M / NM : Messiaen en deux temps, le regard de Louise Bessette 

Entrevue réalisée par Alexandre Villemaire
Genres et styles : musique contemporaine

renseignements supplémentaires

Le génie esthétique d’Olivier Messiaen est à l’honneur au Festival Montréal/Nouvelles Musiques. Dans ce concert Messiaen en deux temps, la pianiste Louise Bessette, reconnue entre autres pour son expertise du répertoire contemporain, offrira une interprétation d’extraits du cycle Vingt Regards sur l’Enfant-Jésus, œuvre d’anthologie pianistique du répertoire de Messiaen. Également au programme, le public pourra apprécier  la richesse de l’harmonie vocale du compositeur dans les Trois petites liturgies de la présence divine, qui seront interprétées par l’ondiste Estelle Lemire, l’Ensemble de la SMCQ et 36 voix de femmes accompagnées par l’Orchestre I Musici sous la direction de Jean-François Rivest. Nous nous sommes entretenues avec Louise Bessette au sujet du répertoire qu’elle interprétera.

PAN M 360 : Que représente pour vous l’œuvre d’Olivier Messiaen et quels sont les défis techniques et esthétiques que représentent les Vingt Regards sur l’Enfant-Jésus, dont vous allez interpréter quatre extraits ?

LOUISE BESSETTE : L’œuvre d’Olivier Messiaen fait partie de ma vie d’artiste depuis que j’ai 17 ans. Elle fait partie de moi de sorte que tout est intégré. C’est sûr que jouer une pièce comme les Vingt Regards, c’est toujours un retour à la partition, à la précision rythmique, au caractère, aux  accents, aux nuances, les dynamiques, etc. Mais, à chaque fois que je les reprends, c’est un peu comme si je mettais mes pantoufles.

PAN M 360 : Vous le dites, ce répertoire est intégré en vous. L’interprète-t-on à chaque fois de la même façon ou est-ce un renouvellement constant ? N’y a-t-il qu’une seule façon de penser ou de jouer les Vingt Regards ?

LOUISE BESSETTE : Je pense qu’il n’y a pas qu’une seule façon comme toute œuvre de tout compositeur. C’est sûr que j’ai ma propre interprétation, que j’ai eu le bonheur de travailler avec Yvonne Loriod, mais c’est vrai que lorsque je reviens à la partition, comme j’essaie de faire pour toutes œuvres compositeur, c’est d’avoir toujours du renouveau. La partition de Messiaen en est une qui est tellement riche que je découvre des choses à chaque fois que je me replonge dans cet univers-là. Quant aux idées d’interprétations, c’est ça qui est magnifique : lorsqu’on pratique une forme d’art il n’y a pas de limite. J’ai toujours de nouvelles idées ou alors je viens confirmer les idées que j’ai.

PAN M 360 : Si vous aviez à décrire en un mot chacun des extraits que vous allez interpréter, lesquels emploieriez-vous ?

LOUISE BESSETTE : C’est une bonne question !  Je dirais, pour Première communion de la Vierge, ce qui me vient en tête c’est pureté. Regards des Anges, étincelle ; Le Baiser de l’Enfant-Jésus, tendresse et Regards des Prophètes, des Bergers et des Mages, puissance.

PAN M 360 : Vos deux plus récents albums Un piano autour du monde : Escale à Curaçao (2021) avec des œuvres de Wim Statius Muller et Astor Piazolla : Escale à Buenos Aires (2022) sont dans une dynamique complètement différente et bien éloignée du répertoire contemporain.  Comment votre polyvalence dans les deux genres nourrit-elle l’un et l’autre dans l’interprétation ?

LOUISE BESSETTE : Pour moi, la musique de toute époque est d’abord musique. Je travaille de la même façon les Danses antillaises de Muller que les Vingt Regards de Messiaen. Bien sûr le langage est absolument très différent, mais je pars toujours du même principe, en ce sens que je travaille les couleurs, la sonorité et énormément le rythme. Je prends vraiment plaisir à chercher et à trouver le rythme qui convient. Je travaille le même matériel et mes buts en tant qu’interprète sont  les mêmes et je les adapte selon le style de chaque compositeur.

[https://www.youtube.com/watch?v=IPYPiL6Bu9A]

PAN M 360 : Parlons un peu de votre carrière. Vous êtes une fière ambassadrice de la musique de création au Québec. Quel regard portez-vous sur la musique de création aujourd’hui et aussi, quels conseils donneriez-vous aux jeunes pianistes qui veulent approcher le répertoire contemporain ?

LOUISE BESSETTE: D’abord, au Québec et au Canada, je trouve que nous sommes dans un bassin très riche en compositeurs. Pour les jeunes pianistes, le conseil que je peux donner, c’est vraiment d’être curieux et d’être ouvert à toutes les découvertes que le fabuleux monde des compositeurs nous fait vivre. C’est un comme aller au musée : on n’y va pas que pour voir la Joconde. 

PAN M 360 : Au mois de mars, vous effectuerez une tournée en France. À quoi le public français peut-il s’attendre de Louise Bessette ?

LOUISE BESSETTE : C’est une tournée dans le cadre du Festival Détours de Babel où j’ai déjà joué à quelques reprises. Ce sont trois récitals du 23 au 25 mars à Grenoble et dans les environs dans le cadre de la série Les Allées chantent avec un programme un piano autour du monde dans une atmosphère latino-espagnole. Je jouerai des pièces de Turina, Piazolla, Lecuona et surtout, et ça se sera un moment très émotif pour moi, les Monodías Españolas de José Evangelista, disparu très récemment.

Et le 26 mars, avec mes collègues de tango si je puis dire, Marc Djokic au violon et Chloé Dominguez au violoncelle, nous allons donner deux récitals à la Salle Olivier Messiaen de Grenoble avec le répertoire tiré de notre album Astor Piazolla : Escale à Buenos Aires.

DANS LE CADRE DU FESTIVAL MONTRÉAL/NOUVELLES MUSIQUES, MESSIAEN EN DEUX TEMPS EST PRÉSENTÉ CE JEUDI, LE 2 MARS, 19H, À LA SALLE PIERRE-MERCURE.

Pour billets et infos, c’est ici

Participant·es

Programme

Olivier Messiaen

Extrait

piano

Olivier Messiaen 

piano, ondes Martenot, 36 voix de femmes, célesta, 3 percussions, vibraphone, 16 violons, 6 altos, 6 violoncelles et 4 contrebasses

Tout le contenu 360

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Inscrivez-vous à l'infolettre