes fous mais nous ne nous inspirons d’aucune scène. Nous ne prétendons pas avoir inventé notre style, tout est volé d’une certaine manière.  Le mieux que l’on puisse faire pour être original, c’est de combiner des choses préexistantes avec créativité. Une musique vraiment originale peut être aussi insupportable et inécoutable. 

PAN M 360 : Chose certaine, l’agencement de formes a produit quelque chose de différent chez Hiatus Kayote. 

Paul Bender :Tout le monde recombine des éléments de musique qui existent déjà. Je suppose que nous combinons assez d’éléments disparates de la musique pour être originaux. Mais tu sais, quelqu’un qui dit qu’il est vraiment original est un fuckin’ menteur. Oui, beaucoup de choses de notre musique sont assez distinctes, mais à la fin de la journée, 90 % de ce que vous avez fait était normal. C’est comme la cuisine, l’ingrédient auquel vous ne vous attendez pas est ajouté à un repas normal, ça le rend intéressant. Lorsque je suis allé étudier dans une faculté de jazz, qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai trouvé quelque chose que j’aimais vraiment et je l’ai reproduit ! Ce quelque chose fait ensuite partie de vous et adopte une forme différente pendant que tu joues. 

PAN M 360 : Il y a aussi ce mélange d’intuition et de musicianship, très important chez Hiatus Kayote. Une force selon toi? 

Paul Bender : Oui. Nous sommes tous des étudiants en musique pour toujours, nous accumulons des connaissances et nous essayons d’en imiter certains aspects lorsqu’ils se retrouvent dans notre sac à outils et que nous travaillons avec nos amis musiciens.  Nous sommes un mélange de musiciens instruits (moi et Simon) et autodidactes (Nai et Perrin), c’est une bonne combinaison entre la compréhension théorique et la compréhension intuitive. Nous nous aidons mutuellement dans les deux directions, il est bon de garder le cap sur les deux. 

PAN M 360 : Vous avez encore du plaisir ensemble, c’est plus qu’évident.  Famille stable et heureuse?

Paul Bender : La famille est stable, oui, nous sommes heureux de ce disque, très contents d’avoir traversé ces montagnes russes. Ce n’est pas facile d’atteindre des standards élevés et la vérité se trouve dans l’expression à travers un long processus de filtration. Pour que tous les membres arrivent au même endroit, il y a toujours des batailles mais chacun d’entre nous a été super patient. À la fin de la journée, nous étions tous heureux de travailler ensemble.

Inscrivez-vous à l'infolettre