Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Entrevue réalisée par Varun Swarup
Genres et styles : art-pop / chanson / expérimental

renseignements supplémentaires

SARAH ROSSY (she/they) est une artiste multidisciplinaire basée à Tio’tia:ke/Montréal dont le travail mélange le jazz, l’électronique expérimentale et les projections visuelles dans des paysages sonores éthérés qui sont à la fois autobiographiques et socialement conscients. Lors de notre conversation avec Sarah, nous avons parlé de son dernier album, Seemingly Insatiable Waves, et des obstacles auxquels sont confrontés les musiciens et les artistes en 2024.

PAN M 360: Seemingly Insatiable Waves ! Il est facile d’entendre que beaucoup de choses ont été investies dans cet EP, et j’imagine que cela doit faire du bien de le laisser enfin sortir

Sarah Rossy : Oh ça fait du bien, et ça faisait longtemps qu’on l’attendait ! Je n’ai pas sorti de musique sous une forme plus longue depuis 2018 ! Et de nouveau, c’est la première de nombreuses choses à venir, c’est un peu comme si c’était ma première incursion dans la mise en ligne de musique.

PAN M 360 : Quelle époque pour sortir de la musique en 2024 ! Je constate que de plus en plus d’artistes à qui je parle semblent de plus en plus incertains de ce que signifie réellement une sortie de disque de nos jours.

Sarah Rossy : Oui, c’est une bonne question. Je pense que nous essayons tous d’y répondre. J’ai décidé de sortir cet EP un single à la fois, mais dans un court laps de temps. Je pense qu’en l’espace de deux semaines et demie, j’ai sorti une chanson tous les quatre ou cinq jours avec des visuels différents, pour que les gens puissent voir et entendre un petit avant-goût de chaque chanson. Les choses bougent tellement vite de nos jours ; l’algorithme pompe le contenu dans le tuyau au bout de 12 heures parfois. En l’étirant, j’ai donc essayé d’obtenir le maximum d’exposition en ligne après tous ces mois et tant d’argent et de temps consacrés à ce projet. Je ne sais pas si ça a marché, mais c’est vraiment effrayant de sortir de la musique dans les années 2020. Il n’y a pas une seule façon de faire, il y a beaucoup de gens qui vous disent comment faire, et j’ai décidé de commencer petit avec un EP.

PAN M 360 : Diriez-vous qu’il y a une différence notable dans le paysage des sorties entre cette année et il y a quelques années ? Tout cela grâce à l’algorithmisation des médias sociaux ?

Sarah Rossy : Oui, c’est sûr. J’ai regardé mes statistiques Bandcamp de la dernière sortie. Et même le nombre d’achats et de streams directement sur cette application était tellement différent de ce qu’il est aujourd’hui. De nos jours, les sorties s’inscrivent dans un flux rapide de contenu, d’actualités et de toutes les autres choses importantes que les gens prennent en compte. Comment s’intégrer dans ce contexte ?

PAN M 360 : Surtout avec les deux guerres en cours ces jours-ci, avec la tragédie qui se déroule à chaque seconde, concilier l’art avec l’injustice sociale et les médias sociaux. 

Sarah Rossy : Il est effrayant de constater que le bassin dans lequel nous déversons notre art en tant que « contenu » est un creuset de cacophonie algorithmique. Toutes les photos de chats, toute la propagande, toutes les injustices mondiales très importantes… quelle est notre place dans tout cela ? C’est presque inapproprié, mais j’ai aussi le sentiment que le bien-être mental provenant de l’art est un outil radical de résistance systémique. Je me sens coupable d’occuper l’espace lorsque des catastrophes et des génocides majeurs se produisent, mais si nous ne pouvons pas prendre soin les uns des autres avec l’art, nous ne pouvons pas nous battre, nous ne pouvons pas repousser.

PAN M 360 : C’est un combat contre lequel tout le monde semble être confronté. Mais au moins, vous semblez jouir d’une forte présence sur la scène artistique locale. Cela doit être un bon contrepoids à l’aspect numérique des choses, d’avoir une communauté d’artistes et de collaborateurs autour de soi.

Sarah Rossy : Oh, c’est essentiel d’avoir une connexion en personne à travers tout ça. Pour cet EP en particulier, il s’agissait au départ de chansons que j’ai produites avec Ableton uniquement, puis j’ai enregistré de vraies parties de batterie et de basse avec de vrais humains. Mais lors du concert, bien sûr, nous avons joué toutes les parties en direct, et j’ai adapté les chansons pour inclure tous les membres du groupe. C’était génial, parce qu’en fin de compte, la musique est une question de connexion avec les autres. Nous faisons tout ce travail de création, d’administration et de marketing, et c’est comme si c’était pour quoi ? Pour moi, il s’agit avant tout d’entrer en contact avec les gens, du public aux autres musiciens, et de créer une expérience commune.

PAN M 360 : En général, les thèmes de la découverte de soi, de l’amour de soi, de l’identité et de la guérison semblent constituer une grande partie de votre musicalité. Ces thèmes ont-ils toujours été alignés sur votre identité musicale ou est-ce quelque chose que vous avez commencé à explorer récemment ?

Sarah Rossy : Oh, c’est essentiel d’avoir une connexion en personne à travers tout ça. Pour cet EP en particulier, il s’agissait au départ de chansons que j’ai produites avec Ableton uniquement, puis j’ai enregistré de vraies parties de batterie et de basse avec de vrais humains. Mais lors du concert, bien sûr, nous avons joué toutes les parties en direct, et j’ai adapté les chansons pour inclure tous les membres du groupe. C’était génial, parce qu’en fin de compte, la musique est une question de connexion avec les autres. Nous faisons tout ce travail de création, d’administration et de marketing, et c’est comme si c’était pour quoi ? Pour moi, il s’agit avant tout d’entrer en contact avec les gens, du public aux autres musiciens, et de créer une expérience commune.

Oui, je pense que j’ai récupéré et découvert plusieurs couches au fur et à mesure que je grandissais. Je repense à ma relation avec la musique lorsque j’étais enfant, qui était probablement universelle d’une certaine manière : Je me mettais au piano ou à tout autre instrument avec un sens du jeu et de la curiosité, et j’exprimais n’importe quelle pensée ou humeur qui me traversait l’esprit, et je me relâchais. Il en a toujours été ainsi pour moi, mais la poursuite d’une éducation musicale formelle a un peu déformé ce canal.

Mon cœur a été quelque peu mis de côté alors que j’apprenais des outils qui stimulaient mon esprit et intellectualisaient mon principal canal d’expression. Cet environnement a parfois donné la priorité à la technique plutôt qu’à l’impact émotionnel ou à l’alignement authentique. Je suis reconnaissante de cette période, mais elle a aussi été traumatisante à certains égards. Le processus de création de cet EP a été un retour bien nécessaire à un sens pur du jeu et de la catharsis.

Ces dernières années, j’ai également fait beaucoup de thérapie et de travail sur moi-même, ce qui m’a permis de mieux me comprendre. Mon art en est le reflet. Les thèmes de l’identité et de l’amour de soi sont très présents et sont devenus des points centraux dans ma quête permanente pour comprendre ma petite existence. J’espère que faire ce travail et le partager à travers la musique peut offrir des perspectives de guérison à des personnes qui n’ont peut-être pas les ressources ou la volonté de le faire elles-mêmes.

PAN M 360 : La pandémie a-t-elle été un grand bouleversement en termes d’impact sur l’écriture de vos chansons ?

Oui, j’ai vécu seule pendant la plus grande partie de la pandémie, dans un isolement total. Il n’y avait que moi, mon piano et mon anxiété. Et notre relation, moi et la musique, s’est profondément restructurée. Parce que, vous savez, j’étais seule, je ne pouvais pas créer avec des gens, et j’avais besoin de guérir d’un grand nombre de désalignements dus au traumatisme de l' »institution créative » mentionné plus haut. Après de nombreux mois pendant lesquels j’étais trop dévastée pour jouer de la musique, je suis revenue aux chansons et aux auteurs-compositeurs qui m’avaient le plus émue au cours de ma vie : Joni Mitchell, St. Vincent, Bjork, Fairuz, Yebba… qui m’ont apporté le plus grand réconfort et un sens renouvelé de la création.

J’ai également commencé à me plonger dans Ableton et la production musicale, et j’ai fait entrer de nombreuses chansons que j’écrivais depuis des années dans le monde de la production aux possibilités infinies. J’ai découvert les joies de la superposition des voix… Il y a environ 800 couches vocales sur mon disque. Et elles ont toutes été réalisées dans mon appartement, par terre, à deux heures du matin, avec un microphone bon marché. Je suis également tombée amoureuse de la couleur du son, de l’orchestration VST et des plugins qui se sont maintenant infiltrés dans ma pratique de la scène. La pandémie m’a aussi forcé à me confronter à moi-même ; cet espace d’hyper-solitude m’a permis d’affronter beaucoup de blessures et de thèmes majeurs dans ma vie, et j’ai le sentiment que mes chansons ont atteint un niveau d’honnêteté plus profond au cours des années qui ont suivi.

PAN M 360 : Oui, vous avez toujours une palette sonore riche et luxuriante dans vos enregistrements. C’est très stratifié, avec beaucoup d’éléments en mouvement, et ça doit aider d’avoir une communauté aussi forte pour vous aider à faire passer votre vision !

Sarah Rossy : Oui, je me disais l’autre jour qu’au cours des six dernières années environ, j’ai planté beaucoup de graines créatives dans des villes et des communautés du monde entier. Aujourd’hui, j’ai l’impression que tout cela porte ses fruits et qu’il y a des fruits mûrs sur l’arbre. Le réseau mondial de connexion créative et de création est bien vivant ! Si je me dis « hé, je veux une boucle de guitare éthérée ! » j’appelle Kevin Lafleur. C’est aussi l’un de mes meilleurs amis. Ou, si je cherche à produire des films interdisciplinaires (indice peu subtil de ce qui va suivre), je peux demander à Camille Huang de diriger artistiquement une fusion créative entre les mondes de la danse et de la musique. Ou si je veux organiser des spectacles en Europe (où je serai en mai), j’ai tant d’amis bienveillants que je me suis faits au fil des années de résidences et d’ateliers et qui sont prêts à m’aider. Ou mon collaborateur VIP, Jack Broza, qui a mixé et coproduit le disque, que j’ai rencontré au Banff Centre for the Arts en 2018. Nous nous amusons simplement quand nous travaillons, jouant comme des enfants dans son studio à Brooklyn. L’EP est sous mon nom sur le papier, mais il y a une communauté tellement importante de personnes qui ont été impliquées là-dedans et qui ont offert de nombreuses nuances de soutien.

PAN M 360 : En tant que Montréalais, pensez-vous que c’est le meilleur endroit pour votre art ?

Sarah Rossy : Culturellement, je me sens bien ici. J’aime beaucoup Montréal, mais c’est comme si j’épousais mon amour de lycée, parce que j’ai passé toute ma vie ici. J’adore New York et j’y vais souvent, mais ce qui est troublant, c’est que je pourrais prendre l’avion une fois tous les deux mois et ce serait toujours moins cher que d’y vivre, et j’ai même l’impression de faire une visite plus concentrée dans mon temps parce que je suis « en congé » du travail. C’est donc en quelque sorte la stratégie que je vais continuer à suivre. J’aime beaucoup voyager,je vais en Europe deux ou trois fois cette année, et je vais à New York presque tous les mois. En ce qui me concerne, la charmante communauté de Montréal, les subventions, les formidables possibilités de création, les soins de santé… Tout cela m’incite à rester sur place et à voyager souvent, mais nous verrons bien où la vie me mènera. 

PAN M 360 : En tant qu’artiste en 2024, quels sont les objectifs de votre art ? Êtes-vous optimiste ou pessimiste quant à l’évolution de la situation ?

Sarah Rossy : Je veux dire qu’une fois que j’ai restructuré mes objectifs pour qu’ils soient avant tout en rapport avec les gens, cela a complètement changé la donne. Je n’essaie pas de devenir célèbre. Il est évident que la célébrité peut être un vecteur d’une meilleure connexion. Mais elle peut aussi être le vecteur d’une plus grande solitude. Vendre votre musique peut vous soutenir financièrement dans un tourbillon capitaliste, mais à qui la vendez-vous ? S’agit-il de personnes qui s’intéressent vraiment à votre cœur ? Alors ce lancement d’album, jouer à guichets fermés devant tous mes amis, les membres de ma communauté et les gens que j’aime et peut-être leurs amis un jour, c’était tellement chaleureux et épanouissant. J’ai quitté le lieu (Ursa, un espace géré par des artistes) en me sentant bien, et à la fin de la journée, ce qui compte, c’est de se sentir bien. Je suis donc optimiste dans le sens où je suis clair sur ce point, mais pessimiste quant à l’état général de l’industrie. Chaque musicien a gagné 100 dollars ce soir-là, et j’ai travaillé sans relâche pendant trois semaines pour assurer la promotion. Mais j’essaie de ne pas faire peser cette pression financière sur mon art.

PAN M 360 : Je t’entends Sarah. Nous vous souhaitons le meilleur et vous remercions encore une fois d’avoir pris le temps. Faites-nous savoir où nous pourrons vous retrouver la prochaine fois !

Sarah Rossy : Mon prochain concert est le 27 mars à Ursa pour la première édition du Anti-Jazz Police Festival. Ce sera un double bill avec Claire Dickson, une artiste incroyable de Brooklyn, ce qui sera un show incroyable. A ne pas manquer !

Tout le contenu 360

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Inscrivez-vous à l'infolettre